La vie

10 symptômes de cancer chez les femmes

Parmi tous les problèmes de cancer possibles, le cancer gynécologique est le plus fréquent: les tumeurs des organes reproducteurs représentent 17% de tous les néoplasmes malins chez la femme [1]. Et malheureusement, le plus souvent, ces tumeurs sont diagnostiquées trop tard: par exemple, près du tiers des patients atteints d'un cancer du col utérin consultent d'abord le médecin à trois stades de la maladie [2] - malgré le fait qu'un simple frottis puisse détecter une tumeur maligne premières étapes. Comment le cancer gynécologique se manifeste-t-il et que peut-on faire pour un diagnostic précoce, lorsque les chances de succès sont aussi élevées que possible - selon notre examen.

Diagnostic du cancer du col utérin et de l'ovaire

La meilleure façon de diagnostiquer le cancer du col de l’utérus à un stade précoce - Frottis (test PAP). Grâce à elle, vous pouvez détecter des changements même au stade de la pré-cancer, lorsque le traitement peut être limité par une intervention minimale - résection conique du col de l'utérus. Il est nécessaire de passer un examen tous les ans. Le moment optimal pour faire un frottis est le cinquième jour du cycle (à partir du début de la menstruation) et au plus tard 5 jours avant le contrôle prévu. Pendant la veille de l'examen, il est recommandé de s'abstenir de toute activité sexuelle, de ne pas s'injecter de médicaments et de ne pas se doucher.

Colposcopie et biopsie ciblée. Recommandé pour toutes les femmes présentant des érosions, c'est-à-dire des modifications de la structure normale de l'épithélium du col de l'utérus. L'étude se fait 2-3 jours après la fin des menstruations. Le col de l'utérus est enduit d'une solution spéciale qui tache les cellules normales et laisse inchangé le pathologique, et est examiné sous fort grossissement. Le matériel de biopsie est prélevé dans les zones modifiées détectées et examiné au microscope. C'est une autre façon d'identifier une maladie possible même au stade de précancéreuse.

Le diagnostic précoce du cancer de l'ovaire n'est pas si simple et les algorithmes généralement acceptés n'existent pas encore. Certains experts recommandent de définir le SA-125 oncomarker comme un dépistage et une échographie transvaginale à des valeurs élevées, mais selon des chercheurs étrangers, ce schéma n'améliorera pas les résultats du traitement du cancer détecté [5]. Mais, étant donné la nature asymptomatique de la maladie, il n’existe pas de meilleure option pour le dépistage précoce.

En cas de suspicion de tumeur, un examen plus approfondi est effectué, qui comprend:

  • curetage diagnostique de la cavité et du col utérin (tenus séparément, permet d’identifier la propagation des tumeurs),
  • Échographie des organes pelviens,
  • Échographie de la cavité abdominale, des ganglions inguinaux, supraclaviculaires, axillaires et autres le long des trajectoires de métastases possibles,
  • Scanner thoracique, abdomen, bassin avec contraste intraveineux,
  • ponction du fornix vaginal postérieur (pour détecter un éventuel épanchement tumoral).

Tous ces examens vous permettent de spécifier le volume et l'étendue de la tumeur, de détecter les lésions des ganglions lymphatiques et les métastases distantes, afin de déterminer les tactiques de traitement.

Pour tout cancer - les cancers gynécologiques ne font pas exception - le pronostic dépendra du moment où la maladie est détectée. Très tôt, appelé médecins cancer in situlorsque la tumeur ne touche que la membrane muqueuse, n'ayant pas réussi à germer plus en profondeur, le volume de l'opération est minimal, l'organe est généralement préservé et le taux de survie à cinq ans avoisine les 100%. Au premier stade, lorsque les ganglions lymphatiques ne sont pas encore atteints, la probabilité de guérison est supérieure à 80% en moyenne, sans parler des cancers particulièrement agressifs - les tumeurs dites indifférenciées. L'implication des ganglions lymphatiques dans le processus (il s'agit généralement du stade 2) réduit les risques, encore pires, lorsque la tumeur se développe dans les organes voisins (stade 4). Un tel cancer n'est pas toujours possible à éliminer et, si possible, l'opération sera difficile et paralysante. L'apparition de métastases lointaines - lorsqu'une partie de la tumeur part avec du sang ou de la lymphe dans d'autres organes, où elle "s'installe", commence déjà à les détruire - rend le pronostic défavorable. Bien sûr, cela dépend beaucoup du type histologique spécifique de la tumeur: certains développent des métastases plus rapidement et plus rapidement, d'autres grandissent lentement et répondent bien à la chimiothérapie, ce qui signifie qu'une guérison est encore possible après la formation de métastases (détruites par la chimiothérapie).

Traitement des tumeurs gynécologiques oncologiques

Le traitement principal de toute tumeur maligne est son élimination. Théoriquement, si pendant l'opération toutes les cellules cancéreuses sont éliminées en une fois, aucun traitement supplémentaire ne sera nécessaire. En pratique, cela n'est possible qu'avec un cancer in situ. Même au premier stade, il est impossible de prédire à l’avance si des cellules cancéreuses isolées ont «quitté» la zone d’intervention. Par conséquent, l'opération est généralement complétée par un traitement conservateur, conçu pour "achever" les cellules tumorales échappées du chirurgien.

Avec conservateur les méthodes commencent si la taille de la tumeur ne permet pas de l’enlever immédiatement. Ensuite, plusieurs traitements sont effectués (les protocoles dépendent du type de tumeur et du stade) et évaluent à nouveau la taille de la tumeur et l'implication des organes voisins. Si la possibilité d'une intervention chirurgicale est apparue, ils l'exercent, après quoi le traitement conservateur est repris. Dans les cas graves, le traitement vise à améliorer la qualité de vie (par exemple, l’irradiation de métastases dans les os et la colonne vertébrale peut réduire la douleur).

Radiothérapie. Lorsque les cancers gynécologiques peuvent être réalisés par plusieurs méthodes: un rayonnement «extérieur» ou une source avec un dispositif radio est fourni au col de l’utérus ou injecté dans sa cavité. Souvent, ces deux méthodes sont combinées pour une plus grande efficacité.

Chimiothérapie. Basé sur les propriétés de certaines substances pour tuer les cellules à division rapide. Malheureusement, non seulement les cellules cancéreuses, mais également les muqueuses, la moelle osseuse et les follicules pileux se divisent rapidement dans le corps - d’où les complications bien connues de la "chimie". Néanmoins, les médicaments de chimiothérapie peuvent détruire les cellules cancéreuses non seulement autour du champ opératoire (ou de la partie principale de la tumeur si la chirurgie n'est pas possible), mais aussi dans les métastases à distance, surtout si elles sont encore si petites qu'elles ne se manifestent pas.

L'hormonothérapie. Tous les cancers gynécologiques sont hormono-dépendants. Normalement, les œstrogènes stimulent l'activité des cellules des muqueuses de l'utérus et du vagin, préparant ainsi le terrain pour l'implantation d'un ovule fécondé. Les cellules cancéreuses - bien que modifiées, mais toujours muqueuses, les œstrogènes favorisent la croissance des tumeurs malignes "féminines". Par conséquent, les anti-œstrogènes sont souvent utilisés pour les traiter - des substances ressemblant à des hormones qui bloquent complètement la production et l'action des hormones sexuelles féminines. En fait, ces outils créent une ménopause artificielle, provoquent une atrophie (amincissement) des organes génitaux muqueux, mais en même temps une involution (croissance inversée) de la tumeur. Une autre option de traitement hormonal - l’introduction de progestatifs - n’est utilisée que pour les tumeurs sensibles à ces hormones. Il existe des cas où des femmes atteintes d'un cancer de l'endomètre à un stade précoce qui n'avaient pas d'enfants au moment du diagnostic, après un traitement hormonal, pourraient devenir enceintes et donner naissance [6].

Immunothérapie. Dans le corps de toute personne, il existe des mutations atypiques, potentiellement cellules malignes. Mais ils sont reconnus et détruits par le système immunitaire. Une tumeur cancéreuse peut "se cacher" de cellules capables de la reconnaître comme étrangère. Les préparations immunitaires sont liées au néoplasme et le rendent visible par le corps - le système immunitaire commence alors à détruire le cancer lui-même.

Le cancer est une maladie dangereuse, mais il est possible de le traiter. L'essentiel est de le trouver à temps, et non moins important de commencer un traitement adéquat à temps. Malheureusement, dans de nombreuses régions de Russie, le respect de ces exigences laisse encore beaucoup à désirer.

Dans quel pays suivre le cours de thérapie?

Si l'on compare les directives cliniques russes et étrangères, il s'avère qu'il n'y a pas beaucoup de différences. Oui, certaines études (par exemple, PET-CT), qu’ils «considèrent» comme routinières, sont extrêmement coûteuses dans nos conditions de vie pour un citoyen ordinaire, si elles sont réalisables dans un certain nombre de régions. Oui, parfois les médicaments déjà utilisés activement à l'étranger ne sont toujours pas enregistrés dans notre pays. Mais en général, comme mentionné précédemment, il n'y a presque pas de différence dans les schémas thérapeutiques.

La différence est différente. Ce n’est un secret pour personne que dans notre médecine, il n’ya tout simplement pas assez de médecins [7]. Ceux qui sont restés au travail, comme on dit, pour eux-mêmes et pour ce type. À partir de là - fatigue, erreurs inévitables, épuisement professionnel, manifesté par l'indifférence, ce qui choque les patients (et qui à leur place seraient satisfaits). Des files d'attente à la réception, des files d'attente pour les examens, des files d'attente pour les hospitalisations - et ce, malgré le fait que les routes sont ouvertes tous les jours et toutes les heures. Le cancer peut être traité avec succès en Russie. Cependant, c'est assez difficile. Par conséquent, ceux qui en ont la possibilité essaient d'aller dans un autre pays pour ne pas perdre un temps précieux. Et choisissez entre l'Est et l'Ouest.

Les États-Unis et l'Europe occidentale sont réputés depuis longtemps pour la qualité de leurs médicaments. Mais ces régions sont extrêmement coûteuses pour le traitement et la vie. Et en médecine occidentale, contrairement à la nôtre, il n’est pas courant d’hospitaliser des patients uniquement pour «leur administrer un goutte-à-goutte» - la chimiothérapie et d’autres méthodes conservatrices de traitement sont réalisées en ambulatoire, le patient ne vient que pour la procédure. Donc, en plus du traitement, vous devez payer le logement. Par conséquent, de l’Ouest, beaucoup se sont réorientés vers l’Est et partent se faire soigner en Asie.

Par exemple, en Corée du Sud, où le prix du traitement est beaucoup plus bas, alors que le niveau des services médicaux n’est en aucun cas inférieur à celui de l’Europe. Le développement des médicaments est considéré comme une priorité par le gouvernement de ce pays. Les hôpitaux disposent donc des équipements et des médicaments les plus modernes. De plus, si vous entrez dans le pays pour une période allant jusqu'à 2 mois, vous n'avez pas besoin de visa et si le traitement nécessite une période plus longue, vous pouvez l'obtenir en une journée seulement. De plus, un grand choix d'institutions médicales variées permet au patient de trouver une clinique qui lui convient parfaitement pour le prix et où il sera aussi confortable que possible. Ainsi, l'une des cliniques les plus célèbres de la Corée du Sud est le centre médical multidisciplinaire de Kims (KUIMS). Sa particularité est la médecine intégrative, c'est-à-dire l'utilisation de méthodes de traitement occidentales et orientales traditionnelles. En 2012, le ministère de la Santé de Corée lui a décerné le titre de «Clinique haut de gamme pour le traitement chirurgical du cancer».

