La santé

Quelle est l'hyperplasie de l'endomètre à la ménopause et comment traiter

Avec le début de la ménopause chez les femmes, le contenu en hormones sexuelles diminue progressivement. À la ménopause, la conception devient impossible. La menstruation cesse, car les changements cycliques associés au renouvellement de la membrane muqueuse dans la cavité utérine ne se produisent plus. Cependant, cela ne signifie pas qu'une femme ne peut pas avoir de problèmes de santé des organes reproducteurs. Au contraire, avec l'apparition de la ménopause, l'apparition de nombreuses maladies graves, telles que l'hyperplasie de l'endomètre et le cancer de l'utérus, augmente considérablement. Il est important de les détecter et de commencer le traitement à temps.

Quel devrait être l'état normal de l'endomètre

La membrane muqueuse de l'utérus protège les parois contre les dommages et, dès le début de la grossesse, elle retient et nourrit l'embryon. L'endomètre est constitué des couches externe (fonctionnelle) et interne (basale). Chez une femme en âge de procréer, l'épithélium fonctionnel s'exfolie périodiquement (si la conception ne s'est pas produite) et se présente sous forme de menstruation. Après cela, un nouvel endomètre apparaît à partir des cellules basales en développement.

À l’apparition de la ménopause, il ne reste plus qu’une fonction protectrice. Il commence l'atrophie (réduction de volume et d'épaisseur). Si, avant le début de la menstruation, l'épaisseur atteint 18 mm, elle est de 5 mm pendant la ménopause. De tels changements sont considérés comme la norme physiologique. Cependant, parfois, l'épaisseur du mucus ne diminue pas, mais augmente. L'hyperplasie de l'endomètre à la ménopause entraîne de graves complications.

L'hypoplasie de l'endomètre (réduction anormale de l'épaisseur de la muqueuse) chez les femmes jeunes est également considérée comme une pathologie. Cela conduit également à l'infertilité. Cependant, pendant la ménopause, l'hypoplasie est un processus physiologique normal et ne peut être guérie.

Types d'hyperplasie

Les types de maladie suivants existent:

Ferrugineux. L'épaisseur de la couche épithéliale augmente en raison de la croissance et de la violation de la forme des glandes situées dans celle-ci. La prolifération se produit dans la direction du tissu musculaire utérin.

Kystique. Les cellules épithéliales chevauchent les orifices de sortie des glandes, qui commencent à gonfler, formant des cavités (kystes). Avec cette forme de maladie, la dégénérescence des cellules malignes est possible.

Basal. Une forme rare d'hyperplasie associée à une germination profonde dans l'utérus de la couche interne (basale) de la gaine épithéliale.

Polypes (focal). Les excroissances sur la tige mince (polypes) sont formées à partir des cellules des glandes. Des zones séparées de croissance endométriale apparaissent sur le site de leur formation.

Atypique. Pendant la ménopause, cette forme est rare, car les processus corporels ralentissent. Pendant ce temps, l'hyperplasie atypique est associée à des changements anormaux rapides dans la forme et la taille des cellules de l'endomètre, qui se développent activement dans d'autres tissus. Cette forme est la plus dangereuse car elle est utilisée dans le cancer. L'hyperplasie de ce type n'est pas traitée, l'utérus est enlevé.

Causes de l'hyperplasie de l'endomètre pendant la ménopause

L'émergence de cette pathologie contribue à perturber le travail de certains systèmes du corps. Des problèmes de santé peuvent apparaître avant l’apparition de la ménopause, et le vieillissement n’en exacerbe que les conséquences.

Troubles hormonaux. Le principal facteur affectant l'état de l'endomètre est le contenu en œstrogènes dans le sang. L'hyperplasie de l'endomètre survient lorsque le niveau de cette hormone dépasse la norme. À son tour, le contenu en œstrogènes est régulé par la deuxième hormone sexuelle féminine - la progestérone, qui inhibe la synthèse d’une quantité excessive d’œstrogènes. Pendant la ménopause, la production de ces deux hormones diminue. Cependant, la violation de leur rapport en faveur de l'oestrogène provoque une croissance pathologique de la membrane muqueuse dans l'utérus.

Une hyperplasie de l’endomètre à la ménopause peut survenir, par exemple, si une femme utilise un traitement hormonal substitutif pour soulager les symptômes de la ménopause. L’émergence de la maladie contribue à l’utilisation de médicaments ne contenant que des œstrogènes. Les moyens combinés, qui contiennent également de la progestérone, sont plus sûrs. Ils rétablissent le bon équilibre des hormones, empêchant ainsi l'apparition de l'hyperplasie.

En utilisant la contraception hormonale, une femme devrait consulter un médecin sur l’effet des médicaments contraceptifs sur le corps. Il est nécessaire de sélectionner les moyens en fonction du fond hormonal, qui doit être surveillé en permanence.

Maladies endocriniennes. Les hormones produites par la glande thyroïde, les glandes surrénales et d'autres organes du système endocrinien affectent également les hormones du corps. Les violations du travail de ces organes peuvent entraîner une augmentation anormale du contenu en œstrogènes.

Troubles métaboliques, obésité. En plus des ovaires, des œstrogènes sont également produits dans le tissu adipeux. Dans l'obésité, leur niveau dépasse celui de la progestérone, ce qui entraîne l'apparition de pathologies de l'utérus, ainsi que de maladies des glandes mammaires, du foie et d'autres organes.

Tissu corporel vieillissant. En raison du vieillissement, les membranes muqueuses des organes génitaux deviennent plus susceptibles aux dommages et à l’infection. L'affaiblissement du système immunitaire lié à l'âge contribue à l'apparition de processus inflammatoires dans l'utérus et les appendices. En conséquence, le développement des cellules peut être perturbé, y compris dans l'endomètre.

Blessures et interventions chirurgicales sur l'utérus. Lors du curetage et de l'avortement, la membrane muqueuse de l'utérus est détruite, ce qui crée les conditions préalables à la formation incorrecte de cellules et à l'apparition de tumeurs de nature différente.

L'hérédité. Certaines femmes ont une prédisposition génétique à l'apparition de telles maladies.

Addition: Le risque de maladie est accru chez les femmes ne faisant pas partie du couple partum, ainsi que chez celles dont les menstruations sont apparues très tôt. L’apparition précoce et tardive de la ménopause est également un facteur provoquant.

Signes d'hyperplasie avec la ménopause

Les symptômes typiques de cette maladie sont généralement absents. Lors de la période préménopausique, lorsque la femme a encore des règles mensuelles, en présence d'hyperplasie, la régularité du cycle est perturbée, des saignements génitaux apparaissent entre les règles. La menstruation peut devenir très douloureuse, abondante et prolongée.

À la ménopause, si la menstruation réapparaît après une pause de 0,5 à 1 an, cela peut également être un signe d'hyperplasie. Dans la période post-ménopausique, lorsque l'apparition d'un écoulement sanguin est une anomalie, son renouvellement indique clairement la survenue d'une hyperplasie de l'endomètre ou d'une tumeur maligne dans l'utérus. Au cours de cette période, l’affaiblissement des défenses immunitaires de l’organisme et les complications des maladies chroniques créent un risque supplémentaire de développer une hyperplasie en cancer.

Remarque: La probabilité de survenue de processus hyperplasiques dans l'utérus est accrue chez les femmes en surpoids, ainsi que chez celles atteintes d'un myome ou d'une mastopathie. Avec le diabète, les maladies du foie, l’hypertension, le risque de contracter cette maladie est également élevé.

