La santé

PMS: qu'est-ce que c'est et comment être avec lui

Sensations physiologiques, manque d'équilibre et tempérament inexplicable avant la menstruation - le fléau de nombreuses femmes. L'irritabilité excessive, la mauvaise humeur, les douleurs des glandes mammaires et des douleurs dans le bas-ventre au cours de cette période sont familières à presque chacun d'entre nous. En général, la communauté médicale compte environ 150 manifestations prémenstruelles désagréables. Ce sont les symptômescomme une anxiété incompréhensible, un changement d'humeur rapide et incontrôlé, un gonflement, des maux de tête et des vertiges, la fatigue, un excès d'appétit, des nausées, une augmentation des larmes et même de l'autisme.

Chez certaines femmes, la température augmente avant la menstruation, et certaines s'évanouissent même. En un mot syndrome prémenstruelOu le syndrome prémenstruel est un ensemble complexe de problèmes que presque chacun d'entre nous doit endurer chaque mois. Chez certaines femmes, elles passent rapidement et ne causent pas d’anxiété significative, alors que d’autres en cette période ne font tout simplement pas partie du rythme normal de la vie et endurent longtemps et douloureusement le syndrome prémenstruel.

Il semblerait qu'au fil des ans, il faut s'y habituer. Cependant - il ne s'habitue pas. Chaque mois, à un moment donné, nous commençons à tourmenter nos proches avec des éclairs nerveux, des caprices, un mécontentement vis-à-vis du monde entier, injustifiés, de leur point de vue, des exigences et d’autres actions qui pourraient ruiner l’existence des autres.

Il arrive également que, même si des facteurs aussi négatifs, mais toujours passifs, soient à l'origine de la séparation d'avec des hommes bien-aimés et même de la perte d'un emploi. Après tout, tout le monde n’est pas en mesure de comprendre pourquoi une femme toujours calme et bienveillante s’est soudainement transformée en une créature nerveuse et colérique, avec laquelle il est tout simplement impossible de communiquer.

Comment traiter avec le syndrome prémenstruel? Traitement

Syndrome prémenstruel, en général, ne fait pas l'objet d'un diagnostic spécifique. Quelles sont les raisons de son apparition, pour la médecine, à ce jour, reste un mystère. Certains experts estiment qu'il s'agit d'une maladie hormonale et certains ont tendance à penser que le syndrome prémenstruel est causé par des défaillances psychologiques conduisant à une détresse émotionnelle. Et certains chercheurs de ce phénomène associent son apparition à une mauvaise alimentation et à de mauvaises habitudes. D'une manière ou d'une autre, le syndrome prémenstruel est douloureux et il est presque impossible de s'y adapter. Et, par conséquent, il est nécessaire de rechercher les moyens de réduire ses manifestations au minimum.

Général Traitement PMS assez simple. Les médecins recommandent généralement une alimentation saine pendant cette période et une alimentation riche en glucides. En outre, ils estiment qu'il est très utile de réaliser des exercices simples et d'éviter autant que possible les situations stressantes. Un traitement complet du syndrome prémenstruel dans la mise en œuvre de telles recommandations ne se produira pas, mais ils vont grandement faciliter la condition d'une femme.

Traitement Vous pouvez commencer par des infusions à base de plantes de menthe ou de camomille et les mélanger au whisky avec de l’huile de lavande ou d’absinthe. Well supprime les syndromes du syndrome prémenstruel, en massant les pieds avec de l'huile de sapin et des bains de pieds avec mélisse, rose et fleurs séchées

L'irritabilité et la tension nerveuse peuvent être réduites en utilisant une tisane fraîchement préparée, à prendre trois fois par jour dans un verre.

Il ne devrait pas, après est apparu symptômes prémenstruels, buvez beaucoup de café ou de thé fort et buvez de l'alcool. Vous devez essayer de bien dormir, pour lequel vous devriez prendre un bain relaxant avec du sel de mer et des huiles essentielles avant d'aller vous coucher. Vous pouvez commencer la journée avec une douche de contraste qui vous remontera le moral et améliorera votre humeur. En ce qui concerne le soulagement des contraintes tangibles, les antidépresseurs légers aideront. Si un gonflement apparaît, il est recommandé de prendre des diurétiques faibles. Et les analgésiques sauvent des douleurs sévères.

Avec un syndrome prémenstruel prononcé, vous devez suivre un régime. À l'heure actuelle, il n'est pas souhaitable de manger des aliments gras et sucrés, des plats frits ou salés. Le brocoli, le chou-fleur, les asperges et le son sont très utiles. Ils sont cuits à la vapeur et se boivent avant chaque repas.

L'aérobic est un moyen très efficace de remédier à la situation. La vitamine B6 et les préparations contenant du calcium, du magnésium et du manganèse ont un effet bénéfique sur le corps.

Cependant si syndrome prémenstruel Si douloureux que vous avez à peine assez de force pour travailler, mais aussi pour vous lever du lit, vous devez rechercher des méthodes de traitement plus sérieuses, qui ne peuvent être déterminées que par un spécialiste. Cela peut être un gynécologue, un neuropathologiste, un médecin généraliste, un endocrinologue qui peut déterminer les causes d'un PIC grave de manière aussi précise que possible et trouver le moyen de les éliminer. Afin de faciliter leur tâche, un journal détaillé de toutes les manifestations devrait être tenu pendant plusieurs mois. syndrome prémenstruel. Les situations difficiles nécessitent généralement un traitement hormonal spécifique que seul un spécialiste peut prescrire.

Le syndrome prémenstruel est un phénomène courant. Nous le traitons donc rarement comme quelque chose d'extraordinaire et n'essayons pas de soulager correctement notre propre bien-être. Mais d'autres en souffrent! Faisons donc le maximum d'efforts pour faire en sorte que ces journées soient presque imperceptibles pour tous et n'apportent pas de chagrin inutile, ni à nous, ni à nos proches.

Kocheva Olga
Le magazine féminin JustLady

Symptômes 2

La particularité du syndrome prémenstruel est que la variété de ses symptômes est si grande qu'il est difficilement possible de trouver deux femmes avec exactement la même image de son évolution. Il existe environ 150 signes mentaux et physiques différents. Les symptômes de la période prémenstruelle peuvent être divisés en groupes:

● Troubles neuropsychiatriques: irritabilité, pleurs, agression, etc.

● Troubles végétatifs (nerveux): maux de tête, nausées, vomissements, vertiges, baisses de tension artérielle, battements de coeur rapides, douleurs au coeur, etc.

● Troubles hormonaux: engorgement des seins, gonflement, fièvre, frissons, augmentation de la teneur en gaz de l'intestin, démangeaisons, essoufflement, vision trouble, soif, etc.

Habituellement, les symptômes du syndrome prémenstruel n'apparaissent pas séparément, mais en combinaison les uns avec les autres. Si nous séparons de manière conditionnelle les variantes des manifestations du syndrome prémenstruel, nous pourrons alors distinguer plusieurs formes de cette affection, dont la connaissance facilite la détermination de la manière de la faciliter. 3

Classification PMS 4

Selon l'appartenance à l'un ou l'autre des systèmes du corps, on distingue plusieurs formes cliniques de mise en œuvre du syndrome prémenstruel chez la femme:

1. Forme neuropsychique (cerveau) - comprend les troubles du système nerveux et de la sphère émotionnelle. Les patients se plaignent de sensibilité au toucher, de pleurs, d'irritabilité, d'une sensibilité accrue aux sons et aux odeurs, de problèmes de sommeil et de fatigue. La constipation et les ballonnements peuvent survenir en raison de l'accumulation de gaz en excès dans l'intestin. Chez les femmes adultes, on note une dépression et chez les adolescentes des agressions agressives.

2. Forme œdémateuse - survient dans le contexte d'un changement temporaire du travail des reins lorsqu'un excès de liquide s'accumule dans les tissus corporels, y compris les glandes mammaires. Les patients rapportent un gain de poids, un gonflement du visage, des mains et du bas des jambes, ainsi qu'une gêne thoracique.

3. La forme de crise (affûtage soudain) est un ensemble complexe de troubles des systèmes cardiovasculaire et digestif, ainsi que des reins. Les patients ont noté une douleur dans la zone située derrière le sternum, un rythme cardiaque rapide, une pression accrue, des attaques de panique. Souvent, cette forme de syndrome prémenstruel survient chez les femmes en période de pré-ménopause (achèvement de la période d'aptitude à avoir des enfants).

4. Forme céphalgique (forme prédominante de symptômes neurologiques et vasculaires) - caractérisée par des maux de tête, des vertiges, des nausées et des vomissements, des migraines.

5. La forme atypique est une combinaison atypique de symptômes, tels que l'asphyxie, les vomissements, la fièvre et la migraine.

6. Forme mixte - combinaison simultanée de plusieurs formes de SPM. Le plus souvent, nous parlons de formes émotionnelles et œdémateuses.

Le syndrome prémenstruel comporte également plusieurs étapes: 4

● Stade compensé - le syndrome prémenstruel est exprimé légèrement, ne progresse pas au fil des ans, tous les symptômes disparaissent immédiatement après le début des règles.

● Stade sous-indemnisé - les symptômes sont si prononcés qu'ils limitent l'aptitude au travail des femmes et continuent de s'aggraver au fil des ans.

● Stade décompensé - sévérité extrême du syndrome prémenstruel, dont les symptômes ne se manifestent que quelques jours après la fin des menstruations.