Et pour qu'une personne, déjà assommée par un terrible diagnostic, ne comprenne pas de manière indépendante les subtilités et les particularités bureaucratiques d'un pays inconnu, vous pouvez utiliser les services d'une société spécialisée - un intermédiaire médical. Par exemple, MEDUNION a un bureau de représentation à Séoul avec ses propres coordinateurs médicaux et traducteurs. Le voyage est organisé gratuitement et tous les frais de diagnostic et de traitement sont réglés directement à la caisse de l’hôpital. Parallèlement, l'entreprise accompagne le patient tout au long du traitement et de la rééducation.

Numéro d'émission T902-277-5545-596 Enregistrement d'entreprise 206-31-696010

Numéro de licence T902-277-5545-596, certificat d'enregistrement n ° 206-31-696010

1. Saignement

10 symptômes de cancer chez les femmes

Un des symptômes les plus alarmants pour les femmes devrait être saignements après la ménopause - c'est-à-dire un an après la fin de la menstruation. Tous les mois ne peuvent pas revenir s'ils se sont déjà arrêtés. Ne pensez pas que cela est normal - consultez votre médecin pour clarifier les circonstances.

Un autre symptôme grave devrait être repérage après un rapport sexuel, saignements intermenstruels ou menstruation trop lourde 10-12 jours, l'apparition de douleurs pendant la menstruation - cela peut être un signe de changements hormonaux ou d'un cancer du col de l'utérus ou de ses appendices.

Les premiers stades du cancer du col utérin ne sont pas difficiles à diagnostiquer: un frottis du canal cervical sert à étudier des cellules spécifiques (cytologie) et des marqueurs du cancer.

Pour déterminer la quantité de cancer de l'ovaire, des recherches plus approfondies sont nécessaires, ainsi que des tests sanguins par échographie et des ultrasons pour détecter des marqueurs spécifiques du cancer de l'ovaire.

2. mettre en évidence

10 symptômes de cancer chez les femmes

L'un des signes de certains types de cancer de l'endomètre (la paroi interne de l'utérus), ainsi que des saignements, est l'apparition de signes inhabituels écoulement aqueux avec ou sans paludisme de l'appareil génital. Une attention particulière doit être accordée à ce symptôme - parfois, en commençant par un signe d'infection, une inflammation chronique entre dans la phase oncogène.

Avec un diagnostic opportun, ce type de cancer est traité chirurgicalement et peut être complètement guéri de la maladie.

3. Changements dans la poitrine

10 symptômes du cancer chez les femmes / shutterstock.com

Toutes les femmes âgées de 25 à 30 ans doivent être informées de l'auto-examen du sein. Cette procédure est totalement indolore et il est recommandé de la réaliser une fois par mois à la maison, devant un miroir. Si vous effectuez régulièrement cette procédure le même jour du cycle, vous étudierez minutieusement le tissu de la glande, ce qui vous permettra de remarquer à temps un changement du sein ou du mamelon.

Les signes d'inquiétude devraient être des différences externes par rapport aux inspections précédentes:

  • l'apparition sur la peau du maillage des vaisseaux taches de vieillesse ou des zones de "peau d'orange"
  • Remodelage du sein ou du mamelon
  • l'apparition de phoques dans la poitrine qui ne sont pas douloureux.
  • décoloration de l'aréole du mamelon (si vous n'êtes pas enceinte ni allaitez) et son exfoliation,
  • écoulement du mamelon, en l'absence de lactation, surtout si elles sont sanglantes ou blanchâtres.
  • l'apparition de fossettes sur la peau,
  • augmentation de la température du sein ou de sa zone séparée.

Ces symptômes - une raison de consulter immédiatement un médecin.

L'effet des cellules malignes sur le corps

Sous l'influence de nombreux facteurs, les cellules ordinaires peuvent modifier leurs propriétés, c'est-à-dire qu'elles peuvent commencer à se diviser de manière incontrôlable et à pénétrer dans les tissus voisins. Une autre qualité négative est la libération de toxines qui empoisonnent le corps et nuisent à son fonctionnement.

Naturellement, la menstruation avec une tumeur peut acquérir un aspect différent, surtout si elle est située sur les ovaires, toutes les parties de l'utérus. Le processus menstruel et le cycle en général dépendent de l'état de ces organes.

Parfois, l’impact sur les fonctions du système de reproduction est tel que la femme ne comprend pas si la menstruation se poursuit avec un cancer en principe. Pour beaucoup, il semble qu'une maladie signifie une phrase, du moins en ce qui concerne tout ce qui a trait à la procréation.

En fait, il y a de nombreux cas dans lesquels des bébés sont nés après que la mère s'est débarrassée de la tumeur. C'est-à-dire que si les organes sont préservés, la période du cancer sera nécessairement dans le cas de non encore commencée ou ne vise pas spécifiquement à supprimer cette fonction du traitement.

Longueur du cycle

Cette fonctionnalité, telle que le retard de la menstruation, rend le cancer possible pour deux raisons:

  • Ralentir les processus associés à la production d'hormones. Les tumeurs sur l'ovaire et la glande thyroïde interfèrent avec le fonctionnement normal des organes. Leur développement est inhibé par l'augmentation de la division cellulaire, les ressources du corps sont dépensées pour cela, et non pour la production de substances nécessaires. L'immunité n'est pas capable de reconnaître les tissus «mauvais» et ordinaires, il est donc impossible d'empêcher la propagation du premier.
  • Intoxication du corps. Les substances produites par les cellules malignes au stade initial ne causent pas de problèmes de santé, mais leur influence sur le fonctionnement des organes internes ne peut pas être niée. L'empoisonnement chronique, qui augmente avec le temps, interfère avec le renouvellement des cellules saines. Et sans elle, il n'y a pas de menstruation.

Le retard des menstruations dans le cancer du col utérin, qui ne semble pas y participer directement, mais sert uniquement de corridor pour le passage des sécrétions, est également un signe caractéristique. Même un processus inflammatoire latent peut interférer avec le développement d'un revêtement interne d'un organe, dont la couche supérieure est séparée pendant les jours critiques.

Tumeur utérine

Cet organe est normalement soumis à des changements majeurs au cours de la menstruation. Une tumeur maligne est une maladie grave. Une femme peut donc se poser une question: les menstruations ont-elles un cancer de l'utérus? La menstruation ne s'arrête pas, mais change même à un stade précoce de la maladie:

  • Ils peuvent devenir plus maigres qu'avant, puis inversement, pour aller plus intensément. Le premier est observé plus souvent au début du développement de la maladie, le second se trouve à un stade plus grave. En deux cycles consécutifs, une quantité complètement différente de mucus menstruel peut sortir,
  • La menstruation pour le cancer de l'utérus est entrecoupée de sécrétions entre les jours critiques. Une femme peut avoir l’impression que cette menstruation est plus fréquente, bien que l’apparition de sang à partir du tractus génital avec maturation et désintégration de l’oeuf ne soit aucunement liée,
  • Parfois, la décharge apporte un inconfort sous la forme de démangeaisons et d'odeur putride, comme avec les infections génitales négligées,
  • Les jours critiques passent avec des sensations douloureuses qui ne se sont pas manifestées auparavant. То есть неприятные симптомы в это время бывают и у здоровых женщин, но редко длятся до завершения менструации.Mais leur augmentation soudaine, ainsi que leur douleur avant le début des jours critiques et ne finissant pas avant le dernier d’eux, peuvent être le signe d’une tumeur.
  • Dans les cancers utérins, les règles ont parfois une couleur de décharge différente. Ceci est causé par la production de cellules mutées d'un liquide clair ou purulent. Il peut être affiché les autres jours du cycle, mais pendant la menstruation, il donne à l'écoulement une couleur brune ou, au contraire, un rouge plus foncé, parfois presque noir.
  • Le gonflement des organes génitaux, particulier pour certains comme un signe du syndrome prémenstruel, peut s’intensifier à un point tel qu’une femme a la sensation de la présence d’un objet étranger dans le vagin.

Cancer du col utérin

Comment la menstruation affecte-t-elle?

Chaque mois avec un cancer du col utérin peut également indiquer des problèmes dans la sphère sexuelle. Cette partie du corps produit des sécrétions qui assurent le maintien d'une microflore normale dans une zone donnée du système reproducteur. Les modifications peuvent donc être plus perceptibles qu'avec d'autres localisations d'une tumeur maligne.

Ces derniers sont transparents, jaunâtres, couleur de sang dilué, marron, mais toujours aqueux. Par conséquent, les menstruations sont généralement longues, fréquentes et douloureuses.

Pour eux, il est facile d’accepter des cycles sans rapport avec le cycle de la décharge, avec un petit effort physique, comme la miction. La menstruation avec ce cancer est également complétée par des saignements après les rapports sexuels, l'utilisation de tampons est en mesure de les renforcer. Cela est dû à la sensibilité accrue de l'épithélium du col au toucher.

Cette cause augmente également le risque d'infection des organes génitaux, ce qui donnera à la décharge une odeur désagréable différente de celle ressentie pendant les règles normales.

Nous vous recommandons de lire un article sur les irrégularités menstruelles après une biopsie cervicale. Découvrez les indications de cette procédure de diagnostic, son effet sur la durée et la nature des menstruations, ainsi que son déroulement.

Tumeur ovarienne

Étant donné que les ovaires sont responsables de la préparation de la cellule germinale à la fécondation, c'est-à-dire qu'ils jouent un rôle crucial pendant la période menstruelle, il est logique de se demander s'ils peuvent travailler normalement s'ils sont atteints d'une tumeur. Et le plus important d'entre eux: les menstruations vont-elles au cancer de l'ovaire?

Le processus peut commencer dans l’un des organes associés. À ce stade, l’un des signes est un retard qui ne se répète pas au cours d’un cycle. Avec la défaite des deux organes, commence la deuxième étape, à laquelle les changements sont plus évidents:

La menstruation avec cancer de l'ovaire devient plus rare en raison du manque d'hormones causé par une entrave à leur fonctionnement,

  • Les retards deviennent plus longs en raison des difficultés de maturation de l'œuf et provoqués par ce sous-développement de l'endomètre. Dans certaines formes de gonflement, la menstruation cesse complètement, la voix devient rugueuse et les cheveux apparaissent sur le visage,
  • Dans le cancer de l'ovaire, la menstruation entraîne des douleurs non seulement dans le segment inférieur de l'abdomen, comme d'habitude, mais également dans la partie latérale, où se trouve l'organe,
  • Des saignements de type menstruel peuvent s'ouvrir après un rapport sexuel ou une levée de poids, et parfois sans raison apparente. Ces sécrétions, contrairement à ces règles, sont abondantes, longues et provoquées par le fait qu’une tumeur maligne produit elle-même des hormones.
  • Tumeur thyroïdienne et menstruation: existe-t-il un lien?