Méthodes de diagnostic

Si l'on soupçonne une femme d'avoir une hyperplasie de l'endomètre, elle doit subir un examen selon les méthodes suivantes:

  1. Échographie transvaginale. À l'aide d'un appareil spécial inséré dans le vagin, on mesure l'épaisseur de l'endomètre. Si pendant la ménopause, sa valeur est comprise entre 5 et 8 mm, la mesure est répétée dans les six mois qui suivent. Avec une épaisseur de 8-10 mm prescrit un traitement avec des médicaments ou un grattage, en fonction du type d'hyperplasie.
  2. Gratter l'utérus. Il est effectué si le risque de renaissance dans le cancer est trop important. Mais cette procédure est également diagnostique. L'endomètre retiré est envoyé pour analyse histologique du contenu des cellules cancéreuses.
  3. Biopsie. Cette méthode est utilisée uniquement pour le diagnostic de l'hyperplasie diffuse (le processus s'applique à tout l'endomètre). En cas de forme focale, aucune information ne peut être obtenue car il est impossible de sélectionner avec précision un échantillon de tissu. Dans ce but, un tube spécial avec un piston (pipel) est utilisé.
  4. Radiographie de l'utérus à l'aide d'une solution de contraste. Cette méthode permet de voir les polypes dans l'utérus, les modifications de la structure de l'endomètre, les glandes.

Traitement de la toxicomanie

Si le processus n'est pas démarré, les cellules atypiques ne sont pas détectées, l'endomètre est restauré de manière médicale. Des préparations hormonales à base de progestérone sont utilisées. Le traitement dure environ six mois. Tous les médicaments sont pris uniquement sur ordonnance du médecin. Surveillance constante de l'épaisseur de l'endomètre par ultrasons. Selon les résultats, dose ajustée de médicament.

Avertissement: après un traitement médical, la maladie peut récidiver et une femme doit donc subir une échographie tous les 3 à 6 mois.

Souvent, un tel traitement est effectué avant l'opération. Cela devient alors moins traumatisant, la guérison est plus rapide. Pour la prophylaxie, des préparations hormonales peuvent également être prescrites après la chirurgie.

Traitement chirurgical

Elle est réalisée dans les cas où la maladie réapparaît après un traitement médical, si des polypes ou des cellules anormales se trouvent dans l’endomètre. Le grattage, diverses techniques de cautérisation ou l’amputation de l’utérus sont utilisés.

Raclage (curetage). Il est conçu pour éliminer les membranes muqueuses d’une épaisseur supérieure à 10 mm. L'opération est réalisée sous anesthésie locale, dure environ une demi-heure.

La cautérisation est particulièrement efficace s'il existe des foyers individuels d'hyperplasie. Des méthodes telles que la cryodestruction (combustion à froid), la destruction par laser, la diathermocoagulation (par courant électrique) sont utilisées.

Hystérectomie - amputation de l'utérus, réalisée avec une dégénérescence atypique des cellules de l'endomètre, une grande profondeur de l'utérus et un risque accru de cancer. Dans certains cas, les femmes ménopausées retirent leurs ovaires si elles sont également affectées, ce qui se produit souvent pendant la période post-ménopausique.

Prévention

Avec l’apparition de la ménopause, une femme doit subir un examen gynécologique 1 à 2 fois par an, le plus grand nombre d’informations sur l’état de l’endomètre étant donné par échographie. Cela donnera également le temps d'identifier et de traiter les maladies inflammatoires des organes génitaux.

Conseil: Dans la vieillesse, il est déconseillé aux femmes de boire de la bière et de se laisser trop emporter par les produits laitiers. Ils sont des sources d'œstrogène. Il est utile de manger des tomates, des betteraves, des ananas, de l’huile d’olive et d’autres produits «anticancéreux».

Avec le plus grand soin devrait être utilisé des remèdes hormonaux et à base de plantes qui augmentent le niveau d’œstrogènes dans le corps. Il est nécessaire de contrôler le régime alimentaire, ne permettant pas une augmentation significative du poids corporel.

Hyperplasie de l'endomètre avec ménopause

Les inévitables changements caractéristiques de la ménopause trouvent une réponse dans différentes parties du corps. L'une des caractéristiques du nouvel état est une diminution de l'activité de l'immunité. Cette cause, ainsi que d'autres, provoque l'apparition et le développement inattendu de maladies.

Même les affections gynécologiques, qui, semble-t-il, devraient permettre à une femme de se séparer de sa présence, sont en mesure de devenir plus actives et de menacer d'entrer dans une phase plus grave. L'hyperplasie de l'endomètre à la ménopause ne fait pas exception. Elle peut se présenter pour la première fois sans montrer de signes visibles, se calmer ou se rappeler avec une nouvelle force.

Que signifie “hyperplasie”?

L'utérus a à l'intérieur du revêtement muqueux, appelé l'endomètre. Ce corps est constitué de plusieurs couches, chacune avec ses propres fonctions. Endomètre n'est pas la seule partie de l'utérus, avec ses autres divisions, il a des distinctions claires. Mais pour de nombreuses raisons, difficiles à identifier de manière fiable, ses cellules commencent à se développer dans la couche musculaire de l'organe.

L'épaisseur de la membrane muqueuse augmente, entraînant des troubles hormonaux, endocriniens et reproductifs. Hyperplasie de l’endomètre avec ménopause, c’est sa distribution anormale au fond des couches de l’utérus. Cela s'appelle également l'adénomyose. Selon les cellules muqueuses prédominantes dans les formations anormales, il existe plus d'un type de maladie.

L'hypertrophie de l'endomètre à la ménopause est à l'origine de l'adénomyose. C'est la croissance du volume et de la masse des couches de la muqueuse utérine. Lorsque la menstruation survient encore, cela est normal au début de la période car, à la fin, elle diminuera et sa couche supérieure sera rejetée. Mais, après la ménopause, c'est un signe alarmant, car l'épaisseur de l'endomètre est normalement maintenue constante, avec certaines valeurs. Suite à l'augmentation du volume, une augmentation du nombre de cellules de l'organe peut commencer.

Qu'est-ce que l'adénomyose?

Malgré la finesse de l'endomètre, il se compose de différents types de cellules. Les tissus trouvés dans le myomètre peuvent être un groupe d'un ou plusieurs types. Ceci, ainsi que l'emplacement de la croissance anormale, détermine le type de maladie. Les experts appellent les formes d'hyperplasie suivantes:

  • Ferreux,
  • Kystique glandulaire,
  • Focal,
  • Atypique.

Types de maladies glandulaires et kystiques

L'hyperplasie kystique glandulaire de l'endomètre à la ménopause apparaît le plus souvent en raison des causes caractéristiques liées à l'âge. Ceci est une défaillance hormonale, son risque pendant la ménopause a des causes naturelles. Le diabète sucré, les tumeurs bénignes des glandes mammaires, l'obésité, les problèmes de thyroïde, souvent observés chez les femmes après 45 ans, sont favorables au développement de la maladie.

Ce type d'adénomyose diffère en ce que sa base est le tissu glandulaire, mais la croissance est complétée par la formation de kystes et de nodules. Ce dernier peut être trouvé, y compris sur les ovaires. Les cellules de la muqueuse s'infiltrent dans la bouche des glandes, les obstruant et bloquant la sortie de leur contenu. Cultiver une cavité remplie de mucus.

L'hyperplasie kystique de l'endomètre à la ménopause menace le risque de dégénérescence des tumeurs bénignes en tumeur. Il se forme un peu différemment que glandulaire, bien que les changements existent dans le même tissu. Les kystes dans cette forme d'adénomyose se forment en augmentant la taille des glandes.

Hyperplasie focale

Les formes de malaise décrites ci-dessus sont une pénétration uniforme du tissu endométrial dans la couche musculaire de l'utérus. Mais il arrive que cela révèle des zones pathologiques de taille limitée. C'est une hyperplasie focale.

Il est principalement constitué de tissu conjonctif et non glandulaire. Il peut également être collecté en polypes, ayant l'apparence de formations arrondies sur la tige avec une gaine rose brillante. Ils sont à la fois singulier et pluriel. Les polypes sont souvent situés dans le segment supérieur de l'utérus, près des trompes de Fallope. Ils sont imprégnés de vaisseaux sanguins, parfois endommagés.

L'hyperplasie de l'endomètre après la ménopause est plus susceptible de se transformer en un cancer de ce type plus souvent que pendant la période antérieure.

Adénomyose atypique

Dans une épaisseur d'endomètre anormalement élargie, un type particulier de cellule apparaît parfois, appelé atypique. Cela se produit plus souvent lorsque le tissu glandulaire prévaut sur le tissu conjonctif. L'épithélium est activement divisé avec la formation de papilles, une ramification excessive des glandes, d'autres pathologies au niveau cellulaire.