Sur la base du nombre de symptômes qui forment le syndrome prémenstruel chez les femmes, il existe un degré de gravité faible et grave. S'il existe trois ou quatre symptômes avec une prédominance de l'un d'entre eux, il s'agit d'une forme bénigne du syndrome prémenstruel. Si de 5 à 12 symptômes apparaissent constamment, dont plusieurs sont les plus prononcés à la fois, ils permettent de diagnostiquer une forme grave de la maladie. En raison de la variété des symptômes inhérents à un certain nombre de pathologies du spectre neurologique, hormonal et gynécologique, le principal et presque le seul critère diagnostique dans le cas du syndrome prémenstruel est un lien clair entre les symptômes existants et la menstruation imminente, ainsi que le cycle de répétition. En outre, il est nécessaire de prendre en compte les particularités de l'entrepôt émotionnel d'une femme.

Facteurs de risque du syndrome prémenstruel 1

Si la médecine moderne comprend déjà ce que le syndrome prémenstruel est chez les femmes, les raisons de son apparition ne peuvent toujours pas être établies, même à la suite de nombreuses études. Il existe de nombreuses théories sur son apparition, mais la plus complète et la plus proche de la réalité peut être appelée théorie hormonale. Elle explique les symptômes du syndrome prémenstruel par les fluctuations du niveau d'hormones sexuelles au cours de la deuxième phase du cycle menstruel. Pour que le corps féminin fonctionne normalement, un équilibre des hormones sexuelles féminines est nécessaire: progestérone («hormone de grossesse», qui aide à supporter le fœtus), œstrogène («hormones féminines» responsables du fonctionnement normal du corps féminin) et androgènes («hormones mâles» produites). corps féminin). Au cours de la deuxième phase du cycle, le fond hormonal de la femme change et, selon cette théorie, le corps dans son ensemble et certaines parties du cerveau ne répondent pas suffisamment à cela. C'est comment PMS apparaît.

Selon les médecins, les facteurs les plus probables de développement du syndrome prémenstruel sont: 5

● Réduire les niveaux de sérotonine (la sérotonine est un composé qui contrôle la transmission des impulsions du cerveau au corps. Les niveaux de sérotonine affectent les états émotionnels, tels que le sentiment de bien-être, l'estime de soi, la peur, etc.) - est une cause possible des signes mentaux du SPM (dépression, apathie, pleurs, mélancolie, etc.),

Carence en magnésium - peut provoquer des maux de tête, des battements de coeur rapides, des vertiges,

Carence en vitamine B6 - entraîne fatigue, gonflement, changements d’humeur et hypersensibilité des glandes mammaires,

● Facteur génétique - les manifestations du syndrome prémenstruel peuvent être héritées,

● Surpoids - dans une zone à risque particulier, les femmes dont l'indice de masse corporelle est supérieur à 30 (pour calculer votre indice de masse corporelle, divisez votre poids en kilogrammes par votre taille en mètres, au carré).

● Fumer - double les chances de SPM chez les femmes,

● Conséquences de l'avortement et du travail compliqué, pathologie gynécologique, stress.

Il est nécessaire de consulter un médecin au sujet du syndrome prémenstruel si ses manifestations sont prononcées et réduisent considérablement la qualité de la vie, affectant entre autres choses la performance. Après l'examen, le médecin donnera toutes les recommandations nécessaires pour soulager cette affection et prescrira un traitement médicamenteux au patient s'il en a besoin.

Comment traiter avec PMS 2

Dans la plupart des cas, les médecins traitent les symptômes du SPM, en choisissant un traitement en fonction de la forme et de l'évolution du syndrome. Par exemple, des séances de psychothérapie peuvent être prescrites, consistant en des méthodes de déchargement émotionnel et de correction du comportement, ainsi que de la prescription de certains sédatifs. Les anti-inflammatoires sont prescrits pour les maux de tête et autres douleurs. Les diurétiques sont prescrits pour éliminer l'excès de liquide du corps. 6

Si les résultats du test montrent un échec lors de la deuxième phase du cycle menstruel, on prescrit une hormonothérapie au patient. Avec de nombreux symptômes mentaux, les antidépresseurs et les sédatifs sont prescrits. En outre, étant donné que les femmes atteintes du syndrome prémenstruel ont souvent un taux accru de sérotonine (une substance qui transmet les impulsions cérébrales entre les cellules nerveuses et est responsable de la bonne humeur) et d'histamine (un composé impliqué dans la régulation des fonctions vitales du corps), les médecins peuvent prescrire antihistaminiques (inhibant la production d'histamine) de la deuxième génération. Des médicaments destinés à améliorer la circulation sanguine et à normaliser la transmission des impulsions des cellules nerveuses responsables de la bonne humeur et de l'énergie vitale dans le système nerveux central peuvent également être prescrits.

Mais vous pouvez essayer de faire face au syndrome prémenstruel et sans l'aide d'un médecin, au moins dans les cas où ses symptômes ne sont pas trop prononcés. Soulager les manifestations du syndrome prémenstruel peut être un sommeil complet de huit heures, ce qui élimine l'irritabilité, l'anxiété et l'agressivité, et a également un effet positif sur l'état du système immunitaire. Pour vous débarrasser de l'insomnie et améliorer la qualité de votre sommeil, vous pouvez essayer des techniques de respiration et des marches avant d'aller au lit.

L'exercice régulier augmente le niveau d'endorphine (une substance qui a un effet calmant sur le système nerveux) et réduit l'intensité des symptômes du syndrome prémenstruel. Cela peut être la marche et le jogging, le yoga, le Pilates, la danse et tout autre type d’entraînement. Les pratiques de relaxation utilisées dans le yoga aident également à soulager les symptômes du SPM. Pour aider à réduire les manifestations du syndrome prémenstruel, on peut bien se nourrir avec l’utilisation d’un grand nombre d’aliments riches en fibres: fruits et légumes frais, légumes verts. Il convient de limiter l'utilisation du café et du chocolat, car ces produits renforcent les signes mentaux du syndrome prémenstruel: irritabilité, anxiété, sautes d'humeur fréquentes. Il est également souhaitable de réduire la consommation de viande grasse et rouge, de renoncer complètement à l'alcool. À cette époque, les tisanes et les jus de fruits sont utiles. Nous ne pouvons pas dire sur les avantages des rapports sexuels normaux, qui aident à lutter contre l'insomnie, la mauvaise humeur et le stress, et augmentent également le niveau d'hormones du bonheur et renforcent le système immunitaire. En même temps, pendant le syndrome prémenstruel chez les femmes, le désir sexuel augmente souvent, ce qui peut dans ce cas être considéré comme un indice du corps. Ainsi, on peut dire qu’un régime alimentaire équilibré, une activité physique régulière et adéquate, un sommeil sain et des relations sexuelles régulières avec une attitude positive à l’égard de la vie peuvent aider à oublier ce que le syndrome prémenstruel est ou du moins à en réduire les manifestations. Mais avec le renforcement des maux, vous devez absolument consulter un médecin qui effectuera un examen et vous prescrira le traitement nécessaire.

Symptômes principaux

Les manifestations physiques du syndrome prémenstruel sont les suivantes:

  • faiblesse
  • douleur dans les glandes mammaires, leur gonflement, augmentation,
  • maux de tête, vertiges,
  • nausée, vomissements,
  • l'apparition de gonflement des bras et des jambes dû à la rétention d'eau dans le corps,
  • selles avec facultés affaiblies
  • mictions fréquentes,
  • augmentation de l'appétit (augmentation de la faim dans le syndrome prémenstruel).

Manifestations psychologiques du syndrome:

  • mauvaise humeur ou changement fréquent de son,
  • problèmes de sommeil - insomnie ou, au contraire, somnolence constante,
  • irritabilité avec le syndrome prémenstruel,
  • sentiment de dépression émotionnelle.

La cause du syndrome prémenstruel est dans la plupart des cas une modification de l’équilibre hormonal dans le corps de la femme tout au long du cycle menstruel et de la réponse de celui-ci.

De plus, il existe d'autres facteurs qui provoquent des symptômes peu agréables:

  • prédisposition génétique
  • une mauvaise nutrition, qui entraîne une rétention d'eau, un œdème, ainsi que des maux de tête et d'autres manifestations.

PMS: comment y faire face?

Avant de vous demander comment traiter le syndrome prémenstruel, femme ou fille, vous devez consulter un médecin.

Après l'examen, le médecin vous prescrira une thérapie complète comprenant les éléments suivants:

  • Agents hormonaux. Le but de l'application est la normalisation du fond hormonal. Duphaston, Utrozhestan peuvent être enregistrés. Les moyens combinés contraceptifs sont efficaces - Yarin, Logest, Janine.
  • Préparations apaisantes. Si la question se pose avec le syndrome prémenstruel - comment traiter la nervosité, les sédatifs et les médicaments psychotropes aideront. Durée d'utilisation au moins deux mois.
  • Diurétique. Attribuer en présence d'œdème survenant avant la menstruation.
  • Antihypertenseurs. Indications - augmentation de la pression artérielle.
  • Thérapie symptomatique. C'est un complément à la thérapie principale visant à éliminer les manifestations associées. Ceux-ci incluent des pilules contre la douleur, des agents anti-allergiques, des complexes de vitamines.
  • Homéopathie Pas de moyen moins efficace pour éliminer les douleurs thoraciques, améliorer l'état psycho-émotionnel. Ils sont basés sur des remèdes à base de plantes. Comment traiter la dépression et d'autres manifestations du SPM? Vous pouvez prendre Remens, Mastodinon.

Régime alimentaire et mode de vie

Lorsque vous répondez à la question suivante: qu'est-ce que le syndrome prémenstruel et comment y faire face, vous devez connaître le régime alimentaire et le mode de vie recommandé, qui sont nécessaires pour une récupération plus rapide.