    Avec les tumeurs malignes des organes de reproduction, la situation de la menstruation est plus ou moins claire, un lien direct est évident ici. Mais qu'arrive-t-il au système reproducteur avec une lésion thyroïdienne et après traitement?

    Ce n’est un secret pour personne que la glande thyroïde produit les hormones nécessaires au bon fonctionnement de tout l’organisme. Tout d’abord, il s’agit de la thyroxine et de la triiodothyronine. L'immunité dépend d'eux, mais aussi de la production d'hormones sexuelles régulant la menstruation.

    Par conséquent, les périodes qui suivent le retrait du cancer de la thyroïde, même avec le traitement obligatoire des substances manquantes avec des médicaments, changent:

    Cancer de la thyroïde

    Des carences hormonales retardées peuvent survenir. Cela est particulièrement vrai pour les premiers mois après la chirurgie, lorsque le corps s'habitue à exister sans la glande thyroïde. L'état psychologique est important. S'il y a dépression, irritabilité, constatée dans la plupart des cas, le délai peut être long, jusqu'à 2-3 mois. Et les six prochains mois, le cycle "flotte"

  • Le volume de décharge diminue à un niveau insuffisant. Endomètre dans la phase proliférative du cycle s'épaissit légèrement, par conséquent, une petite quantité de tissu est rejetée dans la deuxième étape,
  • La durée de la menstruation est réduite à 2-3 jours. Ceci est une conséquence de la membrane muqueuse amincie de l'utérus,
  • La douleur des règles peut d’abord augmenter en raison du gonflement des tissus. Cela arrive surtout avec les grosses femmes,
  • L'ovulation ne se produit pas à chaque période menstruelle. La carence en hormone thyroïdienne empêche la production de FSH et de LH, de sorte qu'un oeuf peut mûrir plusieurs fois par an, et non pas 11-12, comme en pleine santé.
  • Dans certains cas, avec ce diagnostic, des médicaments sont prescrits pour restaurer le cycle.

    Nous vous conseillons de lire l'article sur les causes des menstruations fréquentes. Vous apprendrez que les irrégularités menstruelles peuvent provoquer une perturbation hormonale, la pénétration de corps étrangers, des tumeurs, d'autres maladies gynécologiques ainsi que la grossesse.

    La menstruation résultant d'un cancer des organes génitaux ou de la thyroïde ne change pas toujours si clairement qu'on peut suspecter une maladie. Cela est particulièrement vrai au début, les signes peuvent être à peine perceptibles.

    Et pourtant, les changements de cycle peuvent être le premier signe de la maladie. Dans une plus large mesure, ils ne concernent même pas l'augmentation de la douleur, mais les retards et la quantité de décharge. Et par conséquent, il est préférable de rechercher les raisons des anomalies dans le cabinet du médecin afin qu'il ne soit pas trop tard

    Causes et facteurs de risque

    Avec de nombreuses pathologies cancéreuses, la cause exacte de leur survenue est inconnue. Ceci s'applique également au cancer de l'utérus. La pathologie est considérée comme une "maladie de civilisation" qui survient sous l'influence de conditions extérieures défavorables, d'habitudes alimentaires et de modes de vie.

    Facteurs prédisposant au cancer de l'utérus:

    • fin des premières périodes,
    • ménopause seulement après 55 ans
    • anovulation prolongée
    • stérilité endocrinienne
    • tumeur polykystique ovarienne et hormono-active de ces organes (cancer de Brenner),
    • l'obésité
    • diabète sucré
    • utilisation prolongée d'hormones œstrogènes sans association avec les gestagènes,
    • traitement avec des médicaments anti-œstrogènes (tamoxifène),
    • manque de sexe ou de grossesse,
    • cas de maladie chez des parents proches.

    Le cancer de l'endomètre de l'utérus survient dans le contexte d'un déséquilibre hormonal complexe, du métabolisme des graisses et des glucides.

    Principaux types pathogéniques de la maladie:

    • hormono-dépendant (chez 70% des patients),
    • autonome.

    Dans la première variante, les troubles de l'ovulation associés à l'obésité ou au diabète entraînent une augmentation de la production d'œstrogènes. En agissant sur la couche utérine interne - l'endomètre, les œstrogènes entraînent une reproduction améliorée de ses cellules et leur hyperplasie - une augmentation de la taille et une modification des propriétés. L'hyperplasie acquiert progressivement un caractère malin, se développant en cancer précancéreux et utérin.

    Le cancer utérin hormono-dépendant est souvent associé à une tumeur de l'intestin, du sein ou de l'ovaire, ainsi qu'à un ovaire sclérocystique (syndrome de Stein-Leventhal). Une telle tumeur se développe lentement. Il est sensible aux progestatifs et a une évolution relativement favorable.

    Les signes qui augmentent le risque de cancer hormono-dépendant:

    • infertilité, ménopause tardive, saignements anovulatoires,
    • kystes folliculaires ovariens et processus hyperplasiques (tekomatoz),
    • l'obésité
    • traitement anormal avec œstrogène, adénome surrénalien ou cirrhose du foie, entraînant des modifications hormonales.

    La variante autonome se développe le plus souvent chez les femmes ménopausées présentant une atrophie ovarienne et endométriale. La dépendance hormonale est absente. La tumeur se caractérise par une évolution maligne se propageant rapidement dans les tissus et dans les vaisseaux lymphatiques.

    Il existe une théorie génétique du cancer selon laquelle des mutations cellulaires sont programmées dans l'ADN.

    Les principales étapes de la formation d'une tumeur maligne de l'utérus:

    • absence d'ovulation et augmentation du taux d'œstrogènes sous l'influence de facteurs provoquants
    • développement de processus en arrière-plan - polypes et hyperplasie de l'endomètre,
    • lésions précancéreuses - atypie avec hyperplasie des cellules épithéliales,
    • cancer préinvasif ne pénétrant pas au-delà de la membrane muqueuse,
    • pénétration minimale dans le myomètre,
    • forme prononcée.

    Classification

    Le cancer du corps de l'utérus est classé en fonction de la taille de la tumeur, de sa pénétration dans la couche musculaire, de sa croissance dans les organes environnants, de ses dommages aux ganglions lymphatiques et de la présence de métastases à distance. Il est utilisé comme définition du stade selon le système TNM et selon la classification de la Fédération internationale des obstétriciens-gynécologues (FIGO).

    Une tumeur qui ne s'étend pas au-delà de l'endomètre est appelée préinvasive. Il est appelé carcinome in situ, Tis ou stade 0.

    Il y a 4 stades de cancer de l'utérus

    1. La tumeur n'affecte que le corps de l'utérus:

    • endomètre (T1a ou IA),
    • myomètre à la moitié de la profondeur (T1b ou IB),
    • plus de la moitié de la profondeur du myomètre (T1c ou IC).

    2. On trouve des cellules malignes dans le cou:

    • uniquement dans la couche glandulaire (T2a ou IIA),
    • la tumeur pénètre dans les couches profondes du col utérin (T2b ou IIB).

    3. La tumeur passe dans le vagin, les appendices ou les ganglions lymphatiques:

    • lésion de la couche séreuse externe de l'utérus et / ou des appendices (T3a ou IIIA),
    • se propager au vagin (T3b ou IIIB),
    • il existe des métastases dans les ganglions lymphatiques pelviens ou proches de l'aorte (N1 ou IIIC).

    4. Cancer de l'utérus à 4 degrés avec métastases:

    • dans la vessie ou le rectum (T4 ou IVA),
    • aux poumons, au foie, aux os, aux ganglions lymphatiques distants (M1 ou IVB).

    En outre, il existe différents degrés de différenciation des cellules tumorales: de G1 (degré élevé de maturité cellulaire) à 3 (tumeur faiblement différenciée). Plus la différenciation est prononcée, plus la croissance de la tumeur est lente et moins elle est susceptible de métastaser. Avec un cancer peu différencié, le pronostic se dégrade.

    Selon la structure microscopique, on distingue ces types morphologiques de cancer:

    • adénocarcinome,
    • cellule unique,
    • squameux,
    • cellule glandulaire,
    • séreux,
    • musique
    • indifférencié.

    Le type morphologique détermine en grande partie la malignité. Ainsi, l'évolution du cancer indifférencié est défavorable et avec une tumeur à cellules squameuses, la probabilité de guérison est plutôt élevée.

    Le néoplasme peut devenir exophytique (dans la lumière de l'utérus), endophyte (dans l'épaisseur de la paroi musculaire) ou avoir un caractère mixte.

    Cancer localisé dans le bas et le corps de l'utérus, dans son segment inférieur, la tumeur est moins fréquente.

    Souvent, la patiente se tourne vers le médecin quand elle présente les premiers signes d’un cancer de l’utérus à un stade précoce. Tout d’abord, il s’agit d’un saignement irrégulier chez les jeunes femmes qui ne coïncide pas avec le cycle menstruel. Chez la femme ménopausée, des saignements utérins apparaissent. Chez les jeunes patients, il y a des Blancs brillants.

    Les saignements se produisent non seulement dans le cancer de l'endomètre, mais également dans de nombreuses autres maladies. Ceci est associé à des difficultés dans le diagnostic précoce de la maladie, en particulier chez les femmes jeunes. Ils peuvent être observés pendant longtemps sur les saignements utérins anormaux.

    D'autres symptômes du cancer de l'utérus apparaissent à un stade ultérieur. Avec l'accumulation de sang dans la cavité du corps, douleur dans le bas de l'abdomen. La douleur prolongée survient lorsqu'une tumeur se développe en appendices et se propage à travers le péritoine.

    Un écoulement abondant d'eau ou de mucus dans le cancer de l'utérus est caractéristique des femmes plus âgées.

    Avec la défaite de la vessie peut être accrue miction douloureuse. Si le rectum est impliqué, il y a constipation, douleur dans les selles, sang dans les selles.

    Signes courants d'oncopathologie - faiblesse, détérioration de la capacité de travail, nausées, manque d'appétit, perte de poids.

    À quelle vitesse est le cancer de l'utérus?

    Avec un degré élevé de différenciation, la tumeur se développe lentement sur plusieurs années. Les formes faiblement différenciées ont un taux élevé de reproduction des cellules malignes. Dans ce cas, une tumeur exprimée cliniquement peut se développer en quelques mois.

    Métastase

    La propagation des cellules cancéreuses est possible par le biais du système lymphatique, des vaisseaux sanguins et du péritoine.

    La métastase lymphogène est réalisée dans les ganglions lymphatiques pelviens les plus proches (régionaux). Au stade précoce et à forte différenciation (G1-G2), la probabilité que les ganglions ne soient pas endommagés ne dépasse pas 1%. Si les cellules cancéreuses envahissent le myomètre, le risque de métastase augmente jusqu'à 6%. Si la tumeur touche une vaste zone, pénètre profondément dans la paroi utérine ou se propage jusqu'au col de l'utérus, des métastases ganglionnaires se trouvent chez 25% des patientes.

    Les métastases hématogènes surviennent plus tard. Les cellules tumorales pénètrent dans les poumons, les os et le foie par les vaisseaux sanguins.