Cela peut être trouvé sur toute la surface de l'endomètre ou dans ses sections individuelles. Ce dernier est particulièrement dangereux en raison du risque élevé de transition vers une tumeur maligne.

Pourquoi l'hyperplasie survient-elle?

Ayant compris la menace de la maladie, beaucoup voudront savoir pourquoi l'hyperplasie de l'endomètre survient à la ménopause ou continue de se développer. Les causes peuvent se former longtemps avant l’apparition de la ménopause. Parmi les causes connues d'hyperplasie:

  • Déséquilibre hormonal. À l'âge de la ménopause, une quantité surestimée d'œstrogènes peut être observée par rapport aux progestatifs. Et bien que toutes les hormones soient produites dans un plus petit volume, leur opposition ne se termine pas, mais peut être aggravée par l’usage incontrôlé de médicaments qui soulagent le syndrome ménopausique. La plupart d'entre eux contiennent des œstrogènes. Les pilules contraceptives peuvent jouer le même rôle

  • Échec du métabolisme. Avec l'âge, cela entraîne l'apparition d'un excès de graisse qui peut produire des œstrogènes. En conséquence, la balance change à nouveau en faveur de ces substances, la progestérone est supprimée. Les troubles de l'échange provoquent le diabète, des problèmes vasculaires, des problèmes de foie. Et cela aussi va causer un épaississement de l'endomètre pendant la ménopause,
  • Dysfonctionnement endocrinien. Les glandes surrénales, le pancréas et la glande thyroïde produisent des hormones qui affectent le fond général et, par conséquent, l’état du système reproducteur. Des dysfonctionnements dans leur travail conduisent à une quantité anormale d’œstrogène, ce qui signifie qu’elle peut provoquer une adénomyose,
  • Modifications liées à l'âge de la muqueuse génitale. Les coquilles deviennent plus minces, mais deviennent plus sensibles à toute influence. Augmente le risque d'inflammation, d'infection. Un grand nombre de composants immuns se forment dans la cavité utérine et ses tissus, stimulant ainsi le taux de reproduction des cellules de l'enveloppe.
  • Invasion fréquente de l'utérus. Pour cette raison, les récepteurs des récepteurs muqueux ne répondent presque pas aux effets de la progestérone. И естественное для менопаузы соотношение с эстрогенами не помогает уберечь клетки органа от усиленного деления.Moins il ya d’avortements, de raclages, mieux c’est pour la santé de la membrane muqueuse à l’âge de la ménopause,
  • Prédisposition génétique. La pathologie de l'endomètre à la ménopause est plus susceptible de se produire chez celles dont les ancêtres dans la lignée féminine étaient malades,
  • Échec immunitaire. Cela réside dans le fait que les composants protecteurs produits par le corps perçoivent la muqueuse utérine comme un tissu étranger. Cela oblige ces derniers à produire leur propre espèce.

La présence de fibromes, la mastopathie peuvent également stimuler l'apparition de l'adénomyose.

Signes de maladie

L'hyperplasie de l'endomètre dans les symptômes post-ménopausiques montre une différence légèrement différente de celle observée chez les jeunes femmes ayant le même diagnostic. Cela est dû aux différences d'équilibre hormonal. L'adénomyose se manifeste:

  • Saignement soudain qui peut être un barbou ou intense. Il est impossible de les confondre avec la menstruation. Au stade décrit, la fonction ovarienne s'est finalement éteinte. Cependant, une hyperplasie de l'endomètre à la ménopause sans écoulement se produit également,
  • Douleurs abdominales, tirant le caractère,
  • Augmentation de la fatigue et de l'irritabilité,
  • Maux de tête

Certains peuvent parfois avoir une forte soif déraisonnable (en raison de sucre dans le sang), à prendre du poids. Et parfois, l'hyperplasie de l'endomètre à la ménopause ne montre aucun symptôme, ne se manifestant que lors d'un examen de routine. C'est pourquoi il est important de surveiller l'état des organes de reproduction même lorsque leurs fonctions principales ont déjà été remplies.

Quand avez-vous besoin de vous inquiéter?

Les experts identifient le diagnostic "d'adénomyose" et établissent son apparence. À cette fin, des méthodes matérielles ont été créées, la principale étant l’échographie. Il se tient annuellement et en l'absence de problèmes. Il existe un indicateur tel que l'épaisseur de l'endomètre, dans la maladie post-ménopausique, son taux est de 4-5 mm, pas plus. À ce stade, il s’atrophie car il n’ya plus de changements répétés dans la membrane muqueuse. L'adhérence de certaines parties de l'utérus, l'apparition de liquide dans la cavité due au rétrécissement partiel du canal du col de l'utérus sont également acceptables.

La norme de l'endomètre à la ménopause comprend également l'évaluation de sa structure par un spécialiste. S'il y a des changements qui ne s'emboîtent pas avec l'âge, leur caractère est déterminé.

L'épaisseur de l'endomètre avec une ménopause de 6-7 mm est une raison pour une observation plus attentive. Une femme devra faire une échographie après 3 mois et six mois plus tard.

L'épaisseur de l'endomètre à la ménopause est désignée comme telle, allant de 8 mm. Dans ce cas, l'indicateur entraîne le grattage et l'analyse du matériau obtenu. Et si elle fait 10-15 mm, un examen histologique deviendra nécessaire.

Le mucus dans l'utérus à l'échographie pendant la ménopause doit être envisagé conjointement avec d'autres symptômes. S'il y a une douleur et un écoulement du sang, ce n'est pas simplement le résultat d'une atrophie naturelle de l'organe, mais un signe d'inflammation, de changements hypertrophiques de la membrane.

Se débarrasser de l'adénomyose à la ménopause

Le traitement de l'hyperplasie de l'endomètre à la ménopause est déterminé par le type et la prévalence de la pathologie, ainsi que par la durée du cours. Il existe plusieurs possibilités d’élimination, les méthodes à domicile pouvant être utilisées en complément.

Le médecin doit choisir les méthodes de traitement, l’activité amateur entraînant une augmentation des symptômes et une négligence de la maladie. Cela met la vie en danger, car certains types d'adénomyose peuvent se transformer en cancer.

Même en l'absence de symptômes, il sera nécessaire ultérieurement de surveiller l'état de l'endomètre lors des visites chez le médecin.

Médicaments pour l'adénomyose

L'hyperplasie de l'endomètre dans le traitement de la ménopause sans chirurgie ne peut être qu'en l'absence de polypes fibreux. La pharmacothérapie est l’effet des hormones sur l’effet de réduire l’effet sur la muqueuse utérine de l’œstrogène. Les outils suivants sont utilisés:

  • Mégestrol acétate,
  • La médroxyprogestérone,
  • Le caproate d'hydroxyprogestérone,
  • Noréthistérone,
  • La goséréline.
  • Busérelin,
  • Zoladex
  • La diféréline,
  • Danazol
  • Gestrinon.

L'hyperplasie postménopausique est traitée avec une réception obligatoire

  • Ursosana, Phosphogliv, Essentiale pour restaurer le foie,
  • Héparine, hépatrombine pour empêcher la coagulation du sang.

Les progestatifs et les agonistes des hormones libérant des gonadotrophines, ainsi que des antigonadotrophines, prennent entre 3 et 6 mois, surveillant en permanence l’échographie de l’état de l’endomètre.

Parfois, un traitement médicamenteux est utilisé avant la chirurgie pour réduire les foyers d'adénomyose. L'intervention dans ce cas sera la moins traumatisante.

Nous vous recommandons de lire un article sur les femmes ménopausées. Vous apprendrez les manifestations de cette maladie, en particulier les sécrétions, l'extinction de la fonction de reproduction, le besoin de médicaments.

Quand ne pas faire sans traitement chirurgical?