Les recommandations sont les suivantes:

  • Puissance Il est important d’exclure du régime alimentaire du café les aliments salés. Légumes utiles, fruits, poisson, légumineuses, produits laitiers.
  • Mode de vie Il est nécessaire d'observer le régime de veille et de sommeil, d'essayer d'éviter le stress et les troubles émotionnels.
  • Activité physique L'exercice régulier augmente le niveau d'endorphines dans le sang. Mais ils ne doivent pas être trop intenses, cela peut aggraver la gravité de la maladie.

En guise d’aide, vous pouvez utiliser des remèdes populaires - ce qu’on appelle la phytothérapie:

  • décoction chaude de fleurs de camomille,
  • thé à la menthe,
  • teinture de Motherwort.

Comment distinguer les premiers signes de la grossesse du syndrome prémenstruel? Lisez dans l'article sur les jours favorables à la conception, les symptômes du début de la grossesse, les méthodes de diagnostic.

Quels sont les symptômes de la grossesse extra-utérine? Détails sur le lien.

Complications et mesures préventives

L'absence de traitement de qualité pour le syndrome prémenstruel contribue à la transition de la pathologie en forme décompensée. Les conséquences peuvent être:

  • excès constant de la pression artérielle,
  • chagrin d'amour
  • problèmes avec les navires
  • dépression sévère.

Après une période de temps en l'absence de soins médicaux, le nombre de jours asymptomatiques entre les cycles menstruels devient significativement inférieur au nombre de jours d'apparition des symptômes du syndrome prémenstruel.

Les mesures de prévention peuvent aider à prévenir le développement du syndrome ou l'apparition de ses complications:

  • vie sexuelle régulière
  • utilisation de la contraception hormonale,
  • refus de l'alcool, de la nicotine,
  • activité physique
  • prévention du stress.

Quel est le PCI?

Le syndrome prémenstruel (PMS) est une combinaison de divers symptômes apparaissant avant l’apparition de la menstruation. Les raisons de cette condition sont dans la nature pathologique de la deuxième étape du cycle. La plupart des filles sont aux prises avec de la nervosité et d’autres symptômes au cours de cette période.

Le syndrome prémenstruel est différentes formes de développement:

  • compensé - aucune progression constante des symptômes n’est observée. Ils apparaissent dans la deuxième phase du cycle, se terminant après le début de la menstruation,
  • sous-compensée - l'intensité et la fréquence des symptômes augmentent constamment, disparaissent après le début de la menstruation,
  • décompensés - les symptômes persistent quelque temps après le début d'un nouveau cycle, ils peuvent ne pas disparaître du tout.

On pense que la principale cause du syndrome prémenstruel sont les modifications hormonales qui accompagnent la deuxième phase du cycle menstruel. Pour le fonctionnement normal du corps d'une femme nécessite un équilibre d'hormones sexuelles. Le cycle menstruel s'accompagne de fortes fluctuations des niveaux hormonaux, de sorte qu'une femme peut avoir des réactions corporelles négatives sous la forme de symptômes du SPM.

Le déséquilibre hormonal affecte négativement les fonctions du système nerveux, de sorte que la femme a des sautes d'humeur régulières, un état émotionnel instable. La symptomatologie peut dépendre non seulement du niveau d'hormones, mais également des réactions du cerveau à leurs changements.

Les experts soulignent certains facteurs ayant une incidence sur l’émergence du syndrome prémenstruel:

  • carence en magnésium provoque des vertiges, maux de tête, tachycardie. Avec une carence en magnésium, la femme est attirée par le chocolat,
  • carence en vitamine B6 s'accompagne de douleurs thoraciques, de sautes d'humeur, d'enflure, de faiblesse générale, de fatigue chronique,
  • l'abus de produits du tabac augmente considérablement les risques de syndrome prémenstruel,
  • en surpoids
  • le manque de sérotonine provoque des pleurs, la mélancolie, la tristesse, la dépression,
  • prédisposition génétique
  • avortements différés, accouchement avec complications,
  • maladies gynécologiques
  • stress.

Très souvent, les femmes atteintes de maladie mentale impliquées dans la maladie mentale chronique souffrent du syndrome prémenstruel.

Le syndrome prémenstruel est accompagné des symptômes suivants:

  • tirer la douleur dans le bas ventre,
  • douleur lancinante, douleur à la poitrine,
  • soif accrue, gonflement,
  • tachycardie, douleur dans la région du coeur,
  • manque ou augmentation de l'appétit
  • nausée, vertiges,
  • des frissons, de la fièvre,
  • allergie
  • selles avec facultés affaiblies
  • éruption cutanée, acné, acné,
  • prise de poids
  • tempérament, irritabilité,
  • troubles de la mémoire
  • augmentation ou diminution de la libido,
  • troubles du sommeil
  • larmoiement.

Dans la plupart des cas, les manifestations du syndrome prémenstruel apparaissent une semaine avant les menstruations et disparaissent au début d'un nouveau cycle. Cependant, dans certains cas, le malaise est observé pendant une période plus longue et la femme doit recourir à des mesures médicales pour soulager les symptômes.

Comment se débarrasser du syndrome prémenstruel

Si une femme est confrontée à des manifestations mineures du SPM, ne ressent pas un fort inconfort, elle peut facilement faire face à cette maladie seule. Cependant, lorsque les symptômes interfèrent avec la vie normale, affectent grandement les performances, une femme devrait consulter un spécialiste (gynécologue, endocrinologue, neurologue) pour soulager le syndrome prémenstruel. Ce n’est qu’après un examen et des tests approfondis qu’il est possible de déterminer la cause exacte des violations et de prescrire des méthodes de traitement adéquates.

Des médicaments

Après examen, le médecin facilitera le SPM en prescrivant un traitement complexe. Cela comprend:

  • médicaments hormonaux pour le syndrome prémenstruel qui aident à normaliser les niveaux d'hormones. Souvent nommé Duphaston, Utrozhestan. Des résultats élevés montrent également des contraceptifs hormonaux tels que Yarin, Janine, Jess,
  • pour soulager le syndrome prémenstruel, et en particulier pour se débarrasser de la nervosité, des médicaments sédatifs et psychotropes sont prescrits. La durée du traitement est établie par le médecin traitant, généralement pas moins de 60 jours,
  • les diurétiques sont utilisés pour lutter contre les poches,
  • La thérapie symptomatique est un complément au traitement principal, qui aide à lutter contre les symptômes associés. Des analgésiques, des antiallergiques, des vitamines,
  • Les remèdes homéopathiques sont des remèdes assez efficaces pour éliminer les douleurs à la poitrine et normaliser la sphère psycho-émotionnelle. Ces médicaments sont à base de plantes, ne provoquent pas de dépendance, provoquent rarement des allergies. Le plus souvent, les médecins prescrivent Remens, Mastodinon.

Méthodes à la maison

Soulagez les symptômes du syndrome prémenstruel à la maison avec des méthodes folkloriques simples. Ces méthodes incluent:

  • prendre un bain chaud pour soulager les tensions nerveuses et musculaires,
  • décoction de mélisse, camomille, pastilles pour bains de pieds. La procédure améliore la circulation sanguine, élimine les spasmes, favorise la relaxation, calme,
  • se détendre sous la musique agréable
  • immersion dans une chose favorite
  • réception de thés apaisants, décoctions d'herbes.

Aussi pour améliorer le bien-être, la normalisation du cycle menstruel, vous pouvez utiliser les recettes suivantes:

  • mélanger 1, 5 c. l mélisse et millefeuille avec 3 c. l camomille, ajouter 0,5 litre d'eau, porter à ébullition. La composition résultante est divisée en trois étapes. Chaque jour, préparez un nouveau bouillon,
  • combinez dans des proportions égales (2 cuillères à soupe) de feuilles d'acacia et de gentiane. Verser la composition avec un verre d'eau bouillante, retirer pendant 25 minutes. Utilisez 1 fois avant le coucher. La durée du traitement est d'une semaine.

Pour réduire l'abondance de sécrétions, vous pouvez utiliser la composition suivante:

  • ½ litre d'eau bouillante,
  • ½ cuillère à café renouée
  • 1 cuillère à café poisson poumon,
  • 1 cuillère à soupe l camomille
  • 1 cuillère à soupe l millefeuille
  • 1 cuillère à soupe l prêle

Combinez tous les ingrédients dans un récipient en verre, versez de l'eau bouillante. Insister une demi-heure, la souche, prendre avant le coucher.

Nutrition et mode de vie correctif

Il est assez simple de faire face au syndrome prémenstruel si une femme change votre façon de vivre votre vie, votre alimentation. Tout d'abord, vous devez éliminer les aliments salés et gras et les boissons riches en caféine. Il est nécessaire d'enrichir le régime alimentaire avec des aliments riches en vitamines, nutriments et oligo-éléments.

Essayez d'observer le sommeil et l'état de veille, évitez le stress - de forts bouleversements émotionnels affectent négativement votre santé. Il est nécessaire d’abandonner l’alcool et les produits du tabac pour introduire dans le mode de vie habituel un exercice modéré, ce qui augmentera le taux d’endorphines dans le sang. Vous n'avez pas besoin d'abandonner l'exercice et de ne pas recourir à la gymnastique intensive - cela aggrave considérablement le problème.

Pour atténuer l'état psycho-émotionnel, vous pouvez appliquer une décoction de camomille, du thé à la menthe, de la teinture de Motherwort.

Ignorer les symptômes du syndrome prémenstruel provoque des conditions pathologiques graves:

  • augmente la pression artérielle
  • douleurs dans le coeur
  • détérioration de la santé vasculaire
  • dépression

En tant que prévention du développement du syndrome prémenstruel, vous devez suivre des règles simples:

  • avoir une vie sexuelle active (de préférence avec un partenaire utilisant un moyen de contraception),
  • subir un examen médical régulier, même en l'absence de tout symptôme de maladie,
  • prendre des contraceptifs hormonaux (uniquement sur ordonnance du médecin),
  • cesser complètement de consommer des produits du tabac, des boissons alcoolisées,
  • mener une vie active, faire de l'exercice,
  • éviter les situations stressantes.