    Les métastases de l’implantation se produisent sur le péritoine et l’omentum au cours de la germination de la couche externe de l’utérus et de la défaite des trompes de Fallope.

    Diagnostics

    Les études de dépistage pour la détection précoce de l'éducation ne sont pas effectuées. On pense que, pour une reconnaissance opportune, il suffit d'observer chaque année le gynécologue.

    L'analyse des marqueurs tumoraux, dont le plus commun est considéré comme étant du CA-125, n'est généralement pas effectuée. Cette méthode est considérée comme une méthode supplémentaire pour évaluer l'efficacité du traitement et la détection précoce des rechutes.

    La méthode de diagnostic la plus simple est l’aspiration du contenu de l’utérus avec une seringue spéciale et un examen histologique (biopsie par aspiration). A un stade précoce, le contenu en informations de cette méthode ne dépasse pas 36%, avec une tumeur commune, ses signes peuvent être trouvés chez 90% des patients. Pour augmenter la précision de la recherche, il peut être effectué à plusieurs reprises. La biopsie par aspiration ne nécessite pas d'expansion du canal cervical et est réalisée en ambulatoire.

    Diagnostic instrumental du cancer utérin:

    • Échographie des organes pelviens: l'épaisseur de l'endomètre chez la femme ménopausée ne doit pas dépasser 4 mm.
    • Hystéroscopie avec biopsie de la zone suspecte de l'endomètre et son examen microscopique.

    Pour déterminer la prévalence de la tumeur et des ganglions lymphatiques, une IRM du pelvis est réalisée. Contrairement à l'échographie, cette méthode permet de clarifier l'état des ganglions lymphatiques chez 82% des patients.

    La radiographie des poumons est nécessairement réalisée pour exclure les métastases dans ceux-ci.

    Le cancer de l'utérus est-il visible sur une échographie?

    Les données de l'échographie utérine devraient alerter le médecin si une augmentation de plus de 4 mm de l'écho M (épaisseur de l'endomètre) chez les femmes âgées ou de 10 à 16 mm chez les patientes avant la ménopause.

    Lorsque la valeur de M-écho est supérieure à 12 mm, une biopsie par aspiration est prescrite chez les jeunes femmes. Si cette valeur est comprise entre 5 et 12 mm - effectuer une hystéroscopie et une biopsie ciblée (prélèvement de matériel dans une zone suspecte).

    Lorsqu'une tumeur est détectée par ultrasons, vous pouvez déterminer:

    • la taille et les contours de l'utérus,
    • structure du myomètre
    • localisation de la tumeur
    • profondeur de germination dans le myomètre,
    • dommages aux os internes, aux ovaires et aux ganglions lymphatiques.

    Des informations supplémentaires sont fournies par cartographie Doppler couleur - un examen par ultrasons des vaisseaux sanguins, qui permet d’évaluer la vitesse et l’intensité du flux sanguin dans les vaisseaux de l’utérus et la lésion tumorale.

    L'hystéroscopie est la méthode de diagnostic la plus importante, permettant d'évaluer la gravité et la prévalence de la tumeur et de prélever le matériel pour une analyse histologique.

    Si l'on soupçonne un cancer de l'utérus, un curetage diagnostique séparé des parois du canal cervical et de l'endomètre doit être effectué.

    Comment déterminer le cancer utérin avec une taille de lésion minimale?

    Une méthode moderne pour détecter les stades précoces du cancer de l'endomètre - le diagnostic par fluorescence. Des substances spéciales qui s'accumulent sélectivement dans les cellules cancéreuses sont injectées dans le corps. Lorsque la surface interne de l'utérus est irradiée au laser, ces substances commencent à briller. Cela vous permet de voir les foyers tumoraux jusqu'à 1 mm et d'effectuer une biopsie ciblée. A un stade précoce, la sensibilité d'un tel diagnostic atteint 80%.

    Enfin, le diagnostic est confirmé selon le curetage de l'utérus. Si la tumeur est située dans la partie supérieure du corps, elle est reconnue dans 78% des cas et, en cas de lésion étendue, dans 100% des cas.

    Le cancer de l’utérus doit être différencié de ces maladies:

    Si une femme a été diagnostiquée avec une tumeur maligne de l'appareil reproducteur, la patiente devrait être examinée par un oncogynécologue.

    Le traitement du cancer de l’utérus repose sur diverses combinaisons des trois méthodes:

    1. Opération
    2. Irradiation.
    3. Thérapie avec des substances médicinales.

    La principale méthode de traitement pratiquée à n'importe quel stade de la maladie est l'ablation de l'utérus avec appendices. S'il y a une tumeur mal différenciée ou si elle pénètre profondément dans la couche musculaire de l'organe, les ganglions lymphatiques pelviens, qui peuvent avoir des métastases, sont également enlevés.

    L'intervention est pratiquée chez 90% des femmes présentant un stade précoce de la maladie. Le reste est contre-indiqué en raison de comorbidités sévères. Le développement de nouvelles méthodes d'intervention chirurgicale vous permet d'élargir les possibilités de traitement chirurgical.

    Si la tumeur ne pénètre pas à plus de 3 mm de profondeur, elle peut être enlevée par ablation («cautérisation») pendant l'hystéroscopie. Donc, vous pouvez sauver le corps. Однако вероятность неполного удаления очага довольно высока, поэтому после такого лечения необходимо регулярное наблюдение у онколога в специализированном учреждении.

    Лучевая терапия при раке матки как самостоятельный метод лечения используется редко, только при невозможности удалить орган. Le plus souvent, une irradiation est effectuée après une intervention chirurgicale (radiothérapie adjuvante) afin de détruire les cellules cancéreuses restantes.

    Cette combinaison est montrée dans les cas suivants:

    • germination profonde de la nouvelle colonisation dans le myomètre,
    • se propager au canal cervical et au col utérin,
    • métastases ganglionnaires,
    • tumeur mal différenciée ou non endométriale.

    Méthodes modernes de traitement: radiothérapie - IMRT et curiethérapie. La méthode IMRT implique une irradiation ciblée de la tumeur avec des dommages minimaux aux tissus environnants. La curiethérapie est l'introduction de substances radioactives spéciales agissant directement sur les cellules cancéreuses dans le néoplasme du néoplasme.

    Avec le précancer de l'endomètre chez les femmes jeunes, une hormonothérapie avec des progestatifs est possible. Ces hormones bloquent l'effet d'activation sur la tumeur d'œstrogène, empêchant sa croissance ultérieure. Les hormones sont utilisées pour le cancer avancé (disséminé), ainsi que pour sa récurrence. Leur efficacité ne dépasse pas 25%.

    A un stade précoce, l'apport d'hormones selon un certain schéma dure environ un an. L'efficacité du traitement est contrôlée par une biopsie. Avec un résultat favorable, un cycle menstruel normal est restauré au cours des 6 prochains mois. Dans la suite de la grossesse normale est possible.

    La chimiothérapie est prescrite pour les cancers utérins de faible grade et les tumeurs non endométriosiques, les cancers disséminés et les cancers récurrents, si la tumeur ne répond pas aux effets des gestagènes. Il s’agit d’un traitement palliatif, c’est-à-dire qui vise à réduire les symptômes graves causés par une tumeur, mais ne guérit pas la maladie. Médicaments utilisés appartenant aux groupes des anthracyclines, des taxanes et des dérivés du platine. La chimiothérapie postopératoire (adjuvante) n'est pas prescrite.

    À la maison, une femme a besoin de plus de repos. Ambient doit la protéger du stress émotionnel. La nutrition pour le cancer de l'utérus est complète et variée, à l'exception des glucides raffinés (sucre), de la limitation des graisses animales, des aliments frits et en conserve, des épices, du chocolat et d'autres produits irritants. Les produits laitiers et les aliments végétaux sont très utiles.

    On pense que certaines plantes aident à gérer la tumeur ou à améliorer le bien-être du patient:

    Traitement tactique en fonction du stade

    La question de savoir comment guérir le cancer de l’utérus est tranchée par le médecin après une analyse minutieuse de toutes les informations de diagnostic obtenues. Cela dépend en grande partie du stade de la tumeur.

    Dans le cancer du 1 er degré (stade), on utilise l'ablation complète de l'utérus et de ses appendices (hystérectomie totale et annexectomie).

    Une telle opération est effectuée lorsque toutes les conditions suivantes sont remplies:

    • différenciation tumorale modérée et élevée,
    • l'éducation occupe moins de la moitié de la cavité de l'organe,
    • profondeur de germination du myomètre inférieure à 50%,
    • aucun signe de propagation de la tumeur par le péritoine (aucune cellule cancéreuse n’a été trouvée dans les lavages péritonéaux).

    Si la profondeur de pénétration dans la couche musculaire est supérieure à la moitié de son épaisseur, une radiothérapie intravaginale est prescrite après l'opération.

    Dans tous les autres cas, l'ablation des organes génitaux est complétée par l'excision des ganglions pelviens et, dans certains cas, des ganglions para-aortiques. Nœuds situés près de l'aorte, perforés pendant l'opération et effectuant un examen histologique urgent. Selon ses résultats, il est décidé de supprimer ces formations.

    Après la chirurgie, on utilise une irradiation. Si la chirurgie n'est pas possible, seule la radiothérapie est utilisée, mais l'efficacité de ce traitement est moindre.

    L'hormonothérapie au stade 1 n'est pas utilisée.

    En cas de cancer du 2e degré, il est montré au patient l'ablation de l'utérus, les appendices, les ganglions lymphatiques pelviens (parfois paraaortiques) et la radiothérapie postopératoire. L'irradiation est réalisée selon le schéma combiné: intravaginal et distant.

    Pour le cancer de grade 3, des traitements combinés chirurgicaux et radiologiques sont effectués. Si la tumeur s'est développée dans les parois du bassin, son retrait complet est impossible. Dans ce cas, la radiothérapie est prescrite par le vagin et à distance.

    Si la radiothérapie et la chirurgie sont contre-indiquées, le traitement dépend de la sensibilité hormonale de la tumeur: des progestatifs ou des médicaments de chimiothérapie sont prescrits.

    Pour les tumeurs de grade 4, la chimiothérapie palliative est utilisée en association avec des hormones. Ces substances aident à détruire les métastases à distance du cancer dans d'autres organes.

    La rechute du néoplasme est également traitée avec l'utilisation d'hormones et la chimiothérapie. Au foyer répété, situé dans le bassin, une radiothérapie palliative est réalisée. Les rechutes surviennent le plus souvent au cours des trois premières années suivant le traitement. Ils sont situés principalement dans le vagin, les ganglions lymphatiques et les organes distants.

    Cancer de l'utérus et grossesse

    Pendant la grossesse, les changements pathologiques sont presque impossibles à reconnaître. La croissance tumorale pendant la gestation n'est le plus souvent pas observée. Cependant, le cancer de l’utérus pendant la grossesse peut être accompagné d’une fausse couche, d’un décollement du placenta, de mort fœtale et d’hémorragies graves. Dans ces cas, un accouchement d'urgence est effectué, suivi d'une extirpation de l'utérus.