Le traitement de l'hyperplasie de l'endomètre postménopausique est plus souvent chirurgical, en particulier lorsqu'il se reproduit ou lorsqu'il existe des conditions préalables au cancer. Les cellules atypiques trouvées dans l'organe, un besoin direct d'être opéré. La chirurgie peut inclure:

  • En curetage. Le curetage ménopause est recommandé pour les muqueuses d’une épaisseur de 10 mm. C'est aussi très instructif pour le diagnostic. Le médecin enlève la couche supérieure du mucus avec toutes les excroissances, en le faisant sous anesthésie intraveineuse. L'opération dure 20-30 minutes
  • En cautérisation. Cette méthode est appropriée pour la propagation focale. Les zones d'adénomyose traitées au laser. Ils s'effondrent et sont enlevés plus tard de leur propre chef,
  • En cryodestruction. La méthode est similaire à la cautérisation, mais ici, ils utilisent non pas des températures élevées, mais des températures basses. Les zones pathologiques meurent et quittent également l'utérus,
  • Dans l'hystérectomie. À haut risque de développer un cancer, c'est-à-dire des types compliqués d'hyperplasie atypique, l'utérus est retiré. À la ménopause tardive, une menace similaire peut peser sur les ovaires. Et parce qu'à cet âge, l'opération capte tous les appendices de l'utérus.

Est-ce que les moyens populaires?

Le traitement de l'hyperplasie de l'endomètre dans les remèdes populaires postménopausiques ne doit pas être pris comme base. En complément, vous pouvez utiliser:

  • Un mélange de jus de racine de bardane et de moustache dorée. Prenez des proportions égales et prenez 1 cuillère à soupe. deux fois par jour
  • Teinture alcool d'ortie. Pour 200 g d'herbe, vous avez besoin de 500 ml de liquide. Insister 3 semaines dans le noir, boire 1 c. le matin et avant le coucher.

Le premier de la liste devrait être les examens réguliers effectués par un gynécologue, malgré l’excellent état de santé.

Manifestations d'hyperplasie de l'endomètre avant, après et ménopause, diagnostic et traitement de la maladie

La période climatérique chez la femme est une période où le nombre et la proportion d'hormones sexuelles, qui lui ont procuré un assez bon état de santé, varient énormément. Maintenant, elle doit être particulièrement vigilante quant à sa santé et aux changements brefs qui surviennent chez les jeunes et qui ne suscitent aucune inquiétude.

Il s’agit surtout de la menstruation: leur renforcement, leur apparition après une longue pause ou la situation où ils se répètent deux fois par mois est dangereux. Cela peut être la manifestation de l'hyperplasie de l'endomètre pendant la ménopause, une maladie qui peut «dégénérer» en cancer sans traitement approprié. Les femmes qui ont eu des règles abondantes, des fibromes utérins, une endométriose ou une tumeur au sein sont particulièrement exposées.

Qu'est-ce que l'hyperplasie de l'endomètre?

Le terme «hyperplasie» fait référence à une augmentation de l'épaisseur du tissu (dans ce cas, de l'endomètre) en raison de la formation excessive de ses cellules constitutives.

Endometrium est appelé la paroi interne de l'utérus, qui est conçu pour garantir que l'embryon apparaisse comme une condition de la nutrition et du développement.

La principale responsabilité pour fournir des nutriments au fœtus est la couche interne fonctionnelle de l’endomètre. Avant le début de la ménopause, il est soumis aux changements suivants tous les mois:

  1. Immédiatement après la fin de la menstruation, il est très fin - jusqu’à 1 mm.
  2. Avant la libération d'un œuf mature, les hormones principales sont les œstrogènes. Ils provoquent une hypertrophie naturelle de la membrane muqueuse - une augmentation du volume de ses cellules. L'épaisseur de cette membrane utérine doit être de 4-5 mm.
  3. Dans l’espoir de féconder l’œuf dans l’ovaire, un corps jaune se forme - un organe endocrinien temporaire sécrétant de la progestérone dans le sang. Cette hormone "commande" à l'endomètre d'augmenter de volume, à ses glandes d'acquérir une forme tortueuse et de commencer à produire un liquide clair. Des excroissances spécifiques sur les cellules supérieures de cette couche - les cils - «scintillent» activement, contribuant à la promotion d'un œuf fécondé. L'épaisseur de la zone utérine fonctionnelle ici - jusqu'à 8 mm.
  4. Si la conception n'a pas eu lieu, ce que l'endomètre «apprend» par l'absence d'augmentation de la gonadotrophine et de la progestérone chorioniques, il s'amincit, il contient des zones d'hémorragies et de nécroses, et bientôt il exfolie complètement - la menstruation se produit.

La couche basale inférieure de l'endomètre est presque inchangée. Mais cela donne naissance à de nouvelles cellules de la couche fonctionnelle, au lieu de cellules exfoliées.

À la ménopause, le besoin de maturation des œufs disparaît, les niveaux d'hormones sexuelles sont réduits, les cycles menstruels disparaissent. La couche endométriale fonctionnelle devrait progressivement s'atrophier, disparaissant presque complètement à la ménopause.

Mais s'il y a une augmentation du niveau d'œstrogènes dans le corps et que les progestérones cessent d'avoir un effet inhibiteur, la «zone de travail» s'agrandit de plus en plus. Souvent, de telles situations se produisent bien avant l’apparition de la ménopause; par conséquent, l’hyperplasie de l’endomètre est courante pendant la période préménopausique.

Causes de l'hyperplasie de l'endomètre

Cette maladie est enregistrée chez plus de 15% des femmes. Ses causes sont les conditions dans lesquelles le niveau d'œstrogène dans le sang augmente:

  • l'obésité (les cellules adipeuses peuvent convertir la testostérone, une hormone masculine, en œstrogènes),
  • tekomatoz - prolifération des tissus ovariens fonctionnels, qui survient souvent chez les femmes de plus de 40 ans en raison d'un déséquilibre des hormones de «commande» produites par le système hypothalamo-hypophysaire,
  • tumeurs ovariennes produisant de l'œstrogène,
  • les maladies hépatiques, dans lesquelles le niveau de protéines dans le sang diminue (c'est le foie qui les produit), qui lient les œstrogènes et les empêchent d'interagir avec les récepteurs,
  • maladies des glandes surrénales, dans lesquelles le niveau d'oestrogène augmente,
  • augmentation du taux d'insuline dans le diabète sucré, ce qui augmente le tissu de travail des ovaires,
  • prendre des médicaments avec des œstrogènes,
  • prédisposition génétique à l'augmentation de la production d'œstrogènes,
  • manipulation fréquente de l'utérus (avortement, curetage) conduisant au remplacement du tissu conjonctif épithélial normal. En raison de la diminution du volume des tissus fonctionnels, l'endomètre réagit moins bien aux commandes de la progestérone.

L'hyperplasie de l'endomètre n'est pas toujours causée par une augmentation de la quantité absolue d'oestrogènes: la durée de l'effet de l'oestrogène sur la muqueuse utérine est plus importante. À savoir, lors de la ménopause et de la préménopause, une situation survient lorsque, en raison de cycles anovulatoires (sans ovulation), leur première phase est étendue et qu'un faible taux de progestérone ne permet pas de transformer l'endomètre en glandes sécrétantes.

La maladie se manifeste le plus souvent lors de la périménopause - la période allant de la préménopause à la ménopause (en fait, la ménopause). L'hyperplasie de l'endomètre postménopausique est rare.

Les fibromes, les fibromes utérins, l'endométriose et la mastopathie, même lorsqu'ils sont guéris, ne sont pas des causes de pathologie, mais des indicateurs indiquant qu'une femme a un risque élevé de développer une hyperplasie chez les femmes en périménopause.

Une autre condition indicative est une ménopause plus précoce (plus de 45 ans). Toutes ces femmes doivent subir des examens gynécologiques préventifs deux fois par an et une échographie des organes de la reproduction - une fois par an.