75% des femmes sont atteintes du syndrome prémenstruel. Dans certains cas, les symptômes sont légers, ils passent inaperçus. Cependant, la plupart des filles doivent recourir à des médicaments pour améliorer leur bien-être. Afin d'éliminer ou de minimiser la manifestation de symptômes négatifs, une femme doit adhérer à des mesures préventives. Si nécessaire, consultez un médecin pour lui administrer un traitement médicamenteux.

Qu'est-ce que le syndrome prémenstruel?

PMS. Décoder cette abréviation est assez simple et sonne comme un "syndrome prémenstruel". Le syndrome prémenstruel est un complexe de changements pathologiques dans le corps. Un syndrome apparaît chez les filles dans la deuxième phase du cycle menstruel et cause de gros désagréments.

Le syndrome prémenstruel se caractérise par une faiblesse générale, une nervosité, une dépression, une migraine et d'autres symptômes désagréables.

Le malaise survient quelques jours avant la menstruation et le soulagement survient immédiatement après le début du congé. Selon les statistiques, presque toutes les filles de moins de 30 ans ne pensent même pas au syndrome prémenstruel, cela ne leur est pas familier. Mais les femmes de plus de cet âge remarquent souvent des signes de maladie.

Pathogenèse du syndrome prémenstruel

Syndrome prémenstruel chez les filles. De quoi s'agit-il et d'où vient-il? La cause principale du syndrome est considérée comme un déséquilibre des hormones dans le corps. Le cycle menstruel de chaque femme comprend deux phases. Au premier stade, il se forme un follicule dans lequel se développe l'ovule, responsable de la croissance et de la maturation, responsable de l'hormone œstrogène.

La deuxième étape commence après la libération de l'œuf du follicule. À sa place, le corps jaune est formé, ce qui produit l'hormone progestérone, responsable de la grossesse. Une femme peut remarquer un gonflement des glandes mammaires, une légère augmentation de l'abdomen. Si l'œuf libéré n'est pas fécondé, il commence à mourir et se décompose. A ce moment, un saut hormonal se produit. Le corps jaune cesse de fonctionner, le taux de progestérone diminue et les œstrogènes, au contraire, augmentent. Un corps en bonne santé ne réagit pas à de telles gouttes, mais s'il y a un problème, le saut sera perceptible.

L’émergence et le renforcement du syndrome prémenstruel chez les filles contribuent à de nombreux facteurs:

  • stress psycho-émotionnel, stress,
  • maladies infectieuses
  • lésion cérébrale traumatique
  • accouchement
  • avortements,
  • neuroinfection,
  • pathologies chroniques du cœur et des vaisseaux sanguins, des systèmes digestif et nerveux,
  • mode de vie inactif,
  • mauvaises habitudes
  • mauvaise nutrition
  • fatigue chronique
  • manque de poids

Changements dans le corps avec syndrome prémenstruel

Il existe différentes classifications du syndrome, caractérisant la gravité de la maladie et des symptômes. Selon les caractéristiques cliniques, il existe quatre formes de syndrome prémenstruel:

  • gonflement,
  • céphalique,
  • croustillant,
  • neuropsychique.

Chacun d'eux a ses propres symptômes. Dans la forme oedémateuse du syndrome, un symptôme de rétention d'eau dans le corps (œdème), de démangeaisons et d'acné sur la peau, de distension abdominale, de gonflement des glandes mammaires, de transpiration accrue, d'hypersensibilité au récepteur sera exprimé. Une femme devient irritable, larmoyante et réceptive.

Les formes céphalgiques sont caractérisées par une douleur pulsatoire dans les parties temporale et frontale de la tête, irradiant souvent vers les globes oculaires. Il s'accompagne de mauvaise humeur, de faiblesse, de vertiges, de nausées et de vomissements, d'irritabilité, de transpiration, de douleurs au cœur et d'un engourdissement des mains. La pression artérielle n'augmente pas avec cette forme.

La forme neuropsychiatrique se caractérise par une tendance à la dépression, à l'agressivité, aux crises de colère, à l'irritabilité, aux pleurs, aux états d'apathie, à une sensibilité accrue aux sons et aux odeurs.

En cas de crise, l'hypertension artérielle, les bouffées de chaleur du visage, la tachycardie et l'engourdissement des mains peuvent gêner. Une femme a des attaques de panique (elle semble constamment mourir maintenant), note-t-elle dans une fatigue et une faiblesse accrues, des pleurs, une irritabilité.

Le symptôme prémenstruel comporte deux degrés de gravité: léger et lourd. Le critère est l'état général de la femme, le nombre de signes, leur degré de gravité, la durée du syndrome prémenstruel. Dans la forme bénigne, jusqu'à cinq symptômes sont notés, ils apparaissent 10 jours avant les règles et disparaissent dès l'apparition des saignements. Environ 10 manifestations, qui ne passent pas toujours avec l'apparition des saignements, sont caractéristiques de la forme sévère.

Il y a aussi 3 stades de la maladie:

  • compensé
  • sous-rémunéré
  • décompensé.

Dans une forme compensée, les symptômes du syndrome prémenstruel sont peu prononcés, ne progressent pas dans le temps, disparaissent immédiatement avec l'apparition du saignement.

La forme sous-compensée est caractérisée par une augmentation des symptômes au fil du temps. Passez des sensations désagréables seulement à la fin de la menstruation.

Lorsque la forme décompensée se caractérise par une augmentation des symptômes chaque année, ils deviennent plus intenses et durent longtemps. La femme constate une détérioration significative de son état général chaque année.

Diagnostic du syndrome prémenstruel

Afin de diagnostiquer et de décider comment faire face au syndrome prémenstruel, le médecin doit effectuer un ensemble d'études pour la femme:

  • prise d'histoire,
  • tests de laboratoire
  • diagnostics instrumentaux.

La première chose qu'un médecin devra faire est de recueillir une anamnèse. Il aura besoin d'informations sur les symptômes de la maladie, son intensité. Le médecin s'intéressera également à la présence de maladies chroniques, aux antécédents obstétricaux (accouchement, avortement), au mode de vie du patient. Ensuite, un examen gynécologique est effectué.

Après avoir reçu des informations sur le patient et son examen, le médecin vous prescrira des tests de laboratoire. Besoin de donner du sang pour les hormones et l'urine.

Pour un examen complet, un électroencéphalogramme, une échographie des organes pelviens, un scanner ou une IRM du cerveau, une mammographie sera nécessaire. Des consultations avec d'autres spécialistes, tels qu'un neurologue, un thérapeute, un endocrinologue et un psychiatre, sont également nécessaires pour poser un diagnostic et décider de la manière de soulager le SPM.

Le diagnostic différentiel avec d'autres maladies doit être fait. Il existe de telles pathologies, dont les signes sont similaires à ceux du syndrome prémenstruel. Un diagnostic incorrect entraînera une tactique de traitement incorrecte, ce qui ne fera qu'aggraver l'état de la femme.

Les symptômes du syndrome prémenstruel sont souvent similaires à ceux de la migraine, de l'hypertension, du cancer, des anomalies des reins, des glandes surrénales et de l'hypophyse. Ce qui distingue principalement le syndrome prémenstruel chez les filles des autres maladies est la nature cyclique des attaques. Dans le premier cas, elles sont étroitement liées à la menstruation, elles auront des lacunes de «rémission», alors que dans le second cas, elles ne sont pas associées au cycle féminin et apparaissent indépendamment de celui-ci.

Traitement et prévention du syndrome prémenstruel

Chaque femme qui a vécu cette maladie pense à la façon de se débarrasser du syndrome prémenstruel. Les médecins n’ont pas encore inventé de remède unique contre le SPM. La thérapie de la maladie est effectuée seulement dans un complexe.

La première chose à surveiller est la nutrition. Le régime alimentaire doit être complet, équilibré et inclure tous les groupes d'aliments. Assurez-vous de contrôler l'utilisation de liquides, de réduire ou d'éliminer la consommation d'aliments salés. Cela aidera à se débarrasser de l'enflure. Il est conseillé d'exclure temporairement les boissons contenant de la caféine, des produits laitiers, des légumineuses, des aliments gras et de l'alcool.

Une femme souffrant du syndrome prémenstruel doit rester actif. En marchant en plein air, en faisant du sport, un sommeil complet dans une pièce ventilée réduira considérablement les symptômes de cette affection.

Si la maladie a plus d'aventures neurologiques, une femme peut être traitée avec de telles méthodes:

  • massage,
  • physiothérapie,
  • la réflexologie,
  • aérothérapie
  • aromathérapie,

Dans les cas plus graves, recourir à une assistance pharmacologique. Le traitement peut inclure des antihistaminiques, des antidépresseurs, des tranquillisants et des AINS.

Si la cause principale des problèmes réside dans les troubles hormonaux, prescrivez des médicaments contenant une ou plusieurs hormones. Ce sont souvent des contraceptifs hormonaux.

Lorsque la forme œdémateuse du syndrome prescrit diurétique. Cela aide à faire face à l'œdème. Pour le renforcement général du corps, il est recommandé de prendre un complexe de vitamines avec des micro-éléments.

Les mesures préventives pour le syndrome prémenstruel sont les suivantes:

  • renforcement de l'immunité
  • normalisation du sommeil et de l'éveil,
  • réduction des situations stressantes
  • activités de plein air,
  • faire du sport
  • plein de nourriture,
  • mode de vie sain
  • visites chez le gynécologue deux fois par an,
  • prendre des multivitamines en hiver.