    Dans le cas où une jeune femme a subi un traitement complet avec un effet bénéfique, elle pourrait avoir une grossesse dans le futur. Pour rétablir la fertilité, les médecins prescrivent des traitements hormonaux qui rétablissent une fonction de reproduction normale.

    Combien vivent avec un cancer de l'utérus?

    Cela dépend du stade de détection de la maladie et de la sensibilité aux hormones. Avec la variante hormono-dépendante, 85 à 90% des patients vivent 5 ans ou plus. Avec forme autonome chez les femmes âgées, ce chiffre est de 60 à 70%. Cependant, au 3ème stade de toutes les formes, l’espérance de vie de plus de 5 ans est enregistrée chez un tiers des patients, et au 4ème stade - dans seulement 5% des cas.

    À quoi le corps est-il destiné?

    Les ovaires sont les organes qui font partie du système de reproduction de la femme. En fait, ce sont des glandes endocrines, produisant des hormones sexuelles et des ovules. La maturation rapide de l'œuf dans le follicule permet à la femme de tomber enceinte et le fonctionnement normal des ovaires assure le port du fœtus.

    En outre, le fonctionnement global de nombreux systèmes corporels d'une femme dépend de la production équilibrée d'hormones. Dans ces organes, non seulement une tumeur maligne, mais également une tumeur bénigne peuvent se développer, ce qui perturbe également le fonctionnement de l'ovaire, mais ne la dépasse pas et n'endommage donc pas les autres organes.

    Des détails sur la structure histologique de l'ovaire peuvent être trouvés dans cette vidéo:

    Le cancer de l'ovaire, ainsi qu'une lésion maligne de l'utérus, se manifeste aux premiers stades du développement. Mais, comme ces signes sont des caractères de nombreuses maladies gynécologiques, les femmes ne réagissent pas toujours à leur apparition de manière opportune.

    Crampes abdominales

    Les spasmes sont l’un des premiers symptômes des lésions ovariennes. En règle générale, ils se forment lorsque la tumeur comprime le faisceau vasculaire ou les fibres nerveuses. Une mauvaise circulation sanguine entraîne une mauvaise circulation sanguine et une augmentation de la pression dans le corps, ce qui provoque des spasmes du tissu musculaire utérin. Les spasmes sont périodiques et ondulants.

    Ils commencent par une douleur aiguë, se transformant progressivement en un ennui. La fréquence des spasmes dépendra du degré de croissance de la tumeur.. Quand il se développe, les spasmes peuvent se produire constamment, en particulier après une longue position stationnaire. Par exemple, dors. En outre, le spasme apparaît indépendamment de l'état de la personne.

    Nutrition pour le cancer du côlon: voici une liste d'aliments sains.

    À quoi ressemble le cancer des lèvres au stade initial? Sous le lien http://stoprak.info/vidy/golovy-i-shei/guba-i-polost-rta/kak-vyglyadit-foto-i-opisanie.html photo avec des exemples de cas cliniques.

    Douleur abdominale persistante

    Souvent, la manifestation à long terme du spasme se transforme progressivement en une douleur résultant d'une pression constante sur les fibres nerveuses. Au début, la femme ne ressent qu'un léger inconfort dans le bas de l'abdomen, que beaucoup décrivent comme étouffant.

    La localisation de l'inconfort dépendra de l'ovaire affecté. Douleur bilatérale, la plus souvent constatée aux derniers stades, lorsque les ovaires et le corps de l'utérus sont impliqués dans le processus pathologique. En cette période, il y a une douleur sans une certaine localisation, s'étendant à l'hypochondre ou à la région épigastrique.

    Les manifestations simples douloureuses parlent des étapes initiales de la croissance tumorale. Une douleur persistante, qui n'est pas éliminée par les analgésiques classiques, indique un stade avancé. Une douleur aiguë et aiguë peut apparaître dans les premiers stades, résultant de la torsion de la tige du néoplasme et de la rupture de sa capsule.

    Violation de cycle

    La présence d'une tumeur dans l'ovaire affecte directement le régime du cycle menstruel, qui est perturbé en raison d'une mauvaise production d'hormones. Le cancer se caractérise par une réduction du cycle menstruel et une augmentation de la durée de la menstruation elle-même. Elle devient douloureux, avec écoulement abondant de sang.

    Dans certains cas, il y a un raccourcissement de la période de menstruation, mais la fréquence de leur survenue augmente. La menstruation peut commencer jusqu'à 3 fois par mois et toujours être abondante.

    Échec hormonal

    La croissance de la tumeur entraîne le soulagement de la fonction ovarienne, qui incapable de produire normalement des hormones féminines. Leur défaillance affecte le fonctionnement des organes internes et l'apparence de la femme. L'absence de la quantité nécessaire d'hormones féminines conduit à un durcissement de la voix et à l'apparition d'une croissance excessive des poils sur les mains et les pieds.

    Pendant la grossesse, cela peut affecter la lactation, son arrêt complet. En outre, il existe une instabilité dans l'état psychologique dans lequel la femme devient agressive et irritable.

    Il peut y avoir une augmentation de poids sans raison apparente, même si la femme suit un régime. Les principaux symptômes du déséquilibre hormonal incluent maux de tête et manque de désir sexuel.

    Qu'est-ce qu'un lipome dangereux de la paroi abdominale? Voici la liste des complications.

    Saignement

    La cause du saignement dans le cancer de l'ovaire est un déséquilibre hormonal ou la germination d'une tumeur dans le corps de l'utérus. Cela entraîne une modification des processus métaboliques de l'endomètre, de sa croissance ou de son décollement. Dans le même temps, les zones exposées avec des vaisseaux qui saignent. En raison de la déformation, les muscles de l'utérus ne peuvent pas se contracter normalement et les vaisseaux ne se ferment pas.

    En conséquence, le saignement commence. Son volume dépendra du degré d'endommagement de l'utérus. Avec des lésions tissulaires mineures, on observe un saignement rare, limité à 3-7 jours. En cas de croissance importante de la tumeur, les saignements se prolongent et durent plus d'un mois. Les saignements ne sont pas arrêtés par les médicaments styptiques et réducteurs.

    Repérer

    C'est l'un des principaux signes du cancer du col utérin. Ils peuvent être rares, c’est-à-dire que le mucus du vagin est coloré, coloré en rose ou brunâtre. Parfois, détachable obtient une teinte verte.

    Les saignements se produisent entre les menstruations pendant l'haltérophilie, la constipation, après l'effort, c'est-à-dire après l'effort. Tout contact avec le cou peut provoquer un saignement de contact - inspection dans les miroirs, douches vaginales, traumatismes, intimité sexuelle. Aux premiers stades de la maladie, le saignement ne s'accompagne d'aucun inconfort ni de douleur. Parfois, ce symptôme apparaît soudainement, sans raison apparente et passe rapidement.

    Chez les femmes ménopausées, il peut y avoir des saignements abondants, mais plus souvent chez les femmes après 50 ans, il y a des taches brunâtres.

    L'écoulement sanguinolent du cancer du col utérin chez les femmes en âge de procréer apparaît entre les menstruations (avant ou après leur achèvement) et suggère que la tumeur a commencé à se désintégrer.

    Ayant trouvé une tache en soi, il ne faut pas paniquer immédiatement. Ce symptôme peut indiquer une autre pathologie gynécologique - processus érosif, endométriose, infection génitale, trouble hormonal. En cas de saignement dans un proche avenir devrait consulter un médecin et trouver la cause des violations.

    Les femmes ménopausées ne doivent pas accepter l'apparition de mucus sanglant lors du retour de la menstruation, mais plutôt d'une tumeur cancéreuse du pénis.

    Les patients atteints d'un cancer du col de l'utérus ont l'apparence d'une consistance plus blanche, aqueuse, muqueuse et liquide. Ils sont sans couleur ou avec une teinte jaunâtre, sans odeur ou avec une odeur désagréable.

    La cause de l'apparition de mucus liquide est l'ouverture des crevasses lymphatiques situées entre les cellules des tissus.

    Ce symptôme ne peut être considéré comme déterminant, car il survient dans les infections du tractus génital, la colpite, la cervicite. Cependant, une augmentation graduelle du nombre de sorties, son caractère «sale», un mélange de sang et une odeur fétide devraient alerter la patiente et son médecin traitant.

    Autre point culminant

    En plus du mucus liquide, une masse purulente peut être libérée du tractus génital. Le développement d'un symptôme indique une nécrose d'une tumeur, dont les particules sont rejetées par le corps. Si des morceaux de tissu altéré persistent dans le vagin, l'inflammation se joint. En même temps, le mucus sécrété a une odeur fétide et la blancheur devient verte.

    Dans le cancer du col de l'utérus, les sécrétions utérines sont de nature différente: sanglantes, liquides, purulentes. Ils peuvent être inodores ou avoir une odeur désagréable. Les saignements courts et rares indiquent également une pathologie oncologique lorsqu'ils se produisent sans tenir compte de la menstruation. Quelle est la sélection peut être vu sur la photo.

    Dans la version classique, le cancer du col utérin se caractérise par trois signes: saignement dans les intervalles entre les menstruations, règles abondantes et écoulement liquidien persistant (blanc) du vagin.

    Que dois-je faire s'il y a des sélections?

    Les pertes vaginales périodiques ou permanentes ne sont pas toujours le signe d'une tumeur maligne, par exemple, elles surviennent lors d'une infection ou d'une dysbiose du vagin. La nature atypique de la décharge devrait alerter le patient. La meilleure solution sera un examen approfondi par un médecin.

    En premier lieu, le médecin procède à un examen gynécologique du vagin, du col utérin, de l’utérus, prend un écoulement du canal cervical pour un examen cytologique. Détecter le cancer du col utérin avancé peut déjà à ce stade. Pour clarifier le diagnostic attribué colposcopie - l'étude des organes génitaux à l'aide d'un dispositif d'éclairage. La méthode permet de déterminer les zones dans lesquelles le matériel doit être prélevé pour une biopsie ultérieure.

    Mensuel avec cancer du col utérin: la nature et la durée

    Il semble que le col de l'utérus ne participe pas à la production de la menstruation, mais sert de couloir pour leur passage. Cependant, avec le cancer du col utérin, comme toute autre tumeur de l'appareil reproducteur, la nature et la nature cyclique des règles changent.

    Il y a les violations suivantes:

    1. Le retard qui se produit en raison d'une intoxication du corps. Lorsqu'une tumeur se désintègre, elle libère des substances qui affectent négativement l'ensemble du corps et interfèrent avec le renouvellement de toutes les cellules, y compris la membrane utérine.
    2. La perte de sang prolongée et intense se produit en raison de la destruction des vaisseaux qui alimentent la tumeur. Parfois, le saignement est si grave qu’une intervention médicale est nécessaire pour l’éliminer.
    3. Changer de cycle - tous les mois vont plus souvent qu'avant. Les femmes peuvent prendre tous les mois les saignements qui se produisent pendant un effort physique et ne pas prêter attention à ce symptôme.
    4. Augmenter le volume. Comme la leucorrhée est ajoutée au sang menstruel, la quantité de pertes augmente.
    5. Augmentation de la douleur pendant la menstruation. Un inconfort est observé chez les femmes en bonne santé avant et pendant les premiers jours de la perte de sang. Mais si la douleur dans l'abdomen inquiète jusqu'à la fin du cycle mensuel, deviendra plus prononcée, cela peut indiquer une oncologie des organes génitaux.