Classification des maladies

Sur la base de la division de la pathologie en espèces en fonction de la structure histologique, le gynécologue choisit le traitement de l'hyperplasie de l'endomètre pendant la ménopause. Donc, il y a 5 types de pathologie:

  1. Hyperplasie glandulaire. Caractérisé par la prolifération des glandes endométriales. Ils deviennent tortueux, mais ne se bouchent pas, soulignant leur secret dans la lumière de l'utérus. Ce type a le cours le plus bénin et le bon pronostic.
  2. Type kystique Dans ce cas, les glandes ne grossissent pas beaucoup, mais elles se bouchent et forment des kystes. Forme beaucoup plus maligne que la précédente.
  3. Hyperplasie kystique glandulaire. Dans ce cas, les glandes se développent et leurs canaux excréteurs sont obstrués. Peut donner lieu à un cancer dans 5% des cas.
  4. Forme focale de pathologie. L'endomètre se dilate et ne change que sur un ou plusieurs sites de l'utérus, sous forme de polypes.
  5. Type atypique. La forme la plus maligne (cancer se développe dans 60% des cas), attribuable au précancéreux.

Comment se manifeste la pathologie à la ménopause?

Les symptômes de l'hyperplasie de l'endomètre à la ménopause ne sont pas très différents de ceux qui indiquent cette pathologie après l'absence de menstruation pendant 12 mois. Les principales sont les pertes vaginales sanglantes. Ils sont soit abondants soit rares, mais leur apparition après un manque de menstruation ou, au contraire, leur apparition deux fois par mois, peuvent indiquer une maladie.

Les saignements sont souvent accompagnés de crampes douloureuses au bas de l'abdomen. Très rarement, l'hyperplasie de l'endomètre se produit sans écoulement - uniquement en cas de douleur ou de symptômes «courants» tels que maux de tête, insomnie, prise de poids, diminution des performances, soif et irritabilité particulière.

En préménopause, la présence de la maladie peut être suspectée pour les motifs suivants:

  • la menstruation est devenue douloureuse
  • le cycle est devenu irrégulier
  • apparition de saignements deux fois par cycle
  • il y avait un délai avant les menstruations mensuelles prévues, puis un saignement abondant a commencé,
  • le flux menstruel avec un cycle régulier est devenu abondant,
  • "Mensuel" dure 10-14 jours.

Comment est le diagnostic?

Le gynécologue établit le diagnostic d’hyperplasie de l’endomètre sur la base d’examens instrumentaux, prescrits par le spécialiste sur la base des plaintes de la femme ou de données de colposcopie, lorsque le médecin peut détecter des formations semblables à un polype.

L'une des principales méthodes de diagnostic est une échographie de l'utérus, réalisée par une sonde transvaginale. Si elle révèle que l'épaisseur du M-écho (endomètre) est de 6–7 mm à la ménopause, une hystéroscopie est prescrite - un examen de la cavité utérine à l'aide d'un équipement endoscopique. Au cours de cette procédure, réalisée sous anesthésie générale, il est possible de prendre plusieurs zones de l'endomètre pour un examen histologique.

Si, à la ménopause, M-écho est de 8 mm et plus, un curetage diagnostique de l'hyperplasie de l'endomètre est réalisé pour exclure le cancer. Il est également pratiqué sous anesthésie générale et constitue à la fois une procédure thérapeutique et diagnostique, permettant à la fois d'arrêter les saignements abondants et d'examiner complètement l'endomètre «raclé» au microscope.

Épaississement de l'endomètre de plus de 10 mm - une indication pour un curetage séparé et l'étude de l'utérus avec du phosphore radioactif. Lorsqu'il est introduit dans une veine, il migre vers les voies endométriales «insalubres» (où les cellules sont modifiées), où il s'accumule. Pour l'examen histologique, ce sont ces zones qui sont prises.

Tactique thérapeutique

Le traitement de la maladie dépend de son type histologique (glandulaire, kystique, etc.), de l'âge de la femme, de la concentration de ses hormones sexuelles dans le sang, de la présence d'un cancer du sein.

Il est prudent de prescrire divers types d'hormones et de les rendre opérationnelles - en éliminant les zones envahies par la végétation, en les grattant ou en supprimant l'utérus.

Femmes 40-45 ans

À l'âge où il y a encore des règles, la tactique de traitement suivante est appliquée:

  1. Si une quantité accrue d'œstrogènes est détectée, il n'y a pas de cancer du sein et il n'y a pas de cellules atypiques (anormales, précancéreuses ou cancéreuses) dans l'endomètre hyperplasique, les contraceptifs oraux (Regulon, Novinet) sont prescrits pour une durée de 3 mois. En l'absence d'effet, un traitement chirurgical est effectué - brûlage au laser de foyers envahis par la végétation (ablation au laser) ou curetage.
  2. Si, en plus d’une quantité accrue d’œstrogènes, des cellules précancéreuses (atypiques) se trouvent dans la couche fonctionnelle de l’utérus, des contraceptifs oraux sont prescrits à des fins thérapeutiques ou un système intra-utérin de type Mirena est mis en place. Le cours dure 3 mois, après quoi un traitement chirurgical est effectué. Dans certains cas, même la question de l'ablation de l'utérus est considérée.
  3. Si un examen histologique révèle un cancer, il est traité par chimiothérapie, radiothérapie et traitement chirurgical. Après cela, les hormones sont prescrites, comme si elles créaient des cycles menstruels naturels et maintenaient le métabolisme de la femme à un niveau suffisant à cet âge.

Les bons résultats sur l'hyperplasie de l'endomètre avant la ménopause sont dus à Duphaston. Ce médicament à base de progestérone bloque les effets de l'œstrogène sur l'endomètre, en arrêtant sa croissance. Tout en prenant ce médicament peut sang intermenstruel.

Principes de traitement des femmes âgées de 46 à 52 ans en ménopause

Le traitement vise à atteindre deux objectifs principaux: arrêter le saignement et empêcher son renouvellement. Pour la mise en œuvre du premier paragraphe, effectuez un curetage, une ablation diathermique ou au laser, après quoi des médicaments hémostatiques sont prescrits: Ditsinon, Chlorure de calcium, Gluconate de calcium.

La prévention des saignements récurrents est réalisée à l'aide de l'un des types d'hormones:

  • contraceptifs oraux combinés
  • антагонистов гонадотропин-рилизинг-фактора (Бусерелин, Госерелин и другие),
  • parfois - analogues de progestérone synthétiques (Duphaston, Norkolut).

Thérapie postménopausique

Le traitement de l'hyperplasie de l'endomètre chez les patientes ménopausées en l'absence de cellules atypiques dans l'endomètre est effectué par des méthodes chirurgicales: ablation au laser, curetage. Après la chirurgie, un traitement hormonal substitutif est effectué, le dispositif intra-utérin peut être placé.

Si des cellules atypiques sont détectées chez les femmes ménopausées de l'endomètre, un traitement chirurgical est suivi d'une chimiothérapie ou d'une radiothérapie.

Hyperplasie de l’endomètre à la ménopause: traitement, symptômes, types

L'hyperplasie de l'endomètre est un changement et une prolifération pathologiques hormono-dépendants de la muqueuse utérine.

L'hyperplasie est un processus de prolifération provoqué par une reproduction anormale des cellules des glandes utérines et, dans une moindre mesure, des cellules du tissu conjonctif (stroma) de l'endomètre.

Il est important de comprendre que l'hyperplasie de la muqueuse utérine n'est pas un problème local, mais une perturbation du travail de tout l'organisme.

L'hyperplasie de l'endomètre périménopause touche jusqu'à 50% des femmes. L'incidence maximale est au début de la période post-ménopausique. Le développement du cancer de l'endomètre chez les femmes âgées dans 80% des cas est dû à la malignité de l'hyperplasie endométriale récurrente de l'utérus pendant la ménopause. C'est pourquoi cette maladie nécessite un diagnostic rapide et un traitement adéquat.

Endomètre: structure, hyperplasie

Le «coupable» direct de l'hyperplasie typique de l'endomètre est un déséquilibre hormonal: l'effet dominant sur la muqueuse utérine de l'œstrogène dans le contexte d'un déficit en progestérone.

Pourquoi l'endomètre est-il important et quelle est l'hyperplasie?

La muqueuse utérine, représentée par l'endomètre, est nécessaire pour prévenir les dommages et l'adhésion des parois de l'organe, ainsi que la rétention et la nutrition du fœtus pendant la grossesse. La structure de cette partie de l'utérus est représentée par les couches externe et interne, également appelées fonctionnelle et basale, respectivement.