Si vous suivez ces règles, il est possible que le syndrome prémenstruel chez les filles ne se produise pas ou que ses signes soient moins perceptibles. Quoi qu’il en soit, pour garder l’état désagréable sous contrôle, il faut s’écouter attentivement et essayer de déchiffrer les signaux du corps en temps voulu, puis la question de la durée du PCI et de la façon de le combattre deviendra sans objet.

Oui, sur le fond du stress et de la tension, ce syndrome peut se développer très facilement.
De plus, l'irritabilité augmente considérablement au cours de cette période. J'ai envie de pleurer ou de me fâcher à cause de petites choses.
J'arrive à la conclusion que tout était en ordre
il faut aller masser plus souvent et se détendre,
arrêtez nerveux, plus tout pour bien manger!
Et parfois, vous pouvez boire un sédatif.

Oui, je suis tout à fait d’accord avec vous pour dire que la cause du syndrome prémenstruel est souvent stressée et nerveuse. Même elle a remarqué par elle-même que le syndrome prémenstruel est généralement très prononcé après une sorte de stress, même le moindre. Apparemment, les hormones réagissent au stress. En effet, vous devez vous détendre, ne pas être nerveux. Et oui, une bonne nutrition, je pense, joue également un rôle important dans cette affaire.

La chose la plus difficile à survivre est la forme neuropsychiatrique du syndrome prémenstruel, mais vous pouvez le faire. La principale chose à savoir est que pendant la période des règles, le fond émotionnel ne sera pas stable. Je recommande de prendre des sédatifs à base de plantes ces jours-ci. J'aime Novopassit au sirop. Il y a une tasse à mesurer, déterminez votre dosage et buvez de l'eau. Grâce à ces moyens, vous pourrez survivre à cette période beaucoup plus facilement.

J'ai le syndrome prémenstruel exactement une semaine avant le début des règles, je deviens irritable, émotif et je peux devenir paresseux à cause de tout. J'ai remarqué que lorsque je bois des vitamines ou du tryptophane, je me sens beaucoup plus calme. Mais vous ne le ferez pas tous les mois. Vous devez donc compenser cela avec de la bonne nourriture et de l'exercice régulièrement!

Il est bon de boire des vitamines de temps en temps, mais j'ai trouvé le remède encore meilleur. Elle a été conseillée par un ami, bien que le médecin devrait le faire, mais ... Le facteur temps est appelé, il existe de nombreux extraits et tout un complexe de vitamines et d’oligo-éléments qui réduisent les symptômes du SPM, normalisent les hormones et le système nerveux.

Mes règles sont généralement accompagnées de douleur et pendant trois jours consécutifs. C'est très troublant. Et parfois (rarement la vérité) passe sans douleur. Peut-être est-ce la faute d'une vitamine?

Par exemple, vous avez besoin de magnésium - c’est un oligo-élément, pas une vitamine, il réduit la douleur, car c’est un antispasmodique en soi. Mais le syndrome douloureux est principalement influencé par des extraits tels que des extraits de Vitex sacré, de racine de gingembre et d’angélique, ils font partie du facteur temps. De plus, la sélection et le pourcentage et la période du cycle.

Julia, dans de telles métamorphoses, les troubles hormonaux sont très probablement coupables. Le PCI lui-même dans la plupart des cas est précisément à cause de cela. Et si vous êtes toujours instable, tout est tellement ... Au fait, bon conseil sur le facteur temps. Je l’ai moi-même pris à un moment donné, les composants présents et tout ce qui concerne la sélection: ils contribuent à l’égalisation du bruit de fond hormonal, ce qui atténue les symptômes du SPM et réduit la douleur. Tout va bien

J'ai aussi mal au ventre. Commence à s'embêter trois jours avant les règles. Parfois, la douleur est très forte. Je bois des analgésiques.

Je vais soutenir les filles sur le facteur temps. Un ensemble très décent de composants dans ce complexe est précisément destiné à corriger presque toute manifestation du syndrome prémenstruel. Elle-même a pris ce remède, de sorte que non seulement les douleurs de ces jours ont été sensiblement atténuées en raison du sacré vitex mentionné ci-dessous, des racines d'angélique avec du gingembre, mais même des éruptions cutanées sur le visage (acné), vitamine E. Donc, si vous le souhaitez, vous pouvez «vous battre» avec le syndrome prémenstruel).

Moi aussi, je ne suis sauvé que par des analgésiques. Ni une bouteille d'eau chaude, rien d'autre ne sert, quand l'estomac me fait mal.

La racine de gingembre et l'angélique sont de très bons antispasmodiques - ils ont expérimenté leurs propriétés anesthésiques. À propos, je vois aussi dans le facteur temps, comme beaucoup ici. Le complexe est cool, comme il s'est avéré. Les composants entrant dans la composition affectent non seulement la réduction des symptômes du SPM, mais également normalisent le fond hormonal. Mensuel est maintenant tout à fait tolérable.

Causes et facteurs de risque

Les causes de la maladie prémenstruelle ne sont toujours pas décrites dans le tableau complet. Les scientifiques pensent que le syndrome prémenstruel se manifeste par des changements hormonaux dans le corps de la femme au cours des derniers jours du cycle menstruel. Une telle restructuration se produit régulièrement, car le corps de la femme au niveau génétique est programmé pour les processus de procréation. Au cas où une femme ne tombe pas enceinte, le niveau de progestérone, responsable du déroulement normal de la grossesse, commence à chuter brusquement dans son corps. Si une femme devient enceinte, la progestérone reste normale et aucun symptôme du syndrome prémenstruel n'apparaît. La progestérone en elle-même n’a aucun effet alarmant sur le corps, mais ses produits de désintégration, en particulier l’allopregnanolone, le font également. Cette substance a un effet direct sur le cerveau, entraînant des troubles psycho-émotionnels de divers types. Un fait intéressant est que si les niveaux de progestérone dans le corps diminuent sans à-coups, une femme peut alors s'adapter à cela. Cependant, avant la menstruation, il y a une forte augmentation du niveau hormonal et le cerveau semble convaincu que tout est mauvais dans la vie (de plus, personne ne pense que ce n'est que la réponse d'un organisme à un œuf non fécondé).

Mais regardons le problème de l'autre côté. Un taux élevé de progestérone aide une femme à porter un bébé en bonne santé. Mais que se passera-t-il si les augmentations de progestérone dans le corps ne seront pas observées et que le syndrome prémenstruel n'apparaîtra jamais? En fait, c’est mauvais, car dans ce cas, le niveau de progestérone dans le corps de la femme est abaissé et il lui sera difficile de porter un enfant en bonne santé. En regardant le problème du syndrome prémenstruel sous un tel angle, on peut affirmer que le syndrome prémenstruel est une réaction normale d'un corps de femme en bonne santé. Les médecins ont leur propre liste de facteurs qui, à leur avis, affectent le développement du syndrome prémenstruel:

  • absence prolongée de grossesse
  • vivant dans des villes avec une grande population,
  • chirurgie gynécologique
  • travail mental ou intellectuel
  • Les Caucasiens,
  • stress et dépression fréquents,
  • maladies neuroendocrines
  • troubles psycho-émotionnels chroniques
  • lésions infectieuses et bactériennes du système nerveux central,
  • maladies de l'appareil reproducteur,
  • lésion cérébrale traumatique
  • mode de vie inactif,
  • mauvaise nutrition,
  • fausses couches ou avortements.

De plus, il est nécessaire de distinguer les facteurs qui peuvent soit augmenter les symptômes du SPM, soit les remplacer complètement / partiellement:

  • Faibles niveaux de sérotonine. La sérotonine est une «hormone du bonheur» et son bas niveau dans le corps se manifeste par la dépression, l'apathie, la dépression et le stress.
  • Carence en vitamine B6 dans le corps. Un tel déficit peut entraîner des bouffissures, une mauvaise humeur, de la fatigue, etc.
  • Une carence en magnésium peut se traduire par des vertiges, des maux de tête, des arythmies, etc. En conséquence, une femme présentera des symptômes partiels du syndrome prémenstruel.
  • Prédisposition génétique. Les scientifiques ont montré que la capacité d'adaptation et de survie chez différentes personnes se développait différemment. C'est pourquoi, si la mère souffre régulièrement des symptômes du cycle prémenstruel, sa fille fera de même.
  • Fumer augmente le risque de syndrome prémenstruel chez les femmes. Cet effet est dû à l'effet spécial des composants de la fumée de tabac sur les centres «sensibles» du cerveau.

Formes et symptômes

Les symptômes du syndrome prémenstruel varient en fonction de la forme de la maladie observée chez la femme. Il existe 4 formes principales de syndrome prémenstruel qui présentent des symptômes standard. En outre, certaines femmes présentent la cinquième forme de syndrome prémenstruel, caractérisé par des symptômes non standard et extrêmement rare (atypique).

Neuropsychique

Aujourd'hui, la littérature médicale décrit plus de 200 symptômes différents survenant au cours d'une maladie prémenstruelle. Cela est dû au fait que chaque organisme a ses propres caractéristiques. En outre, chacun a sa propre et unique génétique.

La forme neuropsychique de cette maladie est plus fréquente chez les femmes en âge de procréer actif (69%). Les principaux symptômes de cette forme sont:

  • léthargie générale et fatigue
  • irritabilité, dépression, apathie,
  • pleurs, envie,
  • sensibilité aiguë des récepteurs auditifs et charmants,
  • flatulence, engourdissement des extrémités (parfois - syndrome des extrémités froides),
  • peur grandissante d'atteindre des idées de meurtre, etc.,
  • problèmes de mémoire.
Les spécialistes dans le domaine des perturbations hormonales de l'organisme ont créé un tableau clinique de la maladie, autrement dit des indicateurs statistiques concernant la manifestation d'une forme particulière à un âge donné. Selon ces données, il a été montré que si les jeunes femmes atteintes d'une forme neuropsychique ont une dépression prononcée, alors avec l'âge au cours du syndrome prémenstruel, elles auront une forte agressivité.