    Les femmes en âge de ménopause souscrivent à une violation de la menstruation cyclique pour cause d'insuffisance hormonale et n'y attachent aucune importance. Une visite tardive chez le médecin retarde le diagnostic, ce qui crée une condition pour la progression de la maladie.

    En plus du cancer, une augmentation des saignements indique un déséquilibre hormonal, un myome et des processus inflammatoires dans les appendices. Dans tous les cas, le signe nécessite l’étude de ses causes.

    La tumeur des stades du col utérin I et II est traitée avec des méthodes chirurgicales douces. Non seulement les patients guérissent complètement, mais ils peuvent ensuite planifier la conception et le transport de l’enfant. La bonne décision sera un examen de routine par un gynécologue deux fois par an. Le médecin détectera l'oncologie avant l'apparition des premiers signes de la maladie.

    Qu'est-ce que le cancer de l'ovaire?

    Un cancer de l'ovaire apparaît lorsque des tumeurs apparaissent dans les cellules de l'ovaire devenues malignes. Ce type de cancer s'appelle "tueur silencieux"En raison de l'absence de symptômes et du diagnostic difficile.

    Bien que le plus souvent, cette maladie survient chez les femmes après la ménopausede plus en plus de cas sont réglés chez des femmes âgées de 30 à 40 ans et peut-être même plus jeunes.

    Des études au Royaume-Uni ont montré que le dépistage précoce du cancer peut augmenter considérablement vos chances de survie, поэтому важно обращать внимание на свой организм и регулярно посещать врачей.

    Дело в том, что рак яичников не молчаливый, а тихий.

    В настоящее время нет ни одного надежного теста: les frottis ne capturent pas les kystes malins et les analyses de sang CA125 donnent souvent des résultats faux négatifs.

    Un autre problème est que de nombreux symptômes sont confondus avec d'autres maladies comme le syndrome du côlon irritable, laissant les tumeurs à un stade précoce non diagnostiquées jusqu'au stade 3, moment où des masses apparaissent dans l'abdomen et le pelvis.

    De nouvelles recherches montrent qu'il existe des signes et des symptômes de cancer précoce de l'ovaire. Les femmes doivent être attentives et conscientes de ces signaux corporels.

    Douleur abdominale et pelvienne inférieure.

    Pensez à toutes les zones où vous ressentez des crampes menstruelles: bas de l'abdomen, région pelvienne, peut-être même le bas du dos.

    Bien que la douleur pendant les règles soit normale, mais une douleur persistante qui persiste longtemps après la fin de la menstruation (encore une fois, 3 semaines ou plus) peut être un signe de cancer de l'ovaire.

    C'est surtout important pour les femmes non ménopauséesqui peut facilement être confondu avec la douleur pendant la menstruation.

    Mictions fréquentes.

    Si vous ils ont commencé à visiter beaucoup plus souvent les dames, bien que vous ne buviez pas plus de liquide qu’avant, ou que vous allez bien, et tout à coup, vous avez besoin de faire pipiVous pouvez avoir un cancer de l'ovaire à ses débuts.

    Tous ces symptômes peuvent facilement être confondus avec des problèmes et des maladies du tractus gastro-intestinal.

    Si vous présentez l'un de ces symptômes et que vous ne les aviez pas auparavant, il est important de contrôler leur fréquence.

    Si les symptômes ne disparaissent pas après 3 semaines ou plus, prenez rendez-vous avec votre médecin pour vérifier le cancer de l'ovaire.

    Tout dépend de nous, surveillez votre santé et informez les femmes familières afin qu'elles sachent aussi quels sont les premiers signes de cette maladie potentiellement mortelle.

    Aidez à combattre le cancer de l'ovaire en partageant cet article avec vos amis et votre famille!

    Partagez avec vos amis sur Facebook!

    L'effet de l'oncologie sur le corps féminin

    Le cancer est une tumeur maligne pouvant apparaître sur les ovaires, l'utérus, les trompes de Fallope et d'autres organes du système urogénital. Dans les premiers stades de la maladie se développe sans symptômes graves.

    Détérioration et bien-être général des femmes. Le processus pathologique peut être accompagné de fièvre et d'une perte de poids marquée. Les autres signes caractéristiques de l'oncologie comprennent:

    1. augmentation déraisonnable du volume abdominal,
    2. douleurs dans les glandes mammaires,
    3. repérage après un rapport sexuel,
    4. difficultés digestives
    5. douleur dans le bas-ventre,
    6. une forte baisse de performance,
    7. écoulement aqueux des voies génitales.

    Causes de la menstruation retardée

    Le plus souvent, une femme constate l'absence de menstruation dans le cas où une tumeur hormono-dépendante se développe. La maladie s'accompagne souvent d'une production active de prolactine. Il inhibe l'activité des ovaires, ce qui augmente la durée du cycle menstruel. Avec de longs délais, tôt ou tard, des saignements abondants et douloureux commenceront, qu’une femme peut confondre avec ses règles.

    La menstruation est retardée dans les stades avancés du cancer. La tumeur sécrète des substances qui entraînent une intoxication du corps. La fonction de reproduction est inhibée dans ce cas. L'aménorrhée se développe sur cette base.

    Caractéristiques de la menstruation

    L'intensité et la nature de la menstruation en présence de tumeurs malignes dépendent de la forme et du degré de négligence de la maladie. La localisation locale de la tumeur est tout aussi importante. Pour tout changement dans la nature du mois, la femme devrait consulter un médecin. Un diagnostic précoce augmente les chances de guérison.

    Avec cancer de l'utérus

    La menstruation change à chaque stade de l'oncologie de l'organe reproducteur. Initialement, les cellules cancéreuses ne peuvent se concentrer que dans la couche fonctionnelle de l'endomètre. Si le temps ne détecte pas la maladie, le myomètre en souffre. Dans ce cas, les saignements seront les plus prononcés, en raison d’une augmentation de l’épaisseur de la muqueuse jusqu’à 16 mm. Chez les femmes ménopausées, un endomètre supérieur à 4 mm est considéré comme critique.

    Avec cancer du col utérin

    Cet organe est le lien entre le vagin et le corps de l'utérus. Une tumeur maligne peut être localisée à la fois dans la couche glandulaire et à la profondeur de l'épithélium. Au fil du temps, la tumeur commence à saigner, ce qui prolonge la durée de la menstruation. En outre, des écoulements de sang se produisent au milieu du cycle, qui sont renforcés par des blessures lors des rapports sexuels.

    Pour le cancer de l'ovaire

    Les appendices sont impliqués dans la production d'hormones qui régulent la période de menstruation. Dans une tumeur maligne, leur fonctionnement est altéré. En raison du manque de substances observées, les échecs du cycle menstruel. Les jours critiques arrivent avec un retard ou disparaissent complètement. Leur caractère change également: les écoulements deviennent rares et douloureux.

    De nombreuses femmes atteintes de tumeurs malignes au niveau des ovaires sont confrontées à la stérilité, due à la suppression du travail des tumeurs en décomposition des appendices. Lorsque la pathologie nécessite une intervention chirurgicale. Si le traitement a réussi, la fonction de reproduction peut être maintenue. S'il est nécessaire de retirer les deux ovaires, la grossesse n'est possible qu'avec l'utilisation d'un ovule de donneur.

    Dans le cancer de la thyroïde

    L'organe endocrinien est responsable de la production de triiodothyronine et de thyroxine. Ces substances régulent tous les processus métaboliques intervenant dans le corps de la femme, y compris celles impliquées dans la normalisation du cycle menstruel. Avec les anomalies de la thyroïde, la nature des jours critiques est en train de changer. Tout d'abord, la fertilité de la femme diminue. En raison du manque d'ovulation, les menstruations cessent d'arriver à l'heure. Les saignements utérins apparaissent au milieu du cycle.

    La nature et les types de décharge qui se produisent dans le cancer du col utérin

    Au stade initial de développement, l'oncologie est caractérisée par un cours latent. Il existe deux types de maladie: adénocarcinome et carcinome épidermoïde. Référez-vous aux experts d'une femme pour encourager les changements dans les sécrétions vaginales. L'intensité de la décharge augmente après un examen gynécologique, une douche vaginale ou un rapport sexuel. Ils peuvent être accompagnés d'une odeur désagréable et avoir des inclusions étrangères. En outre, il existe des sensations douloureuses dans la partie vaginale ou utérine du cou. Leur concentration dépend de l'emplacement de la tumeur.

    L'effet du cancer sur le corps d'une femme

    Les méthodes modernes de traitement peuvent supprimer l’aura de la phrase du diagnostic d’une tumeur maligne. De nombreuses formes de cancer sont traitées avec succès et la qualité de la vie n’en souffre pas beaucoup. Préserver la fonction de reproduction dans le cancer génital n'est également pas un mythe. Surtout si la tumeur est détectée à un stade précoce. Par conséquent, la tâche de la femme et du médecin consiste à identifier les tumeurs malignes aux stades précoces, lorsque le traitement consomme le plus d’organes possible.

    Bien que les causes du cancer ne soient pas entièrement comprises, certains faits sur ces maladies sont connus. L'un d'entre eux - les tumeurs se produisent avec de multiples mutations dans les gènes pouvant être hérités ou acquis (surviennent pendant la vie d'une personne sous l'influence de facteurs défavorables).

    La même tumeur dans les premiers stades perturbe de manière significative de nombreux processus localement et dans tout l'organisme. Changements majeurs, qui se produisent dans ce cas, peuvent être caractérisés comme suit:

    • L'anatomie change. Une tumeur, lorsqu'elle est limitée à la couche muqueuse, n'entraîne pas de violations évidentes de la structure des organes internes. C'est pourquoi il est impossible d'identifier de telles formations avec des ultrasons - une biopsie, des frottis et d'autres méthodes impliquant un examen histologique ou cytologique seront utiles.

    À partir de la deuxième ou de la troisième phase du cancer, la tumeur peut être visualisée en tant que tissu supplémentaire. Dans le même temps, les propriétés du tissu changent: il devient plus friable, il se blesse facilement et par conséquent, un saignement se produit et la fragilité capillaire augmente.

    Biopsie de l'endomètre

    • Les fluctuations hormonales se produisent. Cela s'applique aux tumeurs hormonales - si elles ont tendance à sécréter des hormones. Par exemple, les tumeurs de la glande thyroïde, les ovaires, les glandes surrénales et autres. Dans ce cas, une femme peut remarquer une violation du cycle menstruel, un changement d'état psycho-émotionnel, etc.
    • Intoxication et épuisement. Caractéristique des tumeurs aux troisième et quatrième stades. Il existe un "empoisonnement" des produits de désintégration des cellules malignes, l'anémie est due à une perte de sang constante (y compris cachée). Tout cela entraîne une perte de poids non motivée, une température corporelle basse, une faiblesse, une léthargie et une fatigue accrue.

    Et voici plus d'informations sur les caractéristiques de la menstruation avec kyste ovarien.