En âge de procréer, la couche endométriale fonctionnelle s'exfolie lors des saignements menstruels. Suite à cela, une nouvelle couche fonctionnelle est formée à partir de cellules basales en développement.

À la ménopause, l'endomètre ne remplit qu'une fonction protectrice. Ses changements atrophiques progressent progressivement - le volume total diminue, l'épaisseur diminue.

Faites attention! Si plus tôt avant le début des saignements menstruels, l'épaisseur de la couche d'endomètre atteignait 18 millimètres, puis pendant la ménopause, cette valeur est d'environ 5 mm.

Un spécialiste devrait être traité à des fins préventives.

Ces changements sont la norme de la physiologie féminine. Mais dans certains cas, l’épaisseur de la chaussée augmentera. Ce phénomène s'appelle l'hyperplasie. Une telle affection peut entraîner de nombreuses complications. Il est donc important de consulter régulièrement le gynécologue, même pendant la ménopause, afin de diagnostiquer rapidement et de définir un traitement rationnel pour la correction thérapeutique.

Formes possibles de l'hyperplasie

Selon la classification histologique, l'hyperplasie de l'endomètre pendant la ménopause peut être de l'un des types suivants:

  1. Ferrugineux. Dans ce cas, une augmentation de l'épaisseur de la couche de revêtement de l'endomètre se produit en raison de la prolifération des cellules glandulaires. La croissance de la couche endométriale est observée dans la direction du myomètre.
  2. Kystique. Les cellules épithéliales ferment les canaux excréteurs des glandes, ce qui augmente leur volume avec la formation de cavités kystiques. Cette forme de pathologie peut être le point de départ de la malignité - transformation maligne.
  3. Basal. C'est une forme rare de pathologie. Manifesté par une prolifération excessive de cellules de la couche basale de l'épithélium.
  4. Polypes ou focale. Les excroissances sont formées à partir de cellules glandulaires, sur le lieu de formation desquelles se développe l'endomètre.
  5. Atypique. Cette forme d'hyperplasie pendant la ménopause est assez rare, mais est la plus dangereuse. Cela est dû au risque élevé de transformation du cancer.

Classification clinique (comme recommandé par l'OMS):

  • Simple sans atypie. Augmenter le nombre d'éléments stromaux et glandulaires sans restructurer la couche muqueuse de l'utérus.
  • Difficile sans atypie. Il y a une réorganisation structurelle (changement de localisation, de forme et de taille des glandes endométriales) sans activation de la mitose.
  • Simple atypique. Une activité mitotique accrue des cellules sans changements structurels.
  • Difficile atypique. Une réorganisation structurelle des cellules se produit et leur activité mitotique augmente.

Sur la base de la classification clinique, un diagnostic est établi et une stratégie de traitement est déterminée.

Étiologie des changements hyperplasiques pendant la ménopause

À la ménopause, les facteurs suivants peuvent entraîner une hyperplasie de la couche endométriale:

  1. Les fluctuations des taux d'hormones sont un facteur déterminant de l'activation des processus hyperplasiques. L'hyperplasie se produit avec une teneur élevée en œstrogène dans le sang. La concentration de ces hormones dans le sang est contrôlée par la progestérone, qui inhibe leur synthèse. Cependant, à la ménopause, la synthèse des deux types d'hormones diminue. L'hyperplasie à la ménopause est déclenchée par une violation du ratio œstrogène et progestérone en faveur du premier.
  2. Traitement hormonal substitutif incontrôlé. De nombreux remèdes contre les symptômes de la ménopause ne sont pas aussi sûrs qu’ils apparaissent à première vue. Même les plantes médicinales peuvent provoquer une prolifération cellulaire excessive.
  3. Pathologie du système endocrinien. La perturbation du système endocrinien (thyroïde, les glandes surrénales) peut provoquer une croissance anormale des cellules de l'endomètre en raison de l'effet stimulant des hormones sur le taux d'œstrogènes dans le sang.
  4. Troubles métaboliques. En cas d'excès de tissu adipeux dans le corps, on observe un excès des taux normaux d'œstrogènes, ce qui conduit à une hyperplasie. Le surpoids est donc un facteur de risque important de changements hyperplasiques.
  5. L'affaiblissement de l'immunité, provoquant une inflammation de l'utérus et de ses annexes, peut conduire à des processus hyperplasiques. Le développement de l'hyperplasie sur le fond de l'endométrite chronique conduit et l'infection par des infections sexuellement transmissibles.
  6. Lésions traumatiques de l'utérus, y compris la chirurgie.
  7. Prédisposition héréditaire

Quels sont les signes de l'hyperplasie?

En présence de modifications hyperplasiques, les symptômes cliniques sont généralement absents. S'il y a une hyperplasie de l'endomètre chez les femmes non ménopausées (c'est-à-dire qu'il y a encore des saignements menstruels), cela peut entraîner des fluctuations dans la durée du cycle, il est également possible qu'un saignement se produise dans l'intervalle entre les règles. La douleur pendant la menstruation augmente, le saignement est plus abondant et prolongé.

Hyperplasie de l’endomètre à la ménopause sans sécrétions est détectée uniquement lors des examens préventifs. À la ménopause, la confirmation indirecte de processus hyperplasiques peut être la reprise de la menstruation après une pause d'un an.

L'hyperplasie de l'endomètre postménopausique peut provoquer l'apparition de sécrétions pathologiques contenant des impuretés sanguines. Les changements hyperplasiques au cours de cette période sont particulièrement dangereux, car la défense immunitaire est affaiblie, le risque d’aggravation des pathologies chroniques et de transformation maligne est élevé.

À tout âge, l'hyperplasie de l'endomètre peut entraîner des saignements utérins. En préménopause, une telle complication est souvent le résultat d'une menstruation longue et abondante.

C'est important! Le risque d'hyperplasie est accru dans ces catégories de patients: surpoids, mastopathie, myome, diabète, hypertension, pathologies du foie dans l'histoire.

Comment diagnostique-t-on l'hyperplasie de l'endomètre?

Les méthodes suivantes sont incluses dans la gamme de méthodes de diagnostic informatives:

  1. Échographie transvaginale. Vous permet d'identifier l'épaisseur de la muqueuse endométriale. Dans le cas où l'épaisseur est déterminée de 5 à 8 mm chez la femme ménopausée, pendant six mois, l'étude doit être répétée 2 ou 3 fois. Si l'épaisseur est déterminée entre 8 et 10 mm ou plus, des mesures de correction sont affectées en fonction de la forme du processus pathologique et des caractéristiques individuelles du cas clinique.
    1. Le critère principal de l'hyperplasie de l'endomètre postménopausique est une augmentation de l'écho M supérieure à 5 mm. Chez les femmes qui ont leurs règles avant la ménopause, l'épaisseur de l'écho-M au 5-7ème jour du cycle ne doit pas dépasser 18 mm.
  2. Hystéroscopie. Vous permet d'évaluer visuellement l'état de l'endomètre, d'assumer le type d'hyperplasie, d'identifier les comorbidités.
  3. Curetage diagnostique. Au cours de cette procédure, une partie de la couche endométriale est retirée, après quoi des spécialistes étudient ses caractéristiques histologiques. Vous permet de déterminer le type d'hyperplasie, d'identifier les modifications précancéreuses.
  4. Biopsie. Cette méthode de diagnostic convient aux formes diffuses de pathologie. Le biomatériau est collecté à l'aide d'un tuyau - un tube spécial avec un piston.
  5. Radiographie de l'utérus avec implication de contraste. La méthode permet de déterminer les changements dans la structure de la muqueuse endométriale de l'organe.

Traitement médicamenteux

Si le processus pathologique est identifié à temps, il n’ya pas d’atypie cellulaire, alors l’administration la plus rationnelle des médicaments. Le médecin prescrit des médicaments hormonaux:

  • Agonistes de la gonadolibérine.
  • Médicaments à base de progestérone.

La durée du traitement est de 6 mois ou plus. Les médicaments doivent être pris uniquement sur rendez-vous chez le médecin.