Une forme œdémateuse du syndrome prémenstruel est souvent observée chez les femmes de moins de 25 ans (45%). Après 25 ans, cette forme de maladie prémenstruelle est moins fréquente et ne survient que chez 6% des hommes du sexe faible. Les principaux signes d'une forme œdémateuse du syndrome prémenstruel avant la menstruation sont:

  • gonflement des jambes, des bras et du visage,
  • rétention d'eau
  • flatulences et démangeaisons
  • transpiration accrue et léthargie
  • effets de douleur dans la région des glandes mammaires,
  • douleur intense aux articulations, migraines, etc.

Céphalique

Une prédisposition à des symptômes de type céphalique est observée chez les femmes en âge de procréer précoce et tardif. Les principaux symptômes de ce type de maladie prémenstruelle sont les suivants:

  • maux de tête récurrents (palpitations), vertiges,
  • effet de vomissement, nausée,
  • dépression, irritabilité,
  • sensibilité aiguë des récepteurs auditifs et charmants,
  • douleur au coeur,
  • transpiration excessive
  • engourdissement des membres des mains.

Le type céphalique de cette maladie survient chez 20% des femmes de toutes les classes d'âge. Elle se caractérise par des rechutes aiguës et une forme sévère d'évolution symptomatique.

La forme critique du syndrome prémenstruel ne se produit pratiquement pas chez les femmes de moins de 35 ans. Il est typique pour les représentants du sexe faible de la catégorie d'âge la plus âgée. L'évolution du type de crise de la maladie est souvent difficile à tolérer et conduit le patient dans un état de désespoir et de peur complet. Les principaux symptômes de cette forme:

  • peur de la mort subite (manifestée le soir ou la nuit),
  • augmentation de la pression artérielle, arythmie,
  • sens du rythme de son propre cœur (c’est pourquoi la peur d’une mort subite résultant d’un arrêt cardiaque apparaît),
  • bosse dans la poitrine et engourdissement des bras et des jambes.

Cette forme de syndrome prémenstruel se manifeste par les symptômes suivants:

  • hyperthermie (fièvre),
  • somnolence prolongée et prolongée tout au long de la journée,
  • sensibilité accrue aux allergies (un œdème de Quincke peut survenir),
  • stomatite et gingivite,
  • migraines ophtalmoplégiques,
  • exacerbation de l'asthme et des migraines chroniques,
  • iridocyclite.

Diagnostics

Il convient de noter que le diagnostic du syndrome prémenstruel est une tâche difficile pour tout spécialiste. Un si grand nombre de symptômes différents peut être déroutant pour presque tous les médecins. C'est pourquoi, afin d'établir un diagnostic précis, récemment, des méthodes de diagnostic différentiel ont été appliquées. Ces méthodes consistent à éliminer progressivement les maladies correspondant à certains symptômes du patient. Ainsi, les médecins éliminent progressivement de nombreuses maladies possibles des femmes (bien sûr, sur la base d'indications de diagnostic supplémentaires: EEG, REG, rayons X, craniographie, etc.) et peuvent, à terme, réduire le diagnostic à la seule maladie possible. L’un des processus les plus importants au stade du diagnostic du syndrome prémenstruel est de tenir un journal des symptômes. Chaque femme devrait prendre quotidiennement pendant 2-3 mois les symptômes caractéristiques de la maladie.

Traitement et règles de conduite

Le traitement du syndrome prémenstruel vise à atténuer le flux de symptômes courants de la maladie. Les causes de cette maladie n'ayant pas encore été complètement étudiées, il ne sera pas possible d'éliminer complètement le problème. Pour soulager la maladie pendant les périodes d'exacerbation, les médecins peuvent prescrire le traitement suivant:

  • En cas de violation du système neuropsychologique (apathie, stress, dépression, peur de la mort, insomnie, irritabilité, anxiété, etc.), des sédatifs ou des tranquillisants sont prescrits. Il faut comprendre que la réception de tels fonds à long terme et sans contrôle constitue une menace pour la toxicomanie. Par conséquent, ils ne devraient être traités que sous la surveillance d'un médecin,
  • des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, diclofénac, etc.) peuvent être prescrits pour les maux de tête sévères de nature diverse,
  • pour les œdèmes associés à une insuffisance rénale, des diurétiques peuvent être prescrits,
  • dans certains cas spécifiques, les médecins prescrivent des hormones, en particulier la progestérone,
  • En cas de réactions allergiques, un traitement par la fexofénadine, la loratadine, etc. peut être nécessaire.
  • Les vasodilatateurs antispasmodiques légers sont prescrits pour soulager la douleur cardiaque et abaisser le niveau de pression artérielle.

En général, les médecins examinent l’ensemble des symptômes du patient et ne prescrivent ensuite qu’un traitement adéquat et efficace. L'auto-traitement dans ce cas peut causer de graves dommages à l'organisme, en particulier une défaillance hormonale peut survenir. Les médecins recommandent de respecter les règles de conduite suivantes relatives au syndrome prémenstruel, qui contribueront à atténuer une maladie grave:

  • Marchez régulièrement au grand air, faites des exercices, faites du jogging matinal. Selon les experts, les endorphines sont libérées beaucoup plus souvent dans le sang, ce qui améliore l'humeur et supprime le sentiment d'irritabilité, d'apathie et de peur.
  • Mangez bien. Mangez plus de fruits et de légumes frais, limitez la quantité d'aliments sucrés et gras dans votre alimentation. Par exemple, le chocolat noir contient plusieurs types de métaux lourds (plomb, cadmium, etc.) qui peuvent s'accumuler dans l'organisme et causer des maux de tête fréquents, une dépression mentale, une augmentation de la pression artérielle, etc.
  • Les experts recommandent aux femmes sujettes au syndrome prémenstruel cyclique de prendre régulièrement de la vitamine B, du magnésium, du fer et du calcium. Ces oligo-éléments et composés chimiques peuvent prévenir les symptômes du SPM ou en atténuer les symptômes.
  • Les scientifiques pensent que le corps féminin est plus vulnérable aux maladies virales et bactériennes au début et au moment du syndrome prémenstruel. Par conséquent, il leur est recommandé d'utiliser plus de vitamine C, de s'habiller en fonction de la météo et de ne pas avoir à rester dans un cercle de personnes très concentrées.

En plus de ce qui précède, il est recommandé aux femmes qui sont sujettes au syndrome prémenstruel de se rendre régulièrement (une fois par an) dans les stations thermales.

Prévention

Sur les pages des sites Internet et des forums, vous pouvez voir la question fréquemment posée: combien de jours dure le syndrome prémenstruel pour les filles? Et ce qui est le plus intéressant, chaque femme apporte des réponses différentes. L’opinion générale des experts est la suivante: les troubles hormonaux, responsables du syndrome prémenstruel chez la femme, durent de 2 à 10 jours. Mais comment éviter un tel état? Pour ce faire, suivez certaines règles de prévention:

  • si vous aimez fumer, vous devriez vous débarrasser de cette habitude,
  • limiter la consommation d'alcool et de caféine,
  • si votre travail implique un stress mental régulier, prenez périodiquement des pauses pour vous recharger,
  • éviter les situations stressantes et le stress émotionnel
  • la phytothérapie est une bonne aide dans la prévention du syndrome prémenstruel,
  • exclure de votre vie les changements climatiques brusques réguliers,
  • Inscrivez-vous à des séances de méditation et de yoga.
Vous avez maintenant appris comment le syndrome prémenstruel se traduit chez les filles, comment traiter ses symptômes et quelles méthodes de diagnostic et de prévention existent. Ces informations vous aideront à prévenir le syndrome prémenstruel ou à en faciliter l’évolution. L'essentiel - ne négligez pas les règles établies.

La définition

Syndrome prémenstruel, syndrome prémenstruel, syndrome de tension prémenstruelle, maladie cyclique, syndrome cyclique ovarien: tels sont les noms d'un État que le beau sexe rencontre tous les mois. Mais qu'est ce que c'est?

Le syndrome prémenstruel est un complexe de désordres neuropsychiatriques, métaboliques, endocriniens et vasculaires qui surviennent dans la deuxième phase du cycle menstruel (presque immédiatement après l'ovulation) et disparaissent dans les premiers jours de la menstruation ou immédiatement après la fin de la menstruation. En termes simples, il s’agit de la réponse d’un individu aux changements hormonaux après la maturation de l’œuf et de sa libération par le follicule (ovulation).

En fait, le syndrome prémenstruel, comme la menstruation, touche chaque femme à sa manière. Cela est dû aux critères individuels de l'organisme (âge, santé, régime alimentaire, mode de vie, etc.).

La durée dépendra de la durée du cycle menstruel. Selon les statistiques, le début des symptômes du syndrome prémenstruel est observé du 14ème au 2ème jour du cycle. Autrement dit, les premiers symptômes peuvent apparaître presque au milieu du cycle menstruel.

Le syndrome prémenstruel affecte les femmes d'âges différents:

  • À l'âge de 19-29 ans, la fréquence est de 20%.
  • Après 30 ans, la fréquence de manifestation est 47-50.
  • Après 40 ans, l'incidence de 55 à 60%

Et avec l'âge, le risque de syndrome prémenstruel et l'ajout de symptômes supplémentaires augmentent. Il est à noter que les adolescentes ne rencontrent presque jamais de syndrome prémenstruel, mais avec la mise en place de règles régulières et à l'âge adulte, la probabilité de syndrome prémenstruel augmente.