    Temps de cycle

    Les tumeurs malignes, même si elles sont localisées sur les organes génitaux, n'entraînent pas toujours une perturbation du cycle menstruel. En règle générale des défaillances peuvent survenir dans les cas suivants:

    • aux stades avancés du cancer - la tumeur peut perturber l'écoulement de l'utérus et l'épuisement du corps affecte la fonction des ovaires,

    • dans le cancer de l'endomètre - la couche interne de l'utérus est directement la source du flux menstruel, de sorte que sa lésion maligne, même à un stade précoce, entraîne un changement de la menstruation - elles deviennent abondantes, irrégulières, avec des caillots,
    • si la tumeur a une activité hormonale - avec une lésion de la glande thyroïde, des glandes surrénales, de l'hypophyse, de l'hypothalamus, des ovaires ou localisée n'importe où, mais sécrète des hormones sexuelles, cela entraîne des perturbations du cycle significatives.

    En règle générale, on observe ce qui suit dans les tumeurs malignes:

    • retards de cycle et les échecs
    • copieux, souvent avec des caillots de menstruation,
    • saignement de percée,
    • contact (après relations intimes) spotting.

    Regardez cette vidéo sur les symptômes du cancer de l'utérus:

    Si tumeur ovarienne

    C'est l'une des tumeurs malignes les plus insidieuses. Son danger réside dans le fait que pendant longtemps, il peut être asymptomatique, ne donnant les premiers signes de cancer que dans les troisième et quatrième étapes. Et seulement si la tumeur a une activité hormonale, ce qui arrive souvent à la ménopause, ses signes sont perceptibles un peu plus tôt. À savoir, les femmes avec cette note:

    • la jeunesse comparée à leurs pairs,
    • "Reprise" du cycle menstruel après plusieurs années de ménopause persistante.

    Certains ne considèrent pas cela comme quelque chose de pathologique et ne vont pas chez le médecin. En fait, derrière les premiers signes de "signes de jeunesse" se trouve une tumeur maligne de l'ovaire.

    Plus jeune, le cancer de l'ovaire n'est pas toujours accompagné de menstruations irrégulières. Mais dans certains cas sont possibles:

    • retards - de quelques jours à quelques semaines,
    • décharge intermenstruelle - au milieu du cycle, à la veille et après la menstruation.

    Voir cette vidéo sur les symptômes de la tumeur ovarienne:

    Si la tumeur est l'utérus

    Ce terme fait référence au cancer de l'endomètre - la couche interne de l'utérus. Les conditions précancéreuses sont une hyperplasie atypique ou adénomateuse. Une tumeur utérine est plus souvent détectée à un stade précoce, plus caractéristique des femmes préménopausées et ménopausées - 90% des cas surviennent entre 40 et 45 ans.

    Les modifications de la menstruation chez les femmes qui ont toujours leurs règles régulièrement sont les suivantes:

    • l'écoulement devient très abondant, avec des caillots
    • la durée du mois passe à 10-14 jours,
    • des saignements importants se produisent en dehors des règles, de sorte qu'une femme ne peut pas comprendre où se trouvent le début et la fin du cycle,
    • aux troisième et quatrième stades du cancer, les excrétions peuvent acquérir une odeur fétide désagréable en raison de la décomposition des tissus tumoraux.

    Si une femme est déjà ménopausée et a ses règles (au moins 3 à 5 ans) sans menstruation, le cancer du corps de l'utérus se manifeste par les symptômes suivants:

    • L’apparition soudaine de pertes sanguines sanguinolentes au niveau des voies génitales - c’est peut-être un geste absolument insignifiant, mais après un certain temps, il va certainement arriver à nouveau, chaque fois que la quantité de décharge et leur durée vont augmenter.
    • Des saignements soudains et une odeur désagréable de décharge se manifestent déjà dans les cas avancés de cancer de l’utérus.
    • Périodiquement, il peut y avoir une douleur tiraillante dans le bas de l'abdomen.

    Stade du cancer de l'endomètre

    Chez une femme, le niveau d'hémoglobine diminue constamment et il se produit une anémie qui s'accompagne de faiblesse, de léthargie, d'un essoufflement lors d'un effort physique normal, de vertiges, d'une diminution de la pression artérielle.

    Tumeur cervicale

    N'affecte le cycle menstruel que dans les derniers stades. Dans le cancer du col utérin le plus précoce, il peut ne pas se manifester cliniquement, et les modifications ne peuvent être détectées que lors d'un examen - dépistage par frottis pour oncocytologie, biopsies.

    Les troisième au quatrième stades des tumeurs cervicales sont caractérisés par le fait que les tissus qui se développent comme une tumeur sont très minuscules et facilement blessés, par exemple lors de contacts sexuels ou d'efforts physiques. Cela conduit à un repérage de la boucle.

    En outre, les règles deviennent très abondantes - les écoulements de l'utérus traumatisent les tissus cervicaux et, en raison de la fragilité accrue des vaisseaux sanguins et des modifications des propriétés des tissus, des saignements commencent, qu'il est parfois difficile d'arrêter même dans un établissement médical. En même temps, la décharge dégage une odeur extrêmement désagréable, fétide et putride due à la décomposition des tissus tumoraux.

    Stades du cancer du col utérin

    Tumeur hypophysaire

    L'hypophyse est une glande située dans le cerveau qui joue le rôle de «coordinateur» de tous les organes internes en libérant des hormones tropicales. La fonction des organes génitaux est influencée par la FSH, la LH et la prolactine.

    Les tumeurs hypophysaires peuvent modifier la formation de ces substances, perturbant ainsi le cycle menstruel de la femme. L’éducation dans l’hypophyse est souvent de nature bénigne et n’a que quelques millimètres. Par conséquent, dans la plupart des cas, elle est découverte par hasard, par exemple lors d’examens pour insuffisance menstruelle ou infertilité.

    Cependant, la localisation d'une tumeur dans le lobe antérieur de l'hypophyse et accompagnée d'une libération accrue de prolactine s'appelle un prolactinome.

    Hormones hypophysaires

    Des valeurs élevées de prolactine et une compression mécanique d'autres tissus de l'hypophyse entraînent une altération de la sécrétion de FSH et de LH, ce qui provoque des défaillances du cycle menstruel. En règle générale, il y a des retards, il n'y a pas d'ovulation. La correction des médicaments avec des taux de prolactine conduit à la restauration de la fonction de reproduction et du cycle menstruel.

    Voir dans cette vidéo sur les symptômes, le diagnostic et le traitement de l'adénome hypophysaire:

    Cancer de la thyroïde

    La thyroïde par ses hormones régule le travail de tous les organes internes, y compris les ovaires et l'utérus. Ses fonctions sont étroitement liées à la sécrétion d'hormones hypophysaires. Les tumeurs thyroïdiennes qui entraînent une synthèse excessive ou insuffisante de T3 et de T4 sont également accompagnées de troubles menstruels. Ceux-ci peuvent être:

    • retards pouvant aller jusqu'à plusieurs mois
    • saignement de percée,
    • maigres ou vice versa périodes abondantes.

    Et il y a plus à savoir si les fibromes peuvent évoluer en cancer.

    Le cycle menstruel de la femme n'est pas toujours perturbé, même avec des tumeurs malignes des organes génitaux. Le plus souvent, les échecs surviennent aux derniers stades du cancer. Pour les tumeurs malignes en temps opportun, lorsque la probabilité de guérison complète est maximale, il est nécessaire de consulter régulièrement un gynécologue et de subir tous les examens nécessaires.

    Douleur pendant l'exercice

    Avec l'augmentation de la tumeur peut être une légère douleur après un effort physique intense. Douleur particulièrement sévère se manifestant lors des rapports sexuels et de la musculation. Cela est dû à l'étirement excessif et à la déformation des tissus de l'utérus et peut être un signe de cancer de la paroi péritonéale.

    Les rapports sexuels, ainsi que la musculation, provoquent la contraction de muscles qui ne sont pas en mesure de remplir pleinement cette fonction et causent des douleurs au bas de l'abdomen ou à la paroi entière du péritoine. Lorsque vous pratiquez un sport calme, la douleur est également présente, mais avec moins d'intensité.

    La perturbation des symptômes des ovaires est la décharge d'une nature différente. C’est l’un des signes qui apparaît avant tout le monde, mais en même temps, il fait rarement l’objet d’une attention particulière. Les allocations sont caractéristiques de tout type de maladie urogénitale, mais seules les cancers sont progressives et intenses.

    Au début du développement de la pathologie, des sécrétions claires muqueuses apparaissent, qui par consistance ressemble à de l'eau. À mesure que la maladie se propage, l'écoulement perd sa transparence et devient blanche ou jaune et acquiert une odeur désagréable. Leur apparence est associée à une augmentation du taux de dégradation des cellules saines et cancéreuses.

    Avec la défaite de l'endomètre de l'utérus, des sécrétions de sang sont observées dans les sécrétions, dont le nombre augmente progressivement, formant des caillots. Si la tumeur a obstrué les trompes de Fallope ou si une vaste zone de tissu s’effondre, un processus inflammatoire peut alors se produire, ce qui est indiqué par l’apparition de sécrétions purulentes.

    L'œdème des extrémités est observé aux stades avancés, lorsque la tumeur a pincé les veines porte et sexuelles, ou que le cancer s'est métastasé aux organes adjacents. В связи с нарушением кровотока и нормального оттока жидкости, начинается отек, локализующийся на нижних конечностях.

    Увеличение живота

    Увеличение живота при данном виде рака может быть спровоцировано двумя причинами. Comme les premiers actes tumeur élargiequi peut être déterminé par inspection visuelle et palpation. Dans ce cas, l'abdomen a une forme asymétrique avec une augmentation de la part de la lésion.

    A la palpation, un compactage non uniforme avec une surface inégale est détecté. La deuxième raison est ascite - accumulation de liquide dans la cavité abdominale. Dans ce cas, l'abdomen augmente uniformément sur toute la surface.

    S'il n'est pas traité, il devient excessivement volumineux par rapport au corps. La quantité de liquide avec ascite atteint 7 litres.

    Flatulence et dysfonction intestinale

    La croissance de la tumeur à l'extérieur de l'ovaire entraîne une compression de l'intestin et un rétrécissement de ses lumières. Cela provoque un gonflement constant, localisé, principalement dans la partie supérieure. En outre, une saturation rapide par petites portions, des selles altérées et des nausées constantes.

    Avec une petite tumeur, ces symptômes apparaissent périodiquement. Mais, à mesure que la tumeur se développe, elles deviennent plus intenses et plus permanentes. En conséquence, une obstruction intestinale complète peut survenir.

    Problèmes de miction

    Les problèmes de cette nature commencent après la propagation des tumeurs malignes dans la région de l'uretère. Une augmentation de la formation conduit à un clampage progressif du canal, ce qui entraîne une douleur lors de la miction et une incapacité à vider complètement la vessie.

    En conséquence, il y a une envie fréquente d'uriner et une inflammation de la vessie. Il peut y avoir des traînées de sang ou du mucus purulent dans l'urine.