Il est important de surveiller régulièrement l’épaisseur de la couche endométriale à l’aide d’ultrasons pour déterminer la nécessité d’un ajustement de la posologie.

Surveillance de l'efficacité du traitement:

  • Échographie.
  • Biopsie par aspiration de l'endomètre.
  • Hystéroscopie avec curetage diagnostique séparé.

Le moment du contrôle dépend de la forme de la pathologie.

Un traitement médicamenteux est également effectué avant une intervention chirurgicale afin de réduire son traumatisme et d’accélérer sa guérison. Dans certains cas, les hormones sont prescrites après la chirurgie.

Correction chirurgicale

Il faut dans de tels cas:

  • récurrence de la pathologie après traitement médicamenteux,
  • détection de polypes
  • détection d'atypie cellulaire.
  • saignements utérins,
  • combinaison avec adénomyose, myome utérin,
  • la présence de contre-indications à l'hormonothérapie.

Le traitement chirurgical implique l’utilisation de l’une des méthodes suivantes:

  1. Raclage ou curetage. Rationnellement, si nécessaire, enlevez la surface de la doublure dont l’épaisseur est supérieure à 10 mm. L'intervention est réalisée sous anesthésie ou sous anesthésie locale, sa durée est d'environ 30 minutes.
  2. Ablation de l'endomètre. Il est utilisé en cas de modifications hyperplasiques focales. Des techniques telles que la cryodestruction, la diathermocoagulation, la destruction par laser sont utilisées.
  3. L'hystérectomie, c'est-à-dire l'ablation de l'utérus. Il est conseillé dans le cas d'atypie cellulaire et un risque élevé de malignité, avec une lésion organique importante, associée à un myome, une adénomyose.
  4. Extirpation de l'utérus avec appendices - indiquée dans la pathologie récurrente post-ménopausique.

Mesures préventives pour réduire le risque d'hyperplasie pendant la ménopause

Le point de prévention le plus important est une visite régulière chez le gynécologue. Cela laisse le temps d'identifier les changements initiaux dans la structure de l'endomètre et de prendre des mesures rationnelles pour les corriger. Le contrôle de l'état de la structure de l'utérus et des appendices est effectué par ultrasons. En outre, les femmes ménopausées sont recommandées:

  • manger sainement en mangeant des aliments sains - fruits, légumes, céréales,
  • inclure dans le régime alimentaire des tomates, des ananas, de l'huile d'olive et d'autres produits réduisant le risque de cancer,
  • limiter la consommation de produits laitiers (dans des limites raisonnables) et de boissons à base de bière, car elles sont des sources d'œstrogènes,
  • optimisez le stress physique sur le corps - ne surchargez pas, détendez-vous, allez à la piscine, faites du yoga, faites des choses qui seront bonnes pour le corps et l'esprit,
  • Avant de prendre des médicaments, y compris des plantes médicinales, vous devriez consulter un spécialiste,
  • faire attention au traitement opportun des pathologies chroniques.

Après avoir lu le concept d'hyperplasie de l'endomètre, sachant ce qu'il en est lors de la ménopause, on peut se faire une idée du danger de cette affection et de l'importance d'une prévention en temps opportun. Un diagnostic précoce vous permettra de choisir le traitement le plus bénin, ce qui est important pour le maintien de l’équilibre de la santé de la femme pendant la ménopause.

Plus d'informations sur les idées modernes sur cette pathologie peuvent être trouvées dans la vidéo.

Qu'est-ce que la ménopause et quand survient-elle?

La ménopause est une période de 12 mois après le dernier écoulement périodique naturel chez les femmes, survenant entre 45 et 55 ans. Elle est causée par l'épuisement de la réserve folliculaire. Si la ménopause survient avant l'âge de 40 ans, ce processus s'appelle le syndrome d'épuisement ovarien. Certaines femmes ont une ménopause tardive après 55 ans.

Il y a des cas où la pause est provoquée artificiellement. Dans ce cas, la femme cesse d'avoir ses règles en raison d'une ablation chirurgicale des ovaires, d'une chimiothérapie ou de médicaments.

Pendant la ménopause, le corps de la femme change. Les changements causés par un manque d'hormones, des changements dans le fonctionnement des ovaires. C'est à cette période que le risque de développer de nombreuses pathologies gynécologiques, telles que le cancer de l'utérus, l'hyperplasie de l'endomètre, augmente.

Informations générales sur la maladie

Le terme "hyperplasie" des médecins implique la croissance des tissus. Il se pose en raison de la production excessive de cellules. L'endomètre est la paroi interne de l'utérus. Il fournit au fœtus les conditions optimales pour un développement complet. Chaque cycle menstruel, l'épaisseur de l'endomètre varie. La couche la plus mince se situe immédiatement après la fin des menstruations. Au cours de l'ovulation, l'endomètre s'épaissit jusqu'à 8 mm sous l'influence de l'hormone œstrogène. Si la conception n'a pas eu lieu, le niveau d'hormones diminue en raison de la production de progestérone, les muqueuses internes de l'organe sont épuisées, la cellule œuf quitte le corps - la menstruation commence.

Pendant la ménopause, les hormones sont perturbées. Sous l'influence de taux élevés d'œstrogènes, l'endomètre augmente de volume. En raison du niveau réduit de progestérone, ce processus ne s'arrête pas. Dans la plupart des cas, la croissance de l'endomètre est caractérisée par une préménopause. En effet, malgré la présence d'un écoulement mensuel dans le corps d'une femme, des modifications liées à l'âge se produisent, accompagnées de modifications du fond hormonal.

Normes endométriales

Pendant la ménopause, l'endomètre s'amincit. Son épaisseur varie dans les 5 mm. C'est cet indicateur que les médecins considèrent comme normal. Parfois, la croissance de l'endomètre à la ménopause atteint 7 à 8 millimètres. Cet indicateur indique un début possible du processus pathologique, mais n'est pas encore classé comme hyperplasie. Pour certains patients, une épaisseur de tissu de 7 à 8 millimètres est la norme. Mais les médecins recommandent de subir périodiquement des ultrasons (tous les 3 à 6 mois) pour exercer un contrôle dynamique sur la croissance des tissus.

Si l'épaisseur de l'endomètre atteint plus de 8 mm, les gynécologues recommandent de cureter le patient. Il est nécessaire de confirmer le développement du processus pathologique, d'étudier la structure des tissus et de prescrire un traitement.

Classification des maladies

Il existe plusieurs types d'hyperplasie de l'endomètre. Ils diffèrent dans le sens de la croissance des tissus:

  1. L'hyperplasie glandulaire de l'endomètre est diagnostiquée si la couche de la muqueuse interne de l'utérus augmente en raison de la modification des glandes qui y sont localisées. L'augmentation de volume se produit dans la direction des muscles de l'organe.
  2. Forme kystique. Des formations kystiques commencent à se former dans la cavité du revêtement. Ce type de pathologie est dangereux car les cellules produites par un excès d’hormones peuvent se transformer en cellules malignes.
  3. Hyperplasie basale. Pendant la ménopause, cette forme de la maladie est rarement diagnostiquée. Au cours de son développement, on observe une augmentation de l'épaisseur de la couche basale de l'utérus.
  4. Forme focale. L'épaisseur de la membrane augmente irrégulièrement, formant des excroissances (polypes) sur les parois de l'utérus.
  5. Hyperplasie atypique. Avec climax, ce type de pathologie est rare. C'est la plus dangereuse de toutes les manifestations de la maladie, car elle se transforme rapidement en cancer de l'utérus. Si la forme atypique d'hyperplasie de l'endomètre a été confirmée, les médecins retirent l'organe.

Le plus souvent, la ménopause est diagnostiquée avec une forme glandulaire et kystique de la maladie. Les principales raisons du développement de ces types de pathologies sont les défaillances hormonales.

Causes de l'hyperplasie pendant la ménopause

L'hyperplasie de l'endomètre à la ménopause est causée par plusieurs facteurs. Dans la plupart des cas, ils commencent à se former avant l’apparition de la ménopause (préménopause).