Il est important de savoir que le syndrome prémenstruel prolongé (à partir de 14 jours), avec des symptômes prononcés, est la raison pour laquelle on a consulté un gynécologue. Parfois, cette image indique le développement de diverses conditions pathologiques (insuffisance hormonale, maladies des organes de la reproduction, problèmes de glande thyroïde, etc.).

Au cours de l'étude du syndrome prémenstruel, il a été constaté que les femmes de race caucasienne, engagées dans un travail intellectuel ou créatif, vivant dans des mégalopoles ou des grandes villes, sont les plus exposées aux changements cycliques.

La principale raison de l'apparition de symptômes mensuels bien spécifiques est l'altération hormonale du corps au cours de la deuxième phase du cycle menstruel. À ce stade, augmente le contenu de progestérone, ce qui est capable d'affecter l'état neuro-psychologique de la femme. Cela explique la dépression, l'irritabilité, les larmoiements et l'incapacité de faire face à leur humeur.

En outre, l'apparition des symptômes et l'intensité de leurs manifestations sont fortement influencées par les facteurs suivants:

  • Maladies infectieuses et inflammatoires transférées des organes génitaux (vaginite, endométrite, salpingoophorite, etc.).
  • Candidose (muguet).
  • Traumatisme cérébral.
  • Maladies endocriniennes (obésité, diabète, maladie de la thyroïde, etc.).
  • Mode de vie sédentaire (travail sédentaire, promenades rares, manque d'exercice, etc.).
  • Malnutrition (abus de malbouffe, plats cuisinés, aliments à un côté, manque de légumes, de céréales, de fruits, etc.).
  • Surmenage au travail, pas assez d'heures pour dormir et / ou se reposer.
    Situations stressantes fréquentes, faibles taux de sérotonine (hormone du bonheur).
  • Avitaminose.
  • Mauvaises habitudes (alcool, tabac).

De tout ce qui précède, il est évident que l’apparition du syndrome prémenstruel est presque impossible à la femme moderne. Le rythme de vie d’un citadin est tel qu’il n’ya pratiquement plus de temps pour réfléchir à une alimentation adéquate, à l’exercice physique et à des visites régulières dans les cabinets médicaux.

Pour chaque femme, il est important de suivre le cycle menstruel et l'apparition du syndrome prémenstruel. Les symptômes les plus prononcés observés chez les femmes ayant un cycle menstruel irrégulier.

Les principaux symptômes du syndrome prémenstruel:

  • Engorgement des seins et sensibilité accrue.
  • Flatulences, ballonnements et douleurs abdominales.
  • Nausée, moins de vomissements, changement d'appétit.
  • Troubles des selles: diarrhée (diarrhée), constipation.
  • Vertiges, maux de tête.
  • Somnolence, insomnie.
  • Labilité émotionnelle: sautes d'humeur, colère, découragement, irritabilité, dépression, etc.
  • Fatigue accrue.

Ce sont les symptômes les plus courants du syndrome prémenstruel. Cependant, à l'heure actuelle, il est connu, selon différentes sources, environ 150 à 200 manifestations différentes de cette période.

Il existe des degrés faciles et graves de SPM:

  • Degré facile Les signes de menstruations imminentes apparaissent dans 10-2 jours. Présente de 5 symptômes différents, et seulement 1 ou 2 sont prononcés Le déroulement du syndrome prémenstruel n’affecte pas l’activité de la vie d’une femme.
  • Degré lourd. Les premiers signes apparaissent 14 à 3 jours avant la menstruation. Jusqu'à 12 symptômes du syndrome prémenstruel vous dérangent en même temps, 3 à 5 symptômes vous dérangent le plus, perturbant le fonctionnement normal de la femme (parfois avant l’invalidité).

Ce que vous devez faire pour réduire les symptômes et éventuellement vous débarrasser du SPM pour toujours. Cela nécessite une maîtrise de soi, la présence d'un peu de temps et une visite systématique chez le gynécologue pour consultation et examen. Il est important non seulement de prendre une pilule pour soulager les nerfs ou la douleur, mais également de changer radicalement votre mode de vie.

Il nous semble que ce que nous mangeons n’affecte pas le corps dans son ensemble. Beaucoup de gens sont convaincus que la nutrition n’affecte que l’apparence de kilos superflus. Cependant, ce n'est pas vrai. Avec un régime alimentaire unilatéral ou inapproprié, le corps ne reçoit pas les substances dont il a besoin (fibres, vitamines, micro-éléments).

Progressivement, la pénurie d'éléments bénéfiques augmente et le corps commence à «souffrir». Tout d'abord, le tractus gastro-intestinal est en danger. Le travail de l'estomac, puis les intestins est cassé, les bactéries utiles du tube digestif périssent. Cela démarre un processus ultérieur.

Comme on le sait dans l'intestin, il existe une grande proportion de cellules responsables de l'immunité, ce qui inclut également les bactéries bénéfiques. L'immunité commence à souffrir, ce qui entraîne un certain nombre de changements dans le corps. Une immunité faible ne permet pas de résister activement aux agents pathogènes.

Par exemple, avec une immunité moindre, des organismes pathogènes sous condition tels que des champignons ressemblant à des levures ou des staphylocoques peuvent provoquer une colpite (inflammation du vagin), une salpingite, une cystite et d'autres maladies inflammatoires. Cela, à son tour, peut entraîner l'apparition de diverses pathologies (échec hormonal, cycle menstruel irrégulier et même infertilité). Par conséquent, la rationalisation de la nutrition est toujours au cœur du traitement de toutes sortes de pathologies.

Une bonne nutrition est un régime alimentaire équilibré comprenant toutes les substances nécessaires, notamment le cholestérol, les glucides, les fibres, les vitamines, les minéraux et les micro-éléments.

Au total, le corps détermine environ 70 éléments chimiques, dont 43 sont des participants nécessaires aux processus métaboliques. Les oligo-éléments, tels que le fer, l'iode, le zinc, le magnésium, le sélénium et d'autres, sont des substances biologiquement actives et vitales pour l'organisme en petites quantités (mg ou μg).

Une personne peut obtenir toutes ces substances avec de la nourriture ou sous forme de drogue.

La nutrition rationnelle doit être construite sur la base de la portée des activités:

  • Les femmes engagées dans un travail mental (intellectuel) par jour ont besoin de 2 200 kcal.
  • Femmes effectuant des travaux physiques légers - 2350 kcal.
  • Femmes engagées dans un travail physique de gravité moyenne - 2500 kcal.
  • Femmes engagées dans des travaux pénibles et pénibles - 2900-3900 kcal.

Construire le bon régime n'est pas aussi difficile qu'il y paraît. La base des exigences suivantes:

  • Valeur énergétique suffisante et composition optimale des aliments. Autrement dit, il ne faut pas manger de légumes, car leur valeur énergétique est faible. Dans le régime alimentaire doivent être présents des protéines (pas de viande grasse, poisson, œufs, produits laitiers) et des glucides (céréales, légumes, pains de grains entiers, son).
  • Quantité suffisante de nourriture et d'eau, nutrition fractionnée. Il est nécessaire de distribuer tout le régime quotidien en 4-5 parties, il y en a un peu, mais souvent.
  • Assurez-vous d'entrer dans le régime des légumes et des fruits crus.
  • Maximum exclure l'utilisation de boissons fortes: thé noir, café fort. Sous la restriction chute et soude, alcool.
  • Limiter l'utilisation de sucre, sel, gras, fumé.

Il est recommandé de manger:

  • Viandes faibles en gras: boeuf maigre, poulet, viande de lapin, dinde.
  • Poisson et fruits de mer, y compris le chou marin.
  • Légumes, fruits, baies, légumes verts (le persil doit obligatoirement être présent dans l'alimentation).
  • Noix, pain de grains entiers ou de seigle.
  • Kashi: sarrasin, flocons d'avoine, mil et ainsi de suite.
  • Produits laitiers fermentés: fromage cottage, crème sure, kéfir, yaourt, fromage.
  • Jus, thé vert, eau sans gaz.

Il est préférable de cuisiner à la vapeur, à la vapeur ou au four. Si possible, limitez ou excluez la cuisson par friture dans de l'huile végétale.

Il est recommandé de limiter ou d'exclure, en particulier une semaine avant la menstruation:

  • Boire de l'alcool fort et des boissons (thé noir, café).
  • Grasse, frite, fumée. Produits semi-finis, collations à la course, fast food.
  • Confiserie: gâteaux, brioches, gâteaux, bonbons.

Éliminez complètement de la diète des produits aussi savoureux mais très nocifs. Il vous suffit d’ajuster légèrement le volume de «collations» consommées, en vous limitant à un petit morceau de gâteau pas plus d’une fois par semaine. Une bonne nutrition avec le syndrome prémenstruel doit être constante et non un événement ponctuel avant la menstruation. Seule l'observance constante du régime alimentaire assurera la santé du corps.

Il est important de se rappeler qu'une bonne nutrition n'annule pas immédiatement l'apparition du syndrome prémenstruel, il faudra un certain temps pour que le corps revienne à la normale. Mais un bonus supplémentaire sera un sommeil paisible, une apparence saine et une silhouette tendue.

Pour faire face au syndrome prémenstruel, un pouvoir ne suffit pas, vous devez ajouter un peu de mouvement. L'activité physique, même aussi simple que de courir légèrement, de faire du vélo ou de marcher à l'air frais, aidera à faire face aux épisodes d'irritabilité, à atténuer les nausées et les vertiges.

La forme physique, le yoga ou la gymnastique amélioreront l'apport de sang aux organes pelviens et renforceront les muscles du plancher pelvien. En outre, les sports augmentent les niveaux de sérotonine, dont l’absence provoque également des symptômes du SPM. Il est important de rappeler que la modération est nécessaire dans tout. Vous ne devriez pas trop travailler au gymnase pour essayer de chasser la septième transpiration. Sinon, l'effet de l'entraînement sera inversé et ne fera qu'aggraver l'évolution du syndrome prémenstruel.