    Symptômes communs

    En plus de symptômes spécifiques, le cancer de l'ovaire se caractérise par certains signes fréquents de divers types de cancer:

    1. Perte d'appétit Se produit à la suite de nausées constantes, qui se manifestent quel que soit le repas. Simultanément à une perte d'appétit, un changement dans les préférences gustatives peut survenir. Par exemple, le rejet de produits gras et de viande.
    2. La nausée C'est une conséquence d'une violation de la production d'enzymes pancréatiques et de l'accumulation constante de toxines provenant de cellules en désintégration du tissu affecté. Selon le stade de la maladie, les nausées peuvent être périodiques ou permanentes et se transformer en vomissements fréquents.
    3. Faiblesse Se produit en raison d'une anémie et s'accompagne de somnolence, d'invalidité et de fièvre.

    Causes de cancer de l'utérus et des ovaires chez la femme

    Le développement de la maladie peut déclencher divers facteurs. Il n'y a pas une seule raison pour laquelle les organes reproducteurs sont endommagés par des cellules atypiques. On pense que le risque de cancer de l'utérus ou des ovaires est plus élevé chez les femmes n'ayant jamais donné naissance à un enfant, ayant des problèmes de surpoids ou souffrant de diabète. Il existe d'autres facteurs indésirables provoquant le développement de la maladie.

    Certains experts estiment que l'utilisation de contraceptifs destinés à rétablir l'équilibre hormonal est un terrain fertile pour le développement de la pathologie. D'autre part, l'évolution de ces médicaments réduit considérablement le risque de lésion utérine par des cellules atypiques, et l'effet antitumoral de leur utilisation dure plusieurs années. Séparément, il est nécessaire de fournir des médicaments, qui incluent un analogue synthétique de l'œstrogène. Ils sont accusés de développer un carcinome du système reproducteur chez les femmes.

    Symptômes de tumeurs utérines

    Contrairement à de nombreux néoplasmes malins, le cancer de l’organe reproducteur et (ou) des ovaires peut être détecté à un stade précoce et son traitement peut commencer. Avec la mise en place rapide de mesures thérapeutiques, le pronostic pour le patient est le plus favorable.

    Les symptômes du cancer de l'utérus sont variés. Cependant, le plus courant d'entre eux est l'apparition de saignements au niveau des voies génitales, qui ressemblent à la menstruation, mais qui se produisent indépendamment du cycle mensuel. Toute femme doit être particulièrement attentive à cette déviation, en particulier après 45 ans. Au stade avancé de la maladie, douleur dans le bas de l'abdomen.

    Si vous détectez des symptômes suspects, consultez un médecin dès que possible et faites-vous examiner. Ce n’est pas un fait qu’une pathologie grave soit révélée chez le patient; le spécialiste ne trouvera peut-être qu’une tumeur bénigne ou ne verra aucune déviation significative de la norme. Cependant, il reste encore à être en sécurité.

    Tout d'abord, le médecin procédera à un examen sur la chaire gynécologique et à la palpation du système reproducteur, puis, très probablement, enverra une femme prendre un frottis ou un frottis sur le col de l'utérus, avec lequel il sera possible de détecter un cancer. Si le diagnostic est confirmé, il sera demandé au patient de procéder à un nettoyage de la couche interne de l'organe reproducteur sous anesthésie générale. En même temps, des échantillons seront prélevés sur la muqueuse utérine pour une investigation plus poussée et un diagnostic final.

    La procédure de tomodensitométrie est nécessaire lorsqu'il est nécessaire de déterminer la localisation exacte de la tumeur et de détecter la croissance des ganglions lymphatiques situés à proximité, si ceux-ci étaient impliqués dans le processus pathologique. Si une femme a un cancer de l’organe de reproduction à un stade précoce, il sera alors possible de le traiter complètement par chirurgie. Si non seulement une partie de l'utérus est touchée, mais également les ovaires, une intervention chirurgicale sera également effectuée sur eux. L'utilisation d'hormones ne sera appropriée que dans les derniers stades de la maladie.

    Symptômes de tumeurs ovariennes

    Les ovaires sont les glandes endocrines qui produisent les hormones sexuelles féminines responsables du cycle menstruel et du début de la grossesse. Les tumeurs malignes de ces organes sont assez courantes, cependant, dans la plupart des cas, elles sont détectées à un stade précoce, ce qui permet de les traiter avec succès. Afin de détecter rapidement la pathologie, vous devez régulièrement subir des examens préventifs chez le gynécologue.

    Une femme doit faire attention aux symptômes suivants du cancer de l'ovaire et consulter rapidement son médecin:

    • troubles menstruels,
    • constipation
    • mictions fréquentes (ce symptôme de maladie est dû au fait que la tumeur exerce une pression sur la vessie),
    • sensation d'éclatement dans le bas-ventre,
    • douleur douloureuse dans la région des ovaires,
    • nausée, fatigue, manque d'appétit,
    • douleur pendant les rapports sexuels,
    • augmentation de la taille de l'abdomen et son renflement.

    Dans la plupart des cas, le cancer de l'ovaire se développe à partir d'une tumeur bénigne, ce qui permet d'éviter des conséquences graves pour la vie et la santé de la patiente. Afin de détecter la maladie en temps opportun, il est nécessaire de consulter périodiquement le gynécologue.

    Menstruation pour le cancer de l'ovaire

    Étant donné que les ovaires produisent des hormones responsables de la fonction de reproduction de la femme, des violations du cycle menstruel se produisent si elles sont affectées par des cellules atypiques. Chaque mois, dans ce cas, ont des fonctionnalités.

    Si la tumeur est localisée dans l'un des organes associés, il y a des retards périodiques de menstruation.

    Avec la défaite des deux ovaires commence la deuxième phase de la maladie, caractérisée par les symptômes suivants:

    • le flux menstruel devient rare, car il y a une pénurie d'hormones dans le corps, due à un dysfonctionnement de l'appareil reproducteur,
    • Les délais de la menstruation deviennent significatifs, car les processus de maturation des œufs et le développement de l’endomètre sont perturbés et, dans certains types de tumeurs, il ya une aménorrhée, la voix de la femme devient plus grossière et son visage est poilu,
    • pendant la menstruation, des douleurs apparaissent non seulement dans la partie inférieure mais également dans la partie latérale de l'abdomen (où se trouve l'organe associé affecté),
    • il y a des saignements après un rapport sexuel ou une levée de poids, et parfois sans raison, et la décharge, contrairement à la normale, se produit sous l'influence d'hormones qui produisent une tumeur, traversent toutes les périodes du cycle et sont très longues et abondantes.

    Le développement des symptômes dans les tumeurs ovariennes

    En règle générale, les premiers signes de cancer de l'ovaire sont non spécifiques et déguisés en autres pathologies. Par exemple, ils peuvent ressembler à un dysfonctionnement du système digestif ou de la vessie. Parfois, cela conduit à la formulation d'un diagnostic incorrect et à la nomination de médicaments inutiles. Une femme devrait faire attention aux symptômes suivants:

    • mictions fréquentes,
    • troubles digestifs sous forme de diarrhée ou de constipation,
    • inconfort dans la région intestinale,
    • changement de poids dans n'importe quelle direction sans raison apparente
    • douleur pendant les rapports sexuels,
    • manque d'appétit
    • anémie ferriprive,
    • ascite,
    • augmentation de la température corporelle pendant une longue période, non due à un processus inflammatoire.

    Plus tard, écoulement sanglant de l'appareil génital. Chez une patiente entrée en ménopause, des saignements utérins sont observés avec une tumeur à cellules granulaires, ce qui s’explique par le fait que les cellules atypiques produisent certaines hormones. La présence d'adénoblastome dans le corps entraîne une production excessive d'hormones sexuelles mâles, ce qui provoque le plus souvent une croissance des cheveux de type masculin.

    Avec la croissance d'une tumeur maligne, des troubles de la menstruation ou une aménorrhée surviennent. Le poids corporel de la femme diminue rapidement, mais l’abdomen reste volumineux en raison de l’ascite, ce qui peut conduire à la dyspnée. La douleur dans le bas de l'abdomen, la région génitale et l'épigastre s'intensifie à mesure que la tumeur se développe et que les fibres nerveuses correspondantes sont endommagées.

    Symptômes de la maladie par étapes

    Le cancer de l'ovaire passe par quatre étapes:

    1. Au premier stade, le néoplasme est situé dans l'un des organes couplés, puis les cellules atypiques infectent généralement le deuxième ovaire. Il n'y a pas de symptômes spécifiques, cependant, une ascite peut être détectée chez le patient.
    2. La deuxième étape est caractérisée par le fait que la tumeur se propage à travers l'ovaire, puis passe aux trompes de Fallope, au corps de l'organe reproducteur et à la cavité abdominale. La maladie peut ne pas se manifester, mais il y a parfois une ascite.
    3. Au troisième stade, les ganglions lymphatiques sont affectés (d'abord rétropéritonéal, puis inguinaux). Parfois, des cellules atypiques pénètrent dans des ganglions lymphatiques distants. En règle générale, la détection de la maladie peut faire l’objet d’un examen de routine par un gynécologue.
    4. Au quatrième stade, il se produit des métastases de divers organes se produisant près des ovaires ou loin d'eux (principalement le foie et les poumons), ce qui affecte le travail de tout l'organisme.

    Lors du diagnostic initial de la maladie, 80% des patients peuvent être complètement guéris. La dernière étape de la pathologie a un pronostic plus défavorable. Dans ce cas, seules 10% des femmes parviennent à arrêter ou à vaincre le cancer.

    Les tumeurs de l'utérus et des ovaires peuvent être traitées facilement grâce à leur détection rapide. Afin de détecter ces pathologies à temps, il est nécessaire de passer des examens préventifs réguliers par un gynécologue. Il est possible de traiter ces maladies oncologiques aux premiers stades sans conséquences négatives dans 80% des cas.


    Quelles actions doivent être entreprises si une sélection est apparue

    La présence d'un secret atypique indique le développement de maladies graves. La raison peut en être non seulement en oncologie, mais également dans d’autres processus pathologiques. Ceux-ci incluent le développement du papillomavirus, des maladies infectieuses et de la dysbactériose vaginale. Lorsqu'une décharge suspecte est détectée, il est conseillé à la femme de consulter un médecin. Pour poser un diagnostic, un examen clinique général du corps sera nécessaire. Les procédures de diagnostic obligatoires comprennent:

    1. Examen gynécologique. Il est nécessaire pour l’évaluation visuelle des organes génitaux et le frottis afin de déterminer la composition de la microflore.
    2. Échographiequi montre la taille et l'emplacement de la tumeur maligne.
    3. Examen cytologique, qui est une analyse de laboratoire d’un échantillon de tissu. Cela vous permet de déterminer le degré de négligence de la maladie.
    4. Colposcopie, contribuant à la détection de cellules atypiques à l'intérieur du vagin et du col de l'utérus. Appliquez une solution de colorant sur l'épithélium et surveillez la réaction des cellules. Les organes sont examinés à l'aide d'un éclairage spécialisé.

    Conclusion

    Si vous ne commencez pas le traitement à temps, le cancer peut être fatal.

    En premier lieu, les femmes doivent faire attention à la régularité du cycle et aux modifications de la nature des pertes vaginales. Pour plus de commodité, il est recommandé de conserver un calendrier séparé, qui enregistre la durée des règles et divers symptômes. Si des irrégularités se produisent, consultez un médecin.