  1. Échec hormonal. C'est la cause la plus fréquente de pathologie. Chez les femmes après 45 ans, il y a une diminution de la production de progestérone et une augmentation du taux d'œstrogènes. Такой дисбаланс провоцирует видоизменение оболочки матки.
  2. Нарушение обмена веществ. С возрастом у большинства женщин появляется проблема лишнего веса. Les tissus adipeux provoquent la production d'œstrogènes, ce qui aggrave l'insuffisance hormonale qui se manifeste pendant la ménopause.
  3. Dysfonctionnement du système endocrinien. Pour cette raison, l'hyperplasie de l'endomètre est souvent observée chez les femmes ménopausées.
  4. Invasion fréquente de l'utérus (chirurgie gynécologique). En raison de la fréquente action mécanique, les récepteurs membranaires ne répondent plus aux niveaux de progestérone. Plus une femme ayant subi un avortement ou un curetage devait endurer, plus la probabilité de développement de GÉG était grande pendant la période climatique.
  5. Prédisposition à la pathologie au niveau génétique. Les médecins confirment que cette maladie est plus souvent diagnostiquée chez les patients dont les proches avaient le même problème.

En outre, la croissance des membranes muqueuses est observée dans le contexte des fibromes et de la mastopathie. Dans certains cas, la pathologie d'un dysfonctionnement du système immunitaire peut être provoquée.

Les symptômes de l'hyperplasie de l'endomètre postménopausique se manifestent individuellement. Le principal symptôme d'un processus pathologique hyperplasique est un écoulement sanguinolent. Mais ils ne sont pas observés chez tous les patients. Parfois, l'épaississement de la coquille se produit sans décharge. Les autres manifestations de la maladie comprennent:

  1. Menstruation très douloureuse. Dans ce cas, la douleur est spastique.
  2. Cycle menstruel irrégulier. Parfois, des taches apparaissent deux fois par mois.
  3. Périodes abondantes et prolongées (10-14 jours).

Parfois, les symptômes de l'hyperplasie de l'endomètre de l'utérus sont accompagnés de malaise général, d'insomnie, de migraine, de diminution des performances et d'irritabilité. Une femme a une soif intense.

Comment diagnostiquer

Dans la plupart des cas, un gynécologue diagnostique une suspicion d'hyperplasie de l'endomètre, à laquelle une femme se plaint de menstruations douloureuses ou irrégulières. Il existe plusieurs méthodes pour diagnostiquer la maladie:

  1. Échographie. Si, au cours de cette étude diagnostique, l'épaisseur de la couche endométriale est de 7 à 8 mm, le gynécologue vous prescrira un examen supplémentaire.
  2. Hystéroscopie. Au cours de la procédure, le médecin procède à une inspection visuelle de la cavité utérine à l'aide d'un équipement endoscopique. L'examen est effectué sous anesthésie générale. Dans la plupart des cas, une biopsie tissulaire est réalisée simultanément à l'examen de la membrane.
  3. Curetage (curetage diagnostique de l'endomètre). La procédure est prescrite dans les cas où l'épaisseur des tissus en croissance dépasse 8 mm. Le raclage est effectué pour approfondir l’étude de l’endomètre et éliminer l’apparition de cellules cancéreuses.

Si l'épaississement dépasse 10 mm, les gynécologues recommandent une procédure de curetage séparée, suivie d'une irradiation de la cavité de l'organe avec du phosphore radioactif. Le réactif est injecté dans la veine du patient, migre à travers le corps et s’accumule dans les zones pathogènes de la membrane. Le médecin chargé de l'examen histologique prélève du matériel biologique dans ces régions.

Comment traiter la maladie pendant la ménopause

Si le diagnostic d'hyperplasie de l'endomètre à la ménopause est confirmé, le traitement est démarré immédiatement. Après tout, il s’agit de la pathologie de l’endomètre, au cours de laquelle il existe une forte probabilité de dégénérescence des cellules en formations oncologiques malignes. Selon le stade de la maladie, les médecins utilisent l’une des méthodes de traitement.

Thérapie supplémentaire avec des remèdes populaires

La plupart des patients ne sont pas pressés d'utiliser un traitement traditionnel de la pathologie, préférant utiliser des recettes de médecine traditionnelle. Les gynécologues conseillent de ne pas considérer les herbes comme la thérapie principale, mais de les utiliser en association avec des médicaments. Les recettes les plus courantes de la médecine traditionnelle, dont l'efficacité dans le traitement de l'HPE est prouvée, sont les suivantes:

  1. Jus frais de racine de bardane et moustache dorée. Ces liquides sont mélangés dans des proportions égales et pris deux fois par jour, 1 cuillère à soupe. Un inconvénient important de cette recette est la possibilité de traitement uniquement pendant la saison chaude.
  2. Teinture alcoolique d'ortie (préparée indépendamment). 200 gr. Matières premières médicinales (feuilles et pousses fraîches) versez 500 ml. alcool (moonshine fort). Conservé pendant trois semaines dans un endroit sombre et chaud, en agitant de temps en temps un récipient contenant un liquide. Filtre à perfusion prêt et prendre 1 cuillère à café deux fois par jour.

Le traitement des remèdes populaires doit être accompagné d’un examen médical régulier. Cela permettra de suivre la dynamique de la maladie.

La maladie elle-même passe-t-elle par la ménopause?

Même si la maladie ne s'accompagne pas de symptômes prononcés et a été diagnostiquée par hasard, elle ne peut à elle seule passer. Les changements pathologiques survenant dans le corps féminin sans médicaments hormonaux ne pourront pas revenir à la normale. Parfois, les femmes pensent que si la ménopause passe, les hormones se normalisent et la couche endométriale s'amincit. Ce n'est rien d'autre qu'une illusion. Plus le traitement de la maladie est commencé tôt, plus les chances de guérison sont élevées.

La rechute est-elle possible avec la ménopause?

La possibilité de récurrence de l'hyperplasie de l'endomètre pendant la ménopause augmente. En fonction du type de traitement choisi par le médecin, après quoi la croissance des tissus s'est poursuivie, d'autres actions sont déterminées:

  1. Si la maladie réapparaît après la pharmacothérapie et que l'épaisseur de la couche augmente de plus de 8 mm, il est recommandé de procéder à un curetage.
  2. Si après le curetage la situation se répète, l'ablation complète de l'utérus est réalisée.

Le pourcentage de cas de pathologie récurrents avec un traitement initialement bien choisi est faible. Pour éviter la possibilité de rechute, le patient doit subir en permanence un examen de suivi.

Quel est le danger

La croissance de l'endomètre ménopausique est très dangereuse pour une femme. C'est une maladie insidieuse qui a tendance à rechuter et à dégénérer en formations oncologiques. Même après la fin du congé mensuel, l'hyperplasie des membranes utérines est dangereuse pour au moins les menus préménopausiques. Par conséquent, les femmes dans les 12 mois suivant la fin de la dernière menstruation doivent subir un examen de routine gynécologique et une échographie.

J'ai reçu un diagnostic d'ECP il y a plusieurs années. Réception nommée "Diferelin". Sur Internet, j'ai lu des critiques contradictoires à propos de ce médicament, mais j'ai quand même commencé à boire. L'épaisseur de l'endomètre n'augmente pas. Et ça plait. Il y a de l'espoir pour éviter de se gratter.

Oh, tu as eu de la chance. On m'avait assigné «Danazol» et «Zoladex» - tout s'est avéré infructueux. Je devais être d'accord pour gratter. La procédure n'est pas la plus agréable, je dois dire. Maintenant, je prends des pilules pour éviter les rechutes.

Et il y a des cas dans lesquels l'endomètre lui-même est revenu à la normale, sans traitement? Je me demande juste, j'ai déjà passé 2 nettoyages. Une amie n'était traitée qu'avec des herbes, alors elle est entrée dans la tumeur ...

Je pense que si vous allez chez le médecin à temps et buvez des pilules, vous pouvez le faire sans nettoyage. Au moins, j'ai jusqu'à présent. Constamment observé, passe une échographie. On espère que tout reviendra à la normale après la ménopause. Mais pas seul, bien sûr, je prends toujours des médicaments.