L'humeur

Il n'y a pas de remède universel pour soulager l'irritabilité dans le syndrome prémenstruel. Dans chaque cas, vous devez sélectionner des médicaments, la médecine traditionnelle, des cours de méditation ou vous rendre au bureau du psychologue en fonction d’indicateurs individuels. Un gynécologue et un psychologue vous aideront à cela. Cependant, il existe des recommandations médicales pour le syndrome prémenstruel pour lutter contre la mauvaise humeur.

Méditation Avec l'aide du yoga, vous pouvez non seulement resserrer le corps, améliorer les performances physiques, mais aussi trouver la tranquillité d'esprit et la capacité de retenir vos émotions. Pour ce faire, pratiquez la relaxation. De plus, il existe un ensemble spécial d'exercices visant à travailler les muscles pendant la période du PCI.

Bon repos et bon sommeil. Pour bien se reposer et bien dormir, il est nécessaire de ne pas se déchaîner sur ses proches, mais de restaurer son corps. Pendant le sommeil, dans l'obscurité la plus complète, est produite la mélatonine, une hormone qui assure le fonctionnement complet du système nerveux (qualité du sommeil, récupération). En outre, avec un repos adéquat, le niveau d'hormone de stress diminue, ce qui contribue également à calmer le système nerveux, ce qui signifie qu'il sera plus facile de contrôler vos émotions en cas de syndrome prémenstruel.

Recettes folkloriques

La médecine traditionnelle, telle que la décoction et les infusions à base de plantes, aidera à faire face à l'irritabilité, à la nervosité et à la douleur dans le bas de l'abdomen. Important: avant de prendre des herbes médicinales, une consultation du médecin traitant et l’exclusion de l’intolérance individuelle du corps aux composants de la décoction sont nécessaires

Menthe poivrée. 100 grammes de matières premières sèches contiennent un grand nombre d'éléments nutritifs. Parmi eux se trouvent les vitamines du groupe B, le fer, le calcium, le phosphore et le potassium. Les propriétés cicatrisantes de la menthe poivrée sont étendues: effet sédatif prononcé, capacité à soulager les spasmes, action diurétique et cholérétique, amélioration de la digestion et de l'appétit. Lorsque PMS recommande de boire du thé à la menthe. Des feuilles de menthe poivrée fraîches ou sèches brassent 1 litre d’eau bouillante. Prenez 100 ml trois fois par jour, commencez la réception si vous présentez des symptômes du syndrome prémenstruel.

Camomille. Il a un effet calmant, aide à éliminer la douleur et les spasmes. Il est recommandé de préparer du thé et de prendre 100 ml la nuit.

Trèfle des prés. C'est un entrepôt d'éléments nutritifs. Lorsque PMS peut être utilisé à la place des antidépresseurs. 200 grammes de matières premières sèches versez 1 litre d'eau bouillante. Insister pour 2 heures. Filtrer et ajouter un peu de miel. Prendre 50 ml le soir avant le coucher.

Les herbes suivantes ont un excellent effet sédatif et anti-œdémateux: mélisse, thym, menthe citronnée, lavande.

Les infusions et décoctions de ces herbes aideront à réduire l'apparition des symptômes du SPM. Des thés apaisants et des collections sont recommandés pour les femmes littéralement «en colère» pendant la période du PCI.

Les herbes médicinales peuvent être achetés à n'importe quelle pharmacie, avant l'utilisation, lisez les instructions.

Lorsque les spécialistes du syndrome prémenstruel recommandent de prendre un complexe de magnésium avec de la vitamine B6, cette association a le meilleur effet contre les manifestations du syndrome prémenstruel. De plus, vous pouvez prendre:

Dans les cas où toutes les recommandations ci-dessus n’aident pas ou que les symptômes du syndrome prémenstruel sont très prononcés, un traitement symptomatique est utilisé.

  • Les antécédents émotionnels instables et l'incapacité à faire face à l'humeur dépressive prescrivent des traitements de psychothérapie.
  • Lorsque des douleurs dans le bas de l'abdomen, des maux de tête, des analgésiques sont prescrits: ibuprofène, Spasmalgon, Ketanov, etc.
  • Après l'examen, l'endocrinologue et le déficit en hormone détecté au cours de la deuxième phase du cycle appliquent un traitement hormonal basé sur les résultats de l'examen. Bon effet montre l'utilisation de Duphaston avec PMS du cycle de 15 à 25-26 jours.
  • Avec agressivité, attaques de panique, nervosité sévère, des antidépresseurs sont prescrits (Prozac, Amitriptilline, Tazépam, etc.).
  • Les experts prescrivent souvent des remèdes homéopathiques: Remens, Mastodinon, AlvoPMS, etc.
  • En cas d'œdème prononcé, il est conseillé d'assigner des diurétiques (diurétiques).

Il est impossible de gérer le syndrome prémenstruel avec un seul outil efficace ou avec l’utilisation d’une «pilule magique». Malheureusement, la médecine moderne ne connaît pas encore un tel remède, mais en suivant les directives cliniques et en consultant régulièrement un gynécologue (une fois par an), les symptômes du syndrome prémenstruel peuvent être considérablement réduits. Et avec une maîtrise de soi appropriée, éliminez à jamais le syndrome prémenstruel.

Syndrome prémenstruel - l'étiologie de la "maladie" féminine

Le syndrome prémenstruel se produit 5 à 10 jours avant le début du cycle et se termine au début des jours calendaires «rouges». La théorie principale de l'apparition du syndrome est un changement du fond hormonal de la fille (le niveau d'oestrogène et d'androgène), qui affecte son comportement et ses émotions.

Causes du syndrome prémenstruel:

  • troubles somatiques et psycho-végétatifs,
  • diminution de la concentration de sérotonine - un déficit en hormone «joie» provoque une humeur dépressive et une tristesse,
  • manque de vitamine B12 - provoque une fatigue excessive, une confusion de l'attention, une sensibilité accrue de la poitrine,
  • manque de magnésium - conduit à des maux de tête, une tension nerveuse,
  • surpoids - les femmes minces souffrent du syndrome trois fois moins souvent que les graisses,
  • prédisposition génétique - détérioration avant que les règles ne puissent être héritées,
  • maladies infectieuses
  • exercice excessif
  • mauvaise filtration rénale,
  • pathologie de l'activité cérébrale.

Faits intéressants: La chronique du crime affirme que la majorité des accidents, vols et crimes ont été commis par des femmes au cours de la période du PCI. Des études ont montré que c’est pendant cette période que les filles sont le plus enclines à faire des achats et à dépenser de l’argent.

Symptômes classiques du syndrome prémenstruel:

  1. troubles anxieux

  2. mélancolie sans cause et dépression,
  3. concentration réduite
  4. les fluctuations du fond émotionnel,
  5. sentiment de peur
  6. les pointes de pression
  7. mictions fréquentes,
  8. somnolence accrue,
  9. nausée
  10. stomatite
  11. gonflement des membres
  12. la diarrhée,
  13. syndrome douloureux des articulations
  14. migraine,
  15. sensibilité excessive aux odeurs.

La manifestation du syndrome dépend également du stade de développement de la "maladie". Les médecins les classent en 3 étapes. 1er - les symptômes sont légers, le manque de progrès au fil des ans, leur cessation complète avec le début de la menstruation. 2ème - les symptômes sont prononcés vivement, affectent de manière significative la capacité de travail des dames et son arrière-plan émotionnel. 3ème - symptômes sévères, qui progressent au fil des ans.

Traitement de "maladie féminine"

Avant de commencer le traitement, il est nécessaire de diagnostiquer le syndrome prémenstruel, qui se produit en consultant un gynécologue. La principale analyse à confirmer est un test sanguin qui montre le niveau des hormones et leurs écarts par rapport à la norme. Si le patient a d'autres plaintes, des consultations avec d'autres médecins, une échographie, une IRM, etc. peuvent être ordonnées.

Le traitement est le suivant:

  • назначение седативных препаратов – при наличии психоэмоциональных нарушений в виде агрессии, подавленности, раздражительности,
  • médicaments anti-inflammatoires - si le patient se plaint de douleurs persistantes dans le dos et le bas-ventre,
  • décongestionnants - gonflement et gonflement des extrémités dans la période précédant la menstruation,
  • La prise de Parlodel est généralement prescrite pour la forme de crise du syndrome, elle a un effet normalisant général,
  • un médicament antiprostaglandine est prescrit aux femmes atteintes du syndrome prémenstruel sous forme céphalgique,
  • antihistaminiques,
  • médicaments qui améliorent la circulation sanguine du système nerveux.

Mesures préventives

La correction de la nutrition aidera à éliminer le syndrome désagréable ou à prévenir son apparition. Il est recommandé de réduire la consommation de sel, de produits laitiers et de caféine. De ce fait, le métabolisme des glucides restera normal, ce qui empêchera un changement d'humeur et l'apparition d'irritabilité.

Un mode de vie actif est également un excellent moyen de prévention. Même des charges légères conviendront sous forme de promenade ou de visite de remise en forme peu fréquente. Assurez-vous que la nuit de sommeil a été complète et longue. Cela préservera le fonctionnement normal du système nerveux dans le syndrome prémenstruel.

Ne pas oublier de saturer le corps avec des suppléments de vitamines, une attention particulière doit être accordée aux vitamines du groupe B et au magnésium.

Nous vous recommandons de ne pas omettre les examens de routine chez le gynécologue, ce qui permettra d'identifier tout problème de santé en temps opportun et de vous en débarrasser rapidement!

Prenez rendez-vous avec le gynécologue à Kolpino par téléphone 8 (812) 244-88-74 ou en remplissant le formulaire sur le